Avertir le modérateur

29/06/2010

.L'ILLUSIONNISTE

Affiche-Lillusionniste.jpg

(film sorti en salles le 16.06.10)


d'après un scénario de Jacques Tati


NOTATION :N3_final.jpg


1959 : Tatischeff l'illusionniste se produit encore dans quelques salles de spectacles parisiennes mais sans faire recette comme à son apogée.

Traversant la Manche avec son lapin sous le bras, le voila qui tente l'aventure à Londres ; mais l'évolution va dans le même sens, les salles de spectacles donnent de plus en plus de place à de nouvelles attractions comme les groupes de rock qui essaiment un peu partout.
Contraint de se produire au cours de garden-parties ou dans des pubs, le voila qui arrive dans un village reculé d'une île écossaise ; mais il est une fois encore rattrapé par le progrès : l'électricité arrive sur le caillou et l'on va vite installer un juke-box pour se distraire et vivre avec son époque.
Où qu'il aille, Tatischeff ne pourra plus longtemps précéder une "vague de modernité" qui déferle et engloutit tous ces petits numéros qui avaient leur charme mais on fait leur temps.

Ayant rencontré la jeune Alice qui décide de le suivre lorsqu'il quitte l'île, les voila qui débarquent à Edimbourg et logent dans un hôtel plus ou moins refuge d'artistes qui n'ont pas senti le vent du changement. Tandis qu'un clown veut en finir avec la vie et qu'un ventriloque finit ivrogne dans le caniveau, Tatischeff va tenir le coup et vivoter grâce à de petits boulots ; et aussi grâce à Alice qu'il va -telle sa fille- transformer en petite princesse qui finira bientôt par être suffisamment âgée pour trouver l'amour tandis que Tatischeff se retirera sur la pointe des pieds derrière un rideau qui se refermera pour la dernière fois sur sa vie d'artiste.

Mélancolie, poésie, des décors magnifiques et une animation de toute beauté, quelques références clin d'oeil à l'oeuvre de Tati ; voila un dessin animé merveilleux qui par son sujet s'adresse tout de même plutôt à un public adulte, un cran au dessus des Triplettes de Belleville.

Reste un détail : trop d'onomatopées et de borborygmes émanant des personnages (britanniques en général) entre deux mots laconiques en français, qui font que l'on trouvera cela soit énervant au possible ou alors contribuant au lyrisme et à la nostalgie ressentit dans ce film où l'on retrouve des pans de "l'univers Tati" que ce dernier n'aurait certainement pas renié.

Un travail d'orfèvre... et sans aucun besoin de 3D !!

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu