Avertir le modérateur

30/06/2009

.RAPPEL DES NOTATIONS DE JUIN

n4_final.jpg

.MILLENIUM

N3_FINAL.jpg

.GOOD MORNING ENGLAND
.ANGES ET DÉMONS

n2_final.jpg

.ROMAINE PAR MOINS 30
.OSS 117 : RIO NE RÉPOND PLUS
.QUELQUE CHOSE À TE DIRE
.ÉTREINTES BRISÉES
.CONFESSIONS D'UNE ACCRO AU SHOPPING
.MARIAGE À L'ISLANDAISE
.ANTICHRIST

n1_final.jpg

.JUSQU'EN ENFER
.THE WOMEN
.JE VAIS TE MANQUER

29/06/2009

.JE VAIS TE MANQUER

Affiche-JeVaisTeManquer.jpg(sorti en salles le 10.06.09)

Dans le registre fade, je demande... ce film, où l'on prend six personnages, six vies qui vont toutes se croiser dans un lieu unique : un aéroport !!

Un écrivain [Pierre Arditi] en panne d'écriture depuis six ans qui torture sa jeune aide ménagère et tout être vivant en général, qui décide de vérifier l'exposition de son dernier livre dans un kiosque d'aéroport et tombe sur une femme [Carole Bouquet] qui a décidé de baisser les bras face à la maladie et part mourir loin de tous ceux qu'elle aime... au Québec.

Une institutrice [Anne Marivin] toujours célibataire qui décide de quitter la France pour... le Québec et à l'aéroport, tombe sur un jeune papa [Patrick Mille] qui renvoie sa fille chez sa mère à Montréal.

Une vieille dame [Monique Chaumette] très distinguée qui a retrouvé sur internet son vieil amoureux [Michael Lonsdale] de jeunesse et décide de faire le "saut" Montréal-Paris pour le retrouver et s'inquiète durant tout le voyage comme une adolescente à son premier rendez-vous mais finira par le revoir, après que ce dernier ait été lui-même interpellé par un fonctionnaire de la police de l'air et des frontières légèrement perturbé qui l'aura pris pour un terroriste à cause de sa barbe.

Un aéroport, lieu de départ (?!) pour une nouvelle vie, peut-être l'étape la plus importante et décisive pour chacun d'entre eux. Certes... Mais avec des tranches de vie qui interfèrent sans arrêt, avec un montage façon clip, on finit par avoir du mal à comprendre le(s) message(s) que l'on veut nous faire passer.

Reste un trop bref moment de "bonheur" ; celui où Carole Bouquet en femme rongée par le cancer décide que ce n'est pas la maladie qui aura sa peau mais elle qui choisira de partir dignement et en conséquence planifie les moindres détails pour celles qui restent, à savoir ses filles qui l'accompagnent à l'aérogare.

Dommage qu'une bonne partie de l'émotion -volontairement peut-être- soit gommée par le montage déjà critiqué plus haut ; les petits messages d'optimisme distillés ça et là ne suffisant pas à en justifier le visionnage.

-----
NOTATION :

n1_final.jpg

26/06/2009

.ANTICHRIST

Affiche-Antichrist.jpg(sorti en salles le 03.06.09)

Il est thérapeute [Willem Dafoe] et "s'accouple fébrilement" avec son épouse [Charlotte Gainsbourg] tandis que leur petit garçon a tout le temps de sortir de son parc, ouvrir la barrière de protection, escalader une chaise pour monter sur la table qui jouxte la fenêtre par laquelle il finit par tomber pour mourir quelques mètres plus bas.

En "médecin", s'il parvient à cacher sa peine (ou bien s'en moque-t-il tout simplement ?) ; son épouse passe par un séjour en clinique avant de commencer à avoir des comportements de plus en plus anormaux voire violents lorsque son mari la sort de l'hôpital pour décider de la soigner lui-même.

Désireux de la guérir et ayant mis en haut de la pyramide des peurs enfouies de sa femme la forêt d'Eden où se trouve le chalet qu'elle occupait pour sa thèse sur les "mauvaises" femmes et leurs chatiments en des temps révolus ; il décide de l'y emmener, ne faisant qu'envenimer la situation.

Un élément fait penser au mari qu'elle aurait volontairement -ou inconsciemment- voulu la mort de leur enfant ; à moins que ce ne soit la volonté de sa femme d'être fautive et d'être punie ; mais n'est-il pas lui-même influencé par les agissements désordonnés de celle qu'il aime ?

Film étrange avec des scènes oppressantes ; découpé en chapitres : prologue, deuil, désespoir, douleur, les trois mendiants et... l'épilogue pour un univers très torturé où Lars Von Trier semble se complaire mais l'on peine par instants à comprendre le propos tenu.

Reste une interprétation de Willem Dafoe très honnête ; quant à celle de Charlotte Gainsbourg, son prix est amplement mérité pour ce rôle où douleurs, fantasmes, voix et visions contribuent à l'amener dans une folie que la mort de "la chair de sa chair" ne suffit pas à expliquer...

-----
NOTATION :

n2_final.jpg

24/06/2009

.THE WOMEN

Affiche-TheWomen.jpg(sorti en salles le 03.06.09)

Mariée à Stephen Haines, vedette de la finance ; Mary [Meg Ryan] est une gentille femme au foyer qui n'a guère d'autres activités que de s'occuper de sa fille entre deux galas de charité.

Mary est aussi la dernière à apprendre -par un malheureux concours de circonstance- que son mari la trompe avec Crystal [Eva Mendes], une vendeuse "canon" du rayon parfumerie du grand magasin Saks.

Ajoutez-y deux très bonnes amies qui ont été mises au courant par LA meilleure amie, Sylvia ; rédactrice en chef d'un magazine... de mode (encore !!...) et qui vont -à des degrés divers- tenter de "conseiller" Mary... pour son bien naturellement.

Hormis une brève confrontation (simple rencontre en fait...) entre les "rivales" ; tout le reste du film va tourner autour de lamentations du style "que vais-je faire ?", "que vais-je devenir ?" et la question de savoir si Mary va donner une nouvelle chance à son époux ou rompre définitivement.

Ce n'est qu'après-coup, que Mary pensera à se remettre en question ; finira par prendre sa vie en main et arrivera peut-être à faire revenir au bercail celui dont elle s'est séparée.

Beaucoup de longueurs et de mièvrerie, avec un personnage principal complètement égaré mais qui, dieu merci, a une copine qui aime le luxe et en vit ; permettant de mettre en scène et placer à tort et à travers les mots "Gucci", "Prada", "Saks"... On ne sait si ces marques ont payé et combien : on suppose -ou espère- peu car la qualité du film est loin de valoir un de leurs produits...

-----
NOTATION :

n1_final.jpg

22/06/2009

.MILLENIUM

Affiche-Millenium.jpg(sorti en salles le 13.05.09)

Mikael Blomkvist, journaliste à la revue Millenium, a poussé une enquête un peu trop loin ; et surtout en se basant sur des preuves qui s'avèrent fausses, fournies par des témoins qui se rétractent.

Alors qu'il est condamné à purger une peine ferme de 3 mois, il a fait l'objet d'une minutieuse enquête effectuée par une certaine "Wasp", employée d'une société de sécurité ; qui remet le dossier à un avocat.

Convoqué par cet avocat, Mikael se retrouve face au commanditaire, le vieux capitaine d'industrie Henrik Vanger qui veut impérativement qu'il enquête sur la disparition de sa nièce Harriett... en 1966 !!

Sa volonté de prendre du recul par rapport à son métier et l'amicale pression que Vanger met sur lui -enfant, Harriett était sa "baby-sitter" tandis que sa mère travaillait pour la famille...- font que Blomkvist va s'atteler à trouver la vérité, en plongeant dans le passé -pas toujours très net- de tous les membres de la riche dynastie Vanger, au risque de trouver des "cadavres dans les placards" et d'être confronté à un travail de sape de la part des membres Vanger encore vivants.

De son côté, Wasp poursuit son enquete sur Blomkvist en s'introduisant dans son ordinateur pour prendre connaissance de tous les documents et correspondances se trouvant sur son disque dur.
Wasp jouerait-elle contre lui ?

Que dire de plus de ce film assez noir qui entretient un suspens du début à la fin et dont les acteurs quasi-inconnus sont excellents... A voir de toute urgence, que le livre ait été préalablement lu ou pas.

-----
NOTATION :

n4_final.jpg

19/06/2009

.MARIAGE À L'ISLANDAISE

Affiche-MariageALislandaise.jpg(sorti en salles le 03.06.09)

Inga et Bardi s'apprêtent pour partir... se marier.

On en profite pour faire connaissance avec tous les personnages qui feront le voyage avec eux :
- les parents de chacun des promis ;
- du côté du mari : la soeur, l'ami -accessoirement l'ancien compagnon de la mariée...- qui remplace le témoin (à qui on reproche autant son absence que les turpitudes faites la veille à l'enterrement de vie de garçon), un vieux cousin de retour vingt-cinq ans après et accompagné d'un ami ;
- du côté de l'épouse : l'amant de la mère séparée, lequel flirte avec la meilleure amie de la mariée qui elle-même a "pêché" un conseiller bancaire pour donner l'impression d'être accompagnée dans la vie ; sans compter la grand-mère qui "perd un peu la boule" et cherche systématiquement une épicerie à chaque arrêt pour refaire la même liste de course.

Départ dans deux cars (un pour chacune des familles) jusqu'à l'église lieu de cérémonie. Mais voilà, choisie au hasard sans savoir... où elle se trouve ; le périple en pullman va s'éterniser, permettant de faire apparaître au grand jour dissensions et rancoeurs entre tous les membres de chaque famille, puis entre chaque belle-famille.

L'arrivée à l'église devant un prêtre ayant eu tout le temps de se "désaltérer" en les attendant va finir de faire éclater le vernis de tout ce "beau monde".

Film sans réel équivalent, aussi déboussolé que les personnages qui évoluent sous nos yeux ; avec des situations parfois cocasses -jusqu'à l'absurde- ou touchantes.

-----
NOTATION :

n2_final.jpg

17/06/2009

.CONFESSIONS D'UNE ACCRO AU SHOPPING

Affiche-ConfessionsDuneAccroDuShopping.jpg(sorti en salles le 20.05.09)

Rebecca Bloomwood est une journaliste qui traîne un lourd handicap : elle est "accro" au shopping, et de préférence aux choses "de prix".

Ces nombreuses cartes de crédit flambent en permanence et lorsque le journal met la clé sous la porte du jour au lendemain en laissant les employés sur le carreau, Rebecca va avoir de gros soucis avec un huissier soucieux de récupérer plus de 9.000 dollars de dettes dont la belle a bien du mal à s'acquitter.

Retrouver un emploi dans le journalisme est difficile -même en s'inventant des compétences qu'on n'a pas comme le fait de parler... le finnois- mais elle s'y attèle en visant le haut de gamme de la mode.

Elle échoue dans une revue économique dont elle espère bien se servir de tremplin pour arriver à son objectif, les deux magazines ayant le même propriétaire... dans le même immeuble.

Mais voila que son incompétence en matière financière devient un atout pour le rédacteur en chef, ce qui lui vaut une rubrique signée "la fille au foulard vert" (il ne faut pas que l'huissier la retrouve, n'est-ce pas...) et comme de bien entendu, déchaine les passions parmi les lecteurs et lectrices ; les ventes du périodique grimpant en flèche.

Ajoutez à cela une histoire d'amour avec le jeune rédac' en chef (le fils de riche qui veut se faire un nom  à la seule force du travail qu'il aura abattu...) et l'on évitera de vous dire si l'amour sera réciproque, ou bien encore si elle parvient à avoir le job rêvé ainsi qu'à rembourser ses "ardoises".

Ca parvient à être assez différent du Diable s'habille en Prada ; c'est drôle et moqueur (les américains et leurs multiples cartes bancaires en prennent pour leur grade...), la couche de "love story" n'est pas trop guimauve bien que le film soit estampillé "Disney", la prestation de Kristin Scott-Thomas toujours aussi remarquable en directrice -française- du journal de mode qui parle l'anglais avec un accent -si l'on peut dire...- frenchie qui vous blesse les oreilles est plutôt savoureux.

-----
NOTATION :

n2_final.jpg

15/06/2009

.ANGES ET DÉMONS

Affiche-AngesEtDemons.jpg(sorti en salles le 13.05.09)

(Re)voilà le sauveur, en la personne du professeur Robert Langdon, que l'Eglise vient chercher pour lui éviter l'anéantissement promis par la secte des illuminati qui trouve le moyen de faire reparler d'elle après trois siècles de silence et profite de la mort du pape pour kidnapper quatre preferiti (autant dire ceux qui avaient le plus de chance de devenir le nouvel heureux élu...) ; promettant d'en tuer un par heure avant l'apothéose : à minuit, une bombe d'antimatière (?!?) -volée au CERN de Genève- et cachée quelque part dans Rome (!!) sautera et rayera le Vatican de la carte...

Aidé -ou bien ralenti ?- par une chercheuse italienne du CERN et toute une armada de gardes suisses et de carabinieri, le professeur Langdon [Tom Hanks] va être confronté à une course contre la montre d'un peu moins de cinq heures...

Heureuse surprise -lorsqu'on a lu le livre...- de constater que le film, à défaut de gommer toutes les incongruités, évite à certains moments -cruciaux...- le ridicule total qu'il aurait dû endurer en suivant à la lettre le roman (comme cela a malheureusement été fait pour le Da Vinci code...).

Reste alors un bon thriller qui se regarde sans voir passer le temps...

-----
NOTATION :

N3_FINAL.jpg

12/06/2009

.ÉTREINTES BRISÉES

Affiche-EtreintesBrisees.jpg(sorti en salles le 20.05.09)

Harry Caine est un scénariste qui a perdu la vue, il travaille sur des projets et participe à certains autres que lui présente son agent Judit.

Un beau jour, cette dernière l'informe qu'un certain Ray-X veut le voir et impérativement travailler avec lui : son vrai nom est en fait Martel "junior".

Cet événement suivi d'un séjour de Diego -son aide et également le fils de Judit- à l'hopital lui font se rappeler ce qu'il a vécu quatorze ans auparavant lorsqu'il s'appelait encore Mateo Blanco : la rencontre avec Lena [Penelope Cruz] qui voulait absolument faire du cinéma, mais était la secrétaire et maitresse du richissime Ernesto Martel qui veut veiller sur tout (...) en produisant le film.

Comment Mateo est tombé amoureux de Lena, a vécu de brèves semaines avec elle avant que la mort ne la lui ravisse et le laisse aveugle.

Le retour de Judit est l'occasion d'une confession et sa jalousie de l'époque est peut-être la cause d'un -hypothétique- plan ourdi par Ernesto Martel afin de venger l'affront.

Le temps du deuil est-il fini et Harry Caine va-t-il pouvoir redevenir Mateo Blanco avec le concours du fils Martel ?

Le nouvel Almodovar ? oui.
Film intéressant ? oui.
Captivant ? n'allons pas jusque là...

-----
NOTATION :

n2_final.jpg

10/06/2009

.QUELQUE CHOSE À TE DIRE

Affiche-QuelqueChoseATeDire.jpg(sorti en salles le 27.05.09)

Henry Celliers [Patrick Chesnais] est un ancien ponte de l'industrie marié à Mady [Charlotte Rampling], 45 ans de mariage et trois enfants :
- Antoine [Pascal Elbé] dont toutes les tentatives d'entreprenariat se soldent par des faillites au tribunal de commerce,
- Annabelle, infirmière qui tire les cartes à tous les patients qui le veulent bien et se contente de l'amour à la sauvette avec un chirurgien marié,
- Alice [Mathilde Seigner] qui sort de relations sans lendemains pour tomber dans des déprimes lui faisant peindre des madones très... torturées et qui, arrêtée au cours d'une descente des stups dans un troquet, fait la rencontre de Jacques [Olivier Marchal], flic dont la situation de couple le rend malheureux et affecte son travail.

Tout ce petit monde voudrait bien dire -au moins- une chose à une ou plusieurs personnes en particulier sans y parvenir : Henry et Jacques qui veulent quitter leur femme mais n'arrivent pas à leur dire, Mady qui aime ses enfants mais n'arrive pas à leur dire, Antoine qui veut suivre les traces du père sans oser lui dire qu'il rêve de faire autre chose, Alice qui ne veut pas s'attacher et qui trouvant l'homme dont elle a besoin n'arrive pas à le retenir en lui disant son amour...

Bref, tous les personnages sont un peu handicapés de la parole ; surtout quand il est question de dire "je t'aime"... ou l'inverse.

Ajoutez à cela que Jacques découvre, à l'occasion du décès de sa mère, que son père artiste avait laissé des toiles en héritage à un enfant conçu avec une autre femme ardemment aimée qui se trouve être... Mady ; ce qu'Alice réalisera avant lui, coupant court  à une relation pourtant bien partie pour être la bonne.

Le tout donne un film plutôt sympathique sur un thème tout simple, et on adhère...

-----
NOTATION :

n2_final.jpg

08/06/2009

.JUSQU'EN ENFER

Affiche-JusquEnEnfer.jpg(sorti en salles le 27.05.09)

Christine et Clay filent le parfait amour dans une petite vie bien rangée.

Côté professionnel, tout va bien également puisque Clay a été nommé professeur et sa fiancée est bien placée dans la concurrence avec un collègue pour obtenir un poste de directeur dans la banque où elle travaille.

Mais voilà que tout dégénère lorsqu'elle refuse un nouveau prêt à une vieille femme qui est allée jusqu'à l'implorer à genoux afin de garder sa maison.

La "recalée" l'agresse dans le parking et lui arrache un bouton de manteau permettant de jeter un sort à sa propriétaire.

Christine commence alors à avoir des hallucinations, se fait agresser par des démons, "pisse" le sang au travail...

Elle va donc devoir se débrouiller pour être désenvoutée avant que ne se passe les 72 heures au bout desquelles elle se verra "happée" en enfer...

Quand le réalisateur des Spiderman se met à faire un film d'horreur, on croule sous trop d'effets spéciaux et l'ensemble est tellement grandguignolesque que l'on ne peut même pas dire que cela renouvelle le genre ; sauf à avoir voulu faire une parodie...

-----
NOTATION :

n1_final.jpg

05/06/2009

.OSS 117 : RIO... (2è épisode)

Affiche-Oss117RioNeRepondPlus.jpg(sorti en salles le 15.04.09)

Revoila Hubert Bonisseur de la Bath [Jean Dujardin], toujours aussi infatué de lui-même et armé de son gros calibre : une sacrée dose de stupidité.

Après avoir éradiqué de vilains chinois qui en voulait à la vie d'une princesse asiatique à Gstad, son supérieur [Pierre Bellemare] l'enjoint d'aller à Rio pour marchander avec... un ancien nazi (!!) qui doit lui remettre un microfilm en échange d'une belle mallette pleine de bons vieux francs...

Mais évidemment, OSS 117 qui ne connait pas grand chose à la géopolitique n'a pas encore compris qu'arrivé à Rio, il sera d'autant plus surveillé que l'homme qu'il doit approcher sur place intéresse déjà -entre autres- la CIA (plutôt pour le protéger) et le Mossad (plutôt pour l'enlever et le traduire en justice).

OSS 117 va donc devoir faire équipe avec une blonde très séduisante malgré qu'elle soit... un officier israélien, afin de trouver le seul moyen leur permettant d'arriver jusqu'au retraité nazi : son fils... hippie !

De Rio à Brasilia, notre "zéro" va avoir à faire à forte partie (sans compter tout le clan des chinois qui l'ont suivi au Brésil pour venger la mort de leur famille à Gstad...).

Avec son humour qui tombe à plat et ses a-priori ridicules qu'il assène lourdement devant les mauvaises personnes, OSS 117 énerve jusqu'aux "alliés de la France" qui auraient bien envie de l'étriper !

Ce film garde toujours le côté franchouillard de notre espion national avec les  blagues "à deux balles" et les relents racistes de certains propos  ; mais ils ont su -heureusement- faire un meilleur dosage que dans le premier volet, ce qui le rend plus digeste... et drôle.
Quant aux décors sixties, ils sont amplement réussis : on croirait vraiment être remonté dans le temps.

On suppose un troisième opus, en se demandant si notre OSS 117 n'aura pas viré sa cuti car les amours de groupe qu'il a vécues là-bas pendant un bivouac semblent avoir laissé des traces...

-----
NOTATION :

n2_final.jpg

03/06/2009

.ROMAINE PAR MOINS 30

Affiche-RomaineParMoinsTrente.jpg (sorti en salles le 29.04.09)

Romaine [Sandrine Kiberlain] se fait larguer par Justin [Pascal Elbé] alors qu'ils viennent à peine d'arriver à Montréal.

Il faut dire que trop de franchise de sa part durant le vol a un peu douché l'entrain de Justin à la veille de ces fêtes de fin d'année.

Perdue dans Montréal et complètement déboussolée, la voila gentiment hébergée par une hôtesse de l'air (qui déteste l'avion et est -accessoirement- un peu à l'origine de ses déboires) : elle va donc avoir tout le temps pour s'interroger sur sa responsabilité -ou pas- dans ses échecs avec les hommes et statuer sur le fait qu'elle ait vraiment envie -ou pas- de renouer avec Justin pour repartir "sur de bonnes bases".

Tout ça entre deux rencontres d'hommes (l'un très "chaud", l'autre complètement givré) et une visite chez un acupuncteur un peu "piqué" ; dans un Montréal sous une neige glaciale.

Des situations crédibles (peut-être vécues...) sans être rocambolesques, un peu de sentimentalisme et de petites touches d'humour : on sent que c'est fait avec une sensibilité féminine... et ça fait du bien.

-----
NOTATION :

n2_final.jpg

01/06/2009

.RAPPEL des CRITIQUES du 01 au 31.05.09

Rappel des films que j'ai vus et critiqués durant le mois de mai 2009 :

.VILLA AMALIA
.LET'S MAKE MONEY
.RACHEL SE MARIE
.HUMAINS
.MONSTRES CONTRE ALIENS
.UN MARIAGE DE RÊVE
.DANS LA BRUME ÉLECTRIQUE
.LE SENS DE LA VIE POUR 9,99 $
.COMMIS D'OFFICE
.COCO AVANT CHANEL
.X-MEN ORIGINE : WOLVERINE

.GOOD MORNING ENGLAND

Affiche-GoodMorningEngland.jpg(sorti en salles le 06.05.09)

1966 : l'Angleterre, terre fertile qui produit un tas de chanteurs et groupes de pop et rock ; prohibe ses "propres produits" aux oreilles des anglais car la très publique -et pudique- BBC ne leur consacre que deux heures d'antenne hebdomadaires (!!).

Heureusement, les fans peuvent capter des radios pirates en ondes moyennes pour écouter 24/24h ces musiques émergentes ainsi que leurs Djs/animateurs qui ont une certaine liberté de langage annonciatrice de ce que sera 68.

C'est l'occasion de suivre un jeune homme envoyé par sa mère sur le bateau d'un de ces émetteurs "hors la loi" qui mouille en mer du Nord : Radio Rock ; avec qui l'on partagera -dès qu'il y pose le pied- la vie en vase clos de cette équipe de Dj's allumés autant que passionnés par la Musique.

En parallèle, on suit le gouvernement britannique -et plus précisément le ministre des télécommunications- dans sa lutte pour faire taire ces radios coupables d'émettre sans autorisation en dehors des eaux territoriales.

Le film donne l'occasion de réentendre plein de très bons morceaux, parfois repris aujourd'hui en ayant été -pas toujours (heureusement !)- remixés.
Et lorsque le boss à bord, nommé "Le Comte" [Philip Seymour Hoffman], dit au petit jeune qu'ils vivent leurs meilleurs moments ; on se dit avec nostalgie (pour ceux qui sont en mesure de le faire tout du moins !) qu'il n'a pas tort, tant du point de vue du mode de vie comparé que de la production musicale actuelle...

2h15 rock au bout desquelles on regrette de devoir quitter ces novateurs qui ont ouvert le chemin à ce que seront quinze ans plus tard les radios libres.... en toute légalité cette fois.

-----
NOTATION :

N3_FINAL.jpg
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu