Avertir le modérateur

31/05/2010

.RAPPEL DES NOTATIONS DE MAI

n4_final.jpg

.aucun film ce mois-ci

N3_final.jpg

.LE CHOC DES TITANS
.ALICE AU PAYS DES MERVEILLES
.GREEN ZONE
.MAMMUTH
.LES AVENTURES EXTRAORDINAIRES D'ADÈLE BLANC-SEC
.IRON MAN 2

n2_final.jpg

.L'AMOUR, C'EST MIEUX À DEUX
.IMOGÈNE MC CARTHERY
.FREDDY LES GRIFFES DE LA NUIT
.CRAZY NIGHT

n1_final.jpg

.KICK ASS
.GREENBERG

.CRAZY NIGHT

Affiche-CrazyNight.jpg

(film sorti en salles le 12.05.10)


Claire Foster [Tina Fey] | Phil Foster [Steve Carell]


NOTATION :n2_final.jpg


Elle est agent immobilier, il est avocat fiscaliste : Claire et Phil Foster forment un petit couple tranquille vivant dans le New-Jersey dans une sympathique maison avec leurs enfants.

Mais voilà que leurs meilleurs amis s'apprêtent à divorcer et que la question "le train-train quotidien n'est-il pas en train de nous séparer" va peut-être s'inviter également chez eux.

C'est alors que pour se faire pardonner d'avoir presque oublié -ou pas eu envie- d'honorer la sortie qu'il lui avait promise, Phil décide d'emmener son épouse dans un restaurant huppé qui vient d'ouvrir à Manhattan. Mais l'établissement est déjà très couru, l'espoir d'un bon dîner s'évanouit car sans réservation... à moins que l'on se fasse passer pour les Triplehorn qui n'ont pas l'air de se manifester malgré plusieurs "appels" d'une hotesse ?

C'est l'idée saugrenue de Phil qui va rapidement dégénérer lorsqu'ils vont se faire accoster par deux malabars les enjoignant aimablement de les suivre dans l'arrière cour avant de leur pointer un pistolet sous le nez et exiger qu'ils leur remettent une clé USB qui aurait été dérobée pour faire "chanter" un certain Joe Miletto...

Leur échappant par une série de hasards bienheureux, va s'ensuivre une folle nuit où ils vont se transformer en apprentis détectives pour retrouver les Triplehorn et tous ceux qui veulent leur peau avec l'aide d'Holbrooke Grant, ancien client de Claire -qui va rendre jaloux Phil- ; cette histoire leur permettant peut-être en prime de souder plus que jamais leur couple qu'ils craignaient de voir éclater par trop de monotonie.

Ce film est sympathique et contient différents degrés d'humour, Mark Wahlberg fait quelques apparitions torse nu pour montrer ses petits muscles et on oubliera, Steve Carell joue un peu moins les nigauds que dans "Max la menace" et c'est bien ; mais les acteurs ne jouent pas toujours forcément "vrai", ce qui nuit un peu à l'ensemble.

Cela reste malgré tout un bon divertissement familial.

29/05/2010

.FREDDY LES GRIFFES DE LA NUIT (audio)

La critique audio peut être écoutée .

28/05/2010

.IRON MAN 2

Affiche-IronMan2.jpg

(film sorti en salles le 28.04.10)


Pepper Pots [Gwyneth Paltrow] | la Veuve Noire [Scarlett Johansson] | Vanko [Mickey Rourke] | Tony Stark [Robert Downey Jr]


NOTATION :N3_final.jpg


Tony Stark a donc dévoilé qu'il était Iron Man à la fin du premier volet, et fanfaronne désormais devant tous les téléobjectifs à l'occasion de l'inauguration de la Stark Expo.
Cité à comparaître devant une commission dont le président est un sénateur à la solde de l'entreprise d'armement concurrente, Hammer ; il refuse de donner l'armure d'Iron Man au gouvernement et il se bat pour son existence : en effet, le palladium qui le fait vivre le tue également lentement en empoisonnant son sang ; il fait donc les quatre cents coups sans penser au lendemain, ce qui inquiète Pepper Potts sa fidèle secrétaire qu'il propulse soudain au poste de dirigeant de son entreprise, et ne manque pas d'agacer son ami le Colonel Rhodey devant tant de laisser aller.

Ajoutez à cela que Vanko qui travailla un temps avec le père de Tony avant que la guerre froide ne le "ramène" en URSS, meurt en confiant à son fils Ivan des plans avancés élaborés à l'époque qui seront bien utiles à ce dernier afin de parvenir à sa vengeance pleine et entière sur le fils Stark et vous aurez le très méchant qui veut éliminer Iron Man à deux reprises ; tandis que ce dernier, toujours aussi direct et gauche avec les femmes, se prend un "rateau" avec la belle, brune et énigmatique Natasha du service juridique dont on se demande si elle ne manigance pas un mauvais coup...

Amour, humour, trahisons, revirements, paniers de crabes industriels et politiciens et bien évidemment des courses poursuites en hélicoptère ou en voitures -de luxe- entre quelques bonnes bagarres viriles façon Iron Man ou "chorégraphiées" façon Veuve Noire ; sans oublier Nick Fury du SHIELD en "embuscade".

Robert Downey Jr continue de se faire plaisir, Mickey Rourke en méchant -presque- stoïque qui parle peu mais avec un rude accent russe est intéressant, Scarlett Johansson est épatante -et bien séduisante- en Veuve Noire qui donne un peu de piment dans ce volet tout aussi bien fait que le premier ; réussissant ainsi la gageure de tenir la corde avec les "Spiderman" concernant les adaptations les plus réussies des héros de la galaxie Marvel...

Vivement le troisième !!

26/05/2010

.FREDDY LES GRIFFES DE LA NUIT

Affiche-FreddyLesGriffesDeLaNuit.jpg

(film sorti en salles le 12.05.10)


''Freddy'' Krueger [Jackie Earle Haley]


NOTATION :n2_final.jpg


Dean se tranche la gorge sous les yeux de Nancy et Katie.

A l'enterrement où les deux adolescentes se retrouvent accompagnées pour l'une de celui qui a été son boy-friend et pour l'autre de celui qui aimerait bien le devenir, les langues se délient timidement de peur de paraître relever de la psychiatrie : oui Dean semblait se battre et parler à quelqu'un alors qu'il était seul et que c'était bel et bien lui qui tenait le couteau, oui chacun des quatre évitent de dormir de peur de tomber dans des cauchemars où ils sont confrontés à un homme au visage affreusement brûlé qui les poursuit de ses griffes d'acier afin de les occire...

Ils vont alors essayer de s'épauler dans leur "combat" contre ces rêves récurrents -mais s'agit-il bien de rêves ?- et tenter de percer le mystère de cet homme qui s'acharne à hanter leurs nuits, et ce avant qu'eux-mêmes ne passent de vie à trépas ; mais le temps leur est compté car leur "tortionnaire" à une soif de vengeance qui semble inextinguible.

Certains diront "revoila le bon vieux Freddy" comme au bon temps après au moins huit volets dans le passé.

Le problème est que ceux qui ont déjà la chance ou le malheur d'en avoir vu au moins un épisode seront sûrement déçus car ce n'est pas une suite mais une "remise à zéro du compteur"... et, tout comme ceux qui découvre Freddy Krueger, vont de plus trouver ici un film qui semble bien plus "propret" que ce qu'ont dû être les originaux car le politiquement correct est passé par là ; d'où beaucoup de peur qui s'évanouit et un Jackie Earl Haley qui est beaucoup moins angoissant en Freddy que lorsqu'il interprétait Rorschach dans les Watchmen.

Reste un film -que l'on qualifiera malgré tout encore d'horreur ou épouvante- avec quelques effets spéciaux réussis et qui se laisse regarder, entre mensonge des parents et vérité de ceux qui ont été de si charmants bambins... ou l'inverse ?
Le plus cauchemardesque dans tout cela ? Que l'opportunité d'en rester là n'ait pas été tranchée plus nettement, puisque la fin est annonciatrice d'une suite...

25/05/2010

.LES AVENTURES EXTRAORDINAIRES D'ADÈLE BLANC-SEC (audio)

La critique audio peut être écoutée .

22/05/2010

.IMOGÈNE MC CARTHERY (audio)

La critique audio peut être écoutée .

21/05/2010

.LES AVENTURES EXTRAORDINAIRES D'ADÈLE BLANC-SEC

Affiche-LesAventuresExtraordinairesDAdeleBlancSec.jpg

(film sorti en salles le 14.04.10)


Adèle Blanc-Sec [Louise Bourgoin] | Caponi [Gilles Lellouche] | Dieuleveult [Mathieu Amalric]


NOTATION :N3_final.jpg


Tandis qu'Adèle Blanc-Sec parcourt l'Egypte afin de trouver et ramener en France la momie d'un médecin royal qui pourra guérir sa soeur réduite à l'état de légume après être tombée tête la première sur une magnifique épingle à cheveux (!?) ; Paris est victime de survols par un ptérodactyle peu de temps après que des restes d'un oeuf préhistorique aient été retrouvés au milieu d'un champ de bataille laissé au Museum d'histoire naturelle, et sans qu'aucun politicien ou policiers ne semblent assez malins pour faire le rapprochement.

Lorsque des membres des forces de l'ordre menés par l'inspecteur Caponi suivent l'animal qui effectue un nouveau vol "Paris by night" quelques jours plus tard, la piste finit par mener chez le professeur Espérandieu qui va se retrouver en bien mauvaise posture judiciaire si son amie Adèle Blanc-sec ne revient pas rapidement, car ce dernier a le malheur d'avouer être celui grâce à qui le "volatile" ancestral est revenu à la vie.

Mais Adèle a fort à faire avec un autre professeur, Dieuleveult, qui lui veut tout le mal du monde et elle n'est pas certaine de pouvoir rentrer à Paris avec sa fameuse momie, mais plutôt de partager son sommeil éternel en étant ensevelie dans une pyramide.

Basé sur les tomes 1 et 4 (Adèle et la bête et Momies en folie), voila un scénario plutôt bien ficelé avec comme lien ce brave Choupard enivré qui du coup voit dans ses déambulades nocturnes le ptérodactyle en plus des momies ; et des acteurs grimés à la perfection pour ressembler au plus près aux espèces de "gueules cassées" improbables qui peuplent les bandes dessinées de Tardi.
Aussi certains diront que Louise Bourgoin et sa beauté naturelle n'ont pas forcément été le bon choix -physiquement parlant- car l'on ne remarque pas au premier coup d'oeil un charme particulier à l'Adèle de la BD... même si son graphisme à évolué entre les épisodes.

On ne s'attardera pas sur des détails modifiés, comme notamment le fait que le professeur qui fait éclore l'oeuf à distance n'est pas Espérandieu mais Boutardieu dans la BD (Espérandieu étant un ami) et qu'il ne réalise pas ce "miracle" depuis Paris mais de Lyon.

Pour le reste l'humour, l'ironie et l'atmosphère particuliers de la BD sont bien restitués ; tout comme le côté garçon manqué et anticonformiste pour l'époque de l'héroïne et l'on n'en viendrait presque à espérer un deuxième film (Dieuleveult rôdant toujours autour d'Adèle...)

On pensait que Luc Besson tiendrait parole en promettant de ne plus réaliser pour se consacrer à la seule production : il y a de temps à autre des promesses que l'on fait bien de ne pas tenir !

20/05/2010

.MAMMUTH (audio)

La critique audio peut être écoutée .

19/05/2010

.IMOGÈNE MC CARTHERY

(film sorti en salles le 05.05.10)


Imogène [Catherine Frot] | Sir Woolish [Michel Aumont] | Samuel [Lambert Wilson]


NOTATION :


A Londres ; la rousse Imogène, écossaise jusqu'au bout des ongles, travaille à l'Amirauté ou son patriotisme "so scottish" l'oblige à "moucher" quiconque ne l'est pas et oserait lui faire des réflexions déplacées, qu'il s'agisse de ses collègues ou de son supérieur direct.

Après un nouveau clash, la voilà convoquée par Sir Woolish qui, loin de la remercier, lui confie un travail au nom de la Couronne : aller aux Falklands qui l'ont vu naître afin de porter les plans d'un nouvel avion de combat jusqu'à un contact présent là-bas et qui l'attend afin de pouvoir les examiner.

Bien évidemment, loin d'éloigner les soupçons de par son inaptitude sur "le terrain" ; l'acheminement des documents secrets ne va pas être une sinécure, d'autant que son retour au pays natal la fait retrouver celui dont elle est secrètement amoureuse depuis qu'elle est enfant : Samuel Tyler, policier de son état ; ce qui ne va pas faciliter sa... mission.

Quant à la raison véritable de son périple, lorsqu'elle la connaîtra... ne vous fâchez pas Imogène !!

Disons le tout net : on retrouve l'atmosphère particulière des histoires éponymes de Charles Exbrayat, avec l'humour des réparties et le côté un peu "déjanté" qui différencie l'héroïne d'une vulgaire Miss Marple d'Agatha Christie et qui convient parfaitement à l'interprétation équilibrée de Catherine Frot.
Malheureusement l'histoire souffre de nous ramener aux années 60 et à la guerre froide, là où histoires et personnages d'Agatha sont plus intemporels et donc un peu plus intéressants mais il reste le comportement d'une femme libre au caractère bien trempé, et donc très "actuelle".

Catherine Frot ne démérite pas et semble prendre plaisir dans la peau de notre Imogène, Lambert Wilson et Michel Aumont sont moins visibles mais tout aussi excellents.
Un très bon moment de divertissement qui fait oublier la série télévisée.

18/05/2010

.GREENBERG (audio)

La critique audio peut être écoutée .

17/05/2010

.MAMMUTH

Affiche-Mammuth.jpg

(film sorti en salles le 21.04.10)


Catherine [Yolande Moreau] | Serge "Mammuth" [Gérard Depardieu]


NOTATION :N3_final.jpg


Serge, la soixantaine, est employé dans un abattoir et aujourd'hui c'est son dernier jour de travail ; celui qui précède... la retraite après quarante-quatre ans ininterrompus de bons et loyaux services dans différents jobs... pas toujours déclarés.

Aiguillonné par sa concubine Catherine, il se rend à la caisse de retraite et découvre qu'il ne va pas pouvoir prétendre à une pension complète s'il n'est pas en mesure de trouver dix justificatifs de salaire -et donc de cotisations- pour des boulots qu'il avait effectués sans se préoccuper de la paperasse pour l'avenir (à l'époque, on trouvait si facilement une place après en avoir quittée une autre...).

Enfourchant sa vieille moto, il va donc sillonner la région en quête de ses ex-employeurs afin de récupérer les sésames nécessaires.
Mais son périple va bientôt devenir plus qu'une simple recherche de bulletins de paie au fur et à mesure de ses retrouvailles avec ceux qui furent ses patrons, mais également au gré de ses rencontres improbables au cours de son périple ainsi que des liens qu'il renoue avec de la famille ; sans compter que chevaucher sa bécane va ranimer le souvenir de son "unique" amour morte dans l'accident qu'ils ont eu sur ce même deux roues.

Qu'a-t-on fait de sa vie passée, que compte-t-on faire de sa nouvelle existence lorsque l'on franchit ce cap où un nouveau statut vous remet en question et faut-il l'accepter ou bien continuer d'adorer le passé et le regretter à chaque instant plutôt que d'aimer le présent et tout ce qui le compose afin de se forger un avenir ?

Dure question pour un Gérard Depardieu comme on aime le voir, de nouveau transcendé dans ce rôle, tout en finesse et fragilité ; et avec le concours d'une Yolande Moreau dont chaque apparition est toujours un moment magique et d'une Isabelle Adjani très fantômatique mais toujours aussi sublime.
Hormis la façon de filmer assez spéciale qu'affectionne Benoît Delépine ; on appréciera les habituelles touches d'humour dans des scènes tout aussi fortes que parfois iconoclastes telles le mort au rayon surgelés, les représentants de commerce dans le restaurant de l'hôtel ou encore Serge confronté à son ancien patron viticulteur campé par Siné...

Belle performance du "Gégé" national, à voir d'urgence et sans appréhension.

15/05/2010

.L'AMOUR, C'EST MIEUX À DEUX (audio)

La critique audio peut être écoutée .

14/05/2010

.GREENBERG

Affiche-Greenberg.jpg

(film sorti en salles le 28.04.10)


Roger Greenberg [Ben Stiller]


NOTATION :n1_final.jpg


Florence est une "aide" (garde des enfants, courses, promenade du chien...) qui travaille pour la famille Greenberg.

Lorsque cette dernière décide de partir en vacances au Vietnam ; Florence pense avoir un peu plus de temps pour progresser dans son désir de devenir chanteuse, elle ne fait plus que quelques sauts à la maison des Greenberg pour s'occuper du chien et accessoirement pour récupérer un chèque que lui doit son employeur.

Mais voila qu'elle tombe sur le frère, Roger Greenberg, chargé de surveiller la propriété tout en construisant une niche pour le chien ; qui parait plus que bizarre dans son comportement et semble ne pas travailler.

Florence qui sort d'un échec sentimental, qui ne sait pas dire non et dont le rêve de percer dans la chanson risque de ne pas se concrétiser de sitôt ; va s'intéresser à Roger dont elle va apprendre qu'il a fait un séjour en hopital psychiatrique, se vante de ne pas travailler, fait sa crise de la quarantaine et de surcroit traine comme un boulet un amour contrarié qui date de l'époque du collège ainsi qu'une histoire d'amitié entâchée par la dislocation du groupe musical formé avec deux potes suite à son refus de signer un contrat d'édition en pensant se monnayer mieux avec une autre maison de disques.

Mais un sentiment peut-il vraiment naître entre ces deux-là qui semblent aussi désemparés l'un que l'autre face à la vie, sont aussi maladroits dans leurs gestes et paroles et qui plus est, ont quinze ans d'écart ?

Si Ben Stiller change de registre en jouant un "raté" fragile sortant d'institution et s'en sort plus ou moins bien, il ne sauve pas à lui tout seul un film qui se traine lamentablement pour se terminer assez abruptement, même si cela n'empêche pas d'interpréter correctement le point final qui y est mis.

13/05/2010

.KICK ASS (audio)

La critique audio peut être écoutée .

12/05/2010

.L'AMOUR, C'EST MIEUX À DEUX

Affiche-LAmourCEstMieuxADeux.jpg

(film sorti en salles le 05.05.10)


Angèle [Virginie Efira] | Michel [Clovis Cornillac] | Vincent [Manu Payet]


NOTATION :n2_final.jpg


Vincent est avocat et s'occupe du divorce de son meilleur ami Michel, à peine un an après un mariage sans ombre.

Pourquoi sont-ils amis d'ailleurs ?
On se le demande car autant Vincent est un "queutard" fini, autant Michel est "fleur bleue" et pense que l'amour est dû au fruit du hasard qui vous tombe dessus comme ça sans prévenir (forcément...), tout comme l'ont expérimenté ses parents et grands-parents ; raison pour laquelle leur ménage est si solide après tant d'années.

Aussi quand il croise Angèle, il croit revivre mais il ne sait malheureusement pas que tout a été arrangé par Vincent et sa copine du moment qui est également l'amie d'Angèle.
Lorsque Michel va le découvrir, il va rompre en prenant soin d'en expliquer le motif, laissant Angèle à son incompréhension et profondément déçue ; car elle commençait à s'éprendre de Michel si gentil qui n'a même pas profité du premier soir pour que la rencontre finisse... au lit.
Quant à Michel, même s'il ne se l'avoue pas ; il est aussi très affecté et passe une année au trente-sixième dessous et ce n'est pas son ami Vincent qui va l'aider à surmonter l'épreuve.
Mais pendant ce temps, Angèle semble avoir tourné la page tandis que nos deux amis passent le leur à convaincre l'autre de l'infaillibilité de leur méthode... amoureuse.

Dominique Farrugia et Franck Dubosc aux manettes, voila qui explique que les dialogues oscillent sans cesse entre modernisme qui fait souvent mouche et répliques censées être drôles mais souvent téléphonées tout comme certaines situations dans lesquelles se retrouvent parfois les personnages.
Reste que Manu Payet est bon dans l'ensemble même si son personnage est très bavard et expansif (preuve qu'un humoriste peut être drôle lorsqu'il interprète les textes... des autres...), et Virginie Efira est LA bonne surprise du film (qui prouve qu'il y a une vie après la télé, même pour une blonde...).
Pour ce qui est de Clovis Cornillac, même s'il est bien de prendre un rôle à contre-emploi, peut-on oser suggérer une meilleure sélection pour lui éviter l'accident industriel, tout comme avec le précédent film où il s'était commis en compagnie de Carole Bouquet et Kad Merad (et dont on taira le titre par charité)... ?

11/05/2010

.GREEN ZONE (audio)

La critique audio peut être écoutée .

10/05/2010

.KICK ASS

Affiche-KickAss.jpg

(film sorti en salles le 21.04.10)


Damon McReady/Big Daddy [Nicolas Cage]


NOTATION :n1_final.jpg


Dave est un adolescent sans histoire -même avec les filles...- qui passe son temps avec ses deux seuls potes du lycée qui ont en commun avec lui -en plus d'être faibles et de se faire racketter...- d'aimer les comics.

Et voila qu'un jour, Dave se prend à rêver très fort de devenir un vrai super-héros ; il finit donc par s'acheter l'accoutrement adéquat sur internet et se baptise du nom de Kick-Ass.

Mais quel entrainement faut-il suivre pour être un "vengeur masqué" et surtout à partir de quel degré de gravité d'un événement doit il agir ?

Sa première intervention pour arrêter les deux loubards qui le rackettent régulièrement et qui étaient en train de tenter de voler une voiture se solde par un tabassage en règle et un méchant séjour à l'hôpital.
Quant à la deuxième, il s'en sort plus ou moins bien en finissant malgré tout par faire fuir les agresseurs tout en devenant une star de l'internet et des télés qui diffusent en boucle son fait d'arme filmé par des téléphones portables plutôt que de lui prêter assistance dans son "combat".

Tout se complique lorsqu'il veut aider la copine de classe -dont il est secrètement amoureux- à rompre avec son petit ami qui se trouve être aussi le chef d'un gang de dealer.
Pris au piège des gros bras, surgissent deux autres super-héros qui laissent tout le monde sur le carreau ; mais les morts étaient des hommes de Franck d'Amico et ce dernier croyant Kick-Ass responsable du massacre charge ses troupes de le trouver pour l'éliminer sans attendre.

Tandis que Dave se terre pour éviter d'être repéré par les truands, deux personnes peaufinent leur plan d'élimination de la bande afin de se venger d'avoir perdu leur mère et épouse ainsi que d'avoir plongé pour trafic de drogues suite à des preuves fabriquées et avoir ainsi perdu son boulot de flic : Big Daddy et sa fille Mindy alias Hit Girl, tous deux amateurs éclairés d'armes qu'elles soient à lame ou à munitions... et qui savent s'en servir.

Les "vrais faux" super-héros qui n'ont pas vraiment d'autre pouvoir que celui procuré par leur arsenal militaire vont-ils réussir à éradiquer la mafia qui règne à New-York ?

Pour voir ce film, il faut d'abord se résigner à ne -surtout- pas le prendre au premier degré.
Si l'on y est parvenu ; il reste le couplet sur les affres de l'adolescence avec le besoin d'affirmation de soi et le premier amour, mêlé à du grand n'importe quoi sous amphétamines avec humour pas forcément fin et cabrioles absolument improbables de nos héros, le tout filmé façon BD...
Bref, ça a le goût et la couleur des super-héros mais ça n'en est pas : c'est fade, même sous couvert de parodie...

08/05/2010

.ALICE AU PAYS DES MERVEILLES (audio)

La critique audio peut être écoutée .

07/05/2010

.GREEN ZONE

Affiche-GreenZone.jpg

(film sorti en salles le 14.04.10)


Roy Miller [Matt Damon]


NOTATION :N3_FINAL.jpg


2003 : après l'invasion de l'Irak par les Etats-Unis, Roy Miller est un bon petit soldat américain qui fait ce que l'on attend de lui avec ses gars : trouver les fameuses armes de destruction massive qui étaient en possession du tyran de Bagdad.
Mais chacune de leur descente sur un lieu supposé en contenir et dont les coordonnées ont été données par un informateur plus que sûr est vouée à l'échec : endroits déserts ou usines désaffectées bien avant la chute de Saddam, aucun indice que la moindre arme y ait jamais été entreposée.

Il va alors réfléchir -chose étonnante pour un militaire- et poser la question qui fâche à un général qui débarque pour un "briefing" : est-on sûr à cent pour cent que les informations données sont fiables, et la source qui leur a donné les éléments est-elle elle-même digne de confiance ?

Ayant obtenu une réponse affirmative de tous les pontes rassemblés, il repart avec son équipe sans se douter que ses faits et gestes sont désormais surveillés et décortiqués par un jeune loup aux dents longues de la CIA plutôt sur la défensive et un vieux vétéran du Pentagone.

Bientôt confrontés à un gigantesque chahut de la population locale qu'ils ont créé malgré eux en transformant une place en "gruyère" à force de creuser toujours en quête d'ADM soit-disant enterrées là ; Miller va à cette occasion croiser un irakien prétendant avoir vu une réunion d'anciens hauts gradés du régime déchu et qui se propose de leur montrer l'endroit. Cerise sur le gâteau, l'un de ces hommes serait un des généraux dont la tête est mise à prix car reproduite sur l'un des "valets" du fameux jeu de cartes édité par les américains.
Malheureusement, leur intervention est trop tardive et décousue, l'opération est un fiasco hormis un petit carnet de cuir laissé par les fuyards qu'ils récupèrent ; entrainant une brutale guerre de tranchée entre représentants de la CIA et du Pentagone dont Miller va faire les frais.

Manipulé comme l'est la journaliste du Wall Street Journal ayant la première sorti un article étayant la réalité des preuves et l'existence réelle de l'informateur, Miller va-t-il s'entêter à remettre la main sur le carnet et retrouver ce fameux général pour lui faire dire s'il est la source des données servant à l'armée US et si les ADM existent vraiment ?

Passé les premières trente minutes ressemblant plutôt à un "documentaire" caméra à l'épaule ; on suit un Miller qui enlève ses oeillères et s'engage sur une pente dangereuse pour lui s'il s'acharne à chercher l'os qui empêche la vérité d'éclater, avec en épée de Damoclès les deux "cadors" du gouvernement -énigmatiques et calculateurs-  dont l'un risque de devenir dangereux à l'idée que soit découvert le mic-mac qui a été mis en place en haut lieu et auquel il a pris part.

Ce film assez haletant n'est pas tendre envers les américains -il faut dire que l'embrouille manigancée n'est pas très glorieuse...- mais montre aussi que quelques personnes -dont des militaires, voire des journalistes- peuvent avoir le courage d'arrêter de gober les salades servies avec la complicité des médias, s'interroger enfin sur les éléments prouvant leur véracité -ou bien leur mensonge dans le cas présent...- et commencer à élever la voix ; avec un Matt Damon au mieux de sa forme et un rendu de l'image par moment donnant l'impression -réelle ou pas ?- d'un tournage à haut risque en "milieu hostile" qui renforce la sensation de danger qui peut venir aussi bien de la population locale que de son propre camp...

Encore un excellent Paul Greengrass...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu