Avertir le modérateur

30/09/2010

.RAPPEL DES NOTATIONS DE SEPTEMBRE

n4_final.jpg

.aucun film ce mois-ci

N3_final.jpg

.SALT
.CRIME D'AMOUR

n2_final.jpg

.KRACH
.LE BRUIT DES GLAÇONS

n1_final.jpg

.EXPENDABLES : UNITÉ SPÉCIALE

28/09/2010

.LE BRUIT DES GLAÇONS (audio)

La critique audio peut être écoutée .

24/09/2010

.LE BRUIT DES GLAÇONS

Affiche-LeBruitDesGlacons.jpg

(film sorti en salles le 25.08.10)


Charles [Jean Dujardin] | son cancer [Albert Dupontel] | le cancer de Louisa [Myriam Boyer]


NOTATION :n2_final.jpg


Depuis que sa femme l'a quitté en emmenant leur fils, Charles est un écrivain en panne d'inspiration et ce n'est pas son refuge dans l'alcool à longueur de journée qui risque d'arranger les choses.
Seul avec ses bouteilles -qui ne restent pas très longtemps dans leur seau à glace- et sa domestique Louisa, voila que l'on sonne et que s'invite chez lui... son cancer qui vient pour faire sa connaissance durant les quelques mois lui restant à vivre.

Après une période d'acceptation de la mort, va-t-il lutter pour sa guérison -et en avoir la force face à un adversaire insidieux- alors que sa dame de maison semble avoir -sans oser lui dire- un penchant plus que prononcé pour lui (et accessoirement elle aussi un cancer...) ?

Ce film ne manque pas de réparties cyniques à souhait qui sont un régal, qui ajoutent encore au côté déjà naturellement dérangeant du sujet.
L'idée de "matérialiser" par un personnage le mal invisible qui commence à vous ronger est originale, et qui mieux que Dupontel -et Boyer son pendant féminin- pouvaient l'incarner ?
Le portrait du médecin qui vient soigner une migraine d'ivrogne sans soupçonner le moins du monde une tumeur au cerveau chez son patient titillera un peu une profession souvent si sûre de ses diagnostics.

Parlant tout à la fois de la maladie, de la façon dont on l'accueille et lutte -ou pas- contre elle, de la différence de traitement et de chance de rémission selon que l'on soit riche ou pauvre, de l'amour donné par les proches dans l'aide à la guérison, de l'occasion de faire le point sur sa vie à l'approche de la fin ; le film peine souvent à trouver ses marques et réussit à donner une impression de fouillis même avec un traitement pourtant épuré...

Reste néanmoins -dans tous les sens du terme...- la lueur d'espoir finale, pour un crû malgré tout moyen de la part de Blier.

23/09/2010

.EXPENDABLES : UNITÉ SPÉCIALE (audio)

La critique audio peut être écoutée .

20/09/2010

.EXPENDABLES : UNITÉ SPÉCIALE

Affiche-Expendables.jpg

(film sorti en salles le 18.08.10)


Barney [Sylvester Stallone] | Lee [Jason Statham]


NOTATION :n1_final.jpg


Ils sont six et forment l'unité spéciale "Expendables" : pas vraiment mercenaires car l'argent n'est pas leur première motivation ; ils ne sont pas non plus des agents de la CIA même si l'on soupçonne que c'est cette dernière qui commandite la plupart de leurs missions à travers le monde.

Et voilà qu'après leur dernière escapade dans le golfe d'Aden pour liquider des pirates de la mer tout en sauvant leurs otages, on leur propose à présent une mission périlleuse pour éliminer un général qui a pris le pouvoir et règne d'une main de fer sur l'ile de... Vilena.

Après des "repérages" où Barney et Lee vont échapper de peu à une élimination en ayant joint leur "contact" sur place (une ravissante jeune femme qui se trouve être... la fille du général) ; Barney décide de revenir -en partie pour elle- bien qu'il ait découvert que derrière le dictateur se trouve Monroe, un ancien agent de la CIA faisant désormais un juteux commerce de drogue, ce dernier étant la vraie cible que cherche à atteindre leur employeur (qui s'avère finalement bel et bien être... la CIA).
Même s'il veut régler l'affaire seul (Rambo a la vie dure...), ses cinq compagnons vont bien évidemment l'accompagner pour l'épauler, au nom de l'amitié virile qui défend de laisser un membre de l'équipe aller sciemment au devant de la mort...

Pour un scénario aussi léger, était-il besoin de ressortir de la naphtaline Dolph Lundgren ou Mickey Rourke, sous-employer Jet Li, faire saliver avec Bruce Willis ou Arnold Schwarzenegger qui n'y font qu'une brève apparition ?
Stallone peine à convaincre avec ce film et ce ne sont pas les tonnes de déflagrations, fusillades, lancers de couteaux, courses poursuite qui y changent grand chose.
Reste alors les rares moments où certains des "héros" (qui sont aussi des hommes quoi...) réfléchissent à leur passé, présent et futur dont est bannie la vie de famille à laquelle les autres ont droit ; qui heureusement ne sont que des interludes qui finalement font préférer les moments d'action, mais on peut très bien retrouver ces sensations dans un bon jeu vidéo... dommage que ma console soit en panne !

16/09/2010

.KRACH (audio)

La critique audio peut être écoutée .

14/09/2010

.CRIME D'AMOUR (audio)

La critique audio peut être écoutée .

13/09/2010

.KRACH

Affiche-Krach.jpg

(film sorti en salles le 01.09.10)


Sybille [Vahina Giocante] | Erwan [Gilles Lellouche] | Georges [Charles Berling]


NOTATION :n2_final.jpg


Erwan Kermor est un trader français officiant à New-York.
Au cours d'une réunion où l'on commence à leur intimer l'objectif d'un rendement plus élevé d'ici la fin d'année... impactant donc leur bonus, Erwan pense avoir déjà vu un graphique boursier qu'on leur projette.

Creusant longuement la question, il finit par trouver la ressemblance dudit graphique avec la courbe d'une étude... climatologique.

Après avoir contacté Sybille, la scientifique à l'origine des recherches ; cette dernière, tout d'abord réticente et incrédule, finit par être convaincue et lui avoue -après multiples vérifications et recalculs informatiques- que "sa" courbe statistique est plus que fréquemment reproduite par celle issue de l'historique des marchés boursiers ; pouvant ainsi déterminer des moments clés pour acheter ou vendre des titres.

Il n'en faut pas plus à Erwan pour passer à une période de validation de son "modèle" lors de nombreux tradings virtuels, avant d'enfin se lancer réellement avec l'aide de son collègue Georges qui lui permet de contourner la limite des engagements de la banque. Mais leur camouflage "temporaire" va leur valoir un licenciement... à la veille de la réalisation du scénario boursier qu'ils avaient joué.

Sûr de son fait, et épaulé par Sybille, Erwan va alors chercher à monter un hedge fund sur la base de ce qu'il pense être une martingale infaillible...

Même si notre héros a un nom à consonnance bretonne commençant étrangement en "Ker" tout comme un ancien employé d'une grande banque française, l'histoire de l'un n'est absolument pas calquée sur l'autre. On passera sur la justification du modèle qui n'a plus vraiment grand chose de "stochastique".
Reste un film intéressant qui montre bien les ambitions d'hommes qui se prennent un peu pour des dieux, ne veulent plus avoir d'obligation de garde-fous pour parier avec de l'argent qui n'est pas le leur, nourrissant ainsi leur besoin d'adrénaline entre deux "prises de becs" entre traders locaux et petits expatriés français si convoités : bref, une peinture assez réaliste de ce milieu d'avant crise ; dommage que la bande son -tout du moins pour la copie visionnée- soit de piètre qualité et gâche un peu l'ensemble.

10/09/2010

.CRIME D'AMOUR

Affiche-CrimeDamour.jpg

(film sorti en salles le 18.08.10)


Christine [Kristin Scott-Thomas] | Isabelle [Ludivine Sagnier] | Philippe [Patrick Mille]


NOTATION :N3_final.jpg


Isabelle travaille comme bras droit de Christine dans les bureaux parisiens d'une multinationale.

Isabelle aime le travail carré et elle a une certaine vénération pour sa patronne qui lui confie des dossiers vitaux dont l'acceptation -ou pas- par le siège américain lui permet de grapiller quelques miettes des compliments qui pleuvent alors sur Christine.

Isabelle est aux anges et encore plus galvanisée sur les dossiers suivants, à coups de "vous avez fait du très bon travail" de sa patronne qui les ponctue également d'ambigüs frôlements de mains ou de "je vous aime Isabelle" susurrés à l'oreille.

Mais à son retour d'Egypte où l'a envoyée Christine pour finaliser la signature d'un contrat dont elle s'est occupée intégralement, elle va peut-être ouvrir les yeux et découvrir ce que son assistant Daniel essaie sans succès de lui expliquer : le caractère ombrageux, froid, autoritaire de Christine, auquel s'ajoutent calcul et manipulation psychologique.

A ses dépens, Isabelle va donc voir le masque tomber et la vraie Christine se dévoiler ; lui "reprenant" Philippe, le comptable veule avec lequel elle avait passé du bon temps en Egypte et en devenant de plus en plus cassante avec elle ; jusqu'à ce samedi soir où Isabelle va avoir droit à une vexation ultime devant tous ses collègues au cours d'un pot monté de toute pièce pour l'occasion.

La guerre entre les deux femmes ne durera pas longtemps et l'on sera surpris jusqu'à la fin du film de découvrir que la douce, timide et malléable Isabelle pouvait renfermer en elle un caractère aussi dangereux que sa supérieure et l'exprimer bientôt pleinement et de façon plutôt magistrale vis-à-vis des deux personnes qui l'ont trahie ; et avec en bonus de "dernière séquence" la découverte d'un Daniel qui n'a jamais été vraiment désintéressé dans le drame qui s'est joué.

Un sujet très bien maîtrisé sur le milieu de l'entreprise et du plus que jamais "chacun pour soi" qui compose la première moitié du film, qui peut prêter le flanc à la critique sur le réalisme de la situation lorsque la seconde partie attaque le volet "judiciaire", mais que l'on oublie rapidement grâce aux talents des deux actrices que sont Kristin Scott-Thomas et Ludivine Sagnier.

Crime d'amour ? Plus que vraisemblable, mais assurément crime parfait et film qui l'est presque autant...

09/09/2010

.SALT (audio)

La critique audio peut être écoutée .

06/09/2010

.SALT

Affiche-Salt.jpg

(film sorti en salles le 25.08.10)


Evelyn Salt [Angelina Jolie] | Ted Winter [Liev Schreiber]


NOTATION :N3_final.jpg


Voila deux ans, Evelyn Salt, agent de la CIA, est sauvée des griffes du gouvernement nord-coréen grâce à un échange avec un autre espion et surtout, grâce à l'arachnologue qui a fait des pieds et des mains pour sa libération, et va accessoirement devenir par la suite son époux.
Aujourd'hui, alors qu'elle compte bien fêter son anniversaire de mariage ; voila qu'on lui indique -ainsi qu'à son supérieur Ted Winter- avoir mis la main sur Orlov, un ancien agent russe du FSB prétendant avoir des informations vitales à fournir en échange de la résidence sur le territoire américain.
Salt étant censée flairer sans coup férir les agents voulant réellement "retourner leur veste" de ceux cherchant à devenir des taupes, on lui suggère d'écouter cet homme au motif qu'elle règlera vite la question ; ce qu'elle accepte sans trop s'étonner que des hommes de la Sécurité d'Etat soient déjà présents.

Cela va être le début du voyage vers l'enfer pour elle car tous les personnels réunis deviennent témoin de l'incroyable : l'agent russe accuse Evelyn Salt d'être un agent dormant conditionné pour se réveiller le "jour X" -à savoir le lendemain- et tuer le Président de la Fédération de Russie venu à New-York assister aux obsèques du Vice-Président des Etats-Unis.
Tous les outils modernes -qui ont remplacé l'habituel détecteur de mensonges- établissant que l'homme dit la vérité, tout le monde s'y fie -sauf Winter qui tente de défendre Salt au mieux pour retarder l'inévitable- et la chasse à "la taupe Evelyn Salt" est lancée, d'autant qu'elle cherche à s'enfuir peu de temps après que les caméras d'un ascenseur du bâtiment révèlent qu'Orlov s'est échappé après avoir assassiné deux agents l'accompagnant en "lieu sûr".

Alors, Salt : vraie taupe ou victime d'une intox visant à poursuivre un autre but ? Quelle en est la véritable origine et y a-t-il d'autres personnes -y compris de la CIA- impliquées dans la machination ?

C'est ce que l'on suit jusqu'à la première moitié du film où l'on obtient la réponse à la première question, avec un très bon suspens qui trouve le moyen de rebondir car la première machination en vise une seconde beaucoup plus machiavélique...

Même si le scénario n'est pas des plus originaux, il est très bien ficelé et servi par une Angelina Jolie en forme olympique.
Quant à la fin abrupte du film, elle laisse peu de doute sur le fait qu'il y aura une suite d'ici quelques temps. Mais sera-t-elle aussi bonne que ce premier volet... explosif et haletant mené sur les chapeaux de roue ?

02/09/2010

.THE KILLER INSIDE ME (audio)

La critique audio peut être écoutée .

01/09/2010

.RAPPEL DES NOTATIONS D'AOÛT

n4_final.jpg

.MILLENIUM 3 : LA REINE DANS LE PALAIS DES COURANTS D'AIR

 

N3_final.jpg

.INCEPTION
.TOY STORY 3

n2_final.jpg

.TAMARA DREWE
.LE PREMIER QUI L'A DIT
.NIGHT AND DAY
.THE KILLER INSIDE ME

n1_final.jpg

.aucun film ce mois-ci

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu