Avertir le modérateur

31/10/2010

.RAPPEL DES NOTATIONS D'OCTOBRE

n4_final.jpg

.aucun film ce mois-ci

N3_final.jpg

.LA VIE AU RANCH

n2_final.jpg

.aucun film ce mois-ci

n1_final.jpg

.KABOOM

28/10/2010

.LA VIE AU RANCH (audio)

La critique audio peut être écoutée .

26/10/2010

.KABOOM (audio)

La critique audio peut être écoutée .

25/10/2010

.LA VIE AU RANCH

Affiche-LaVieAuRanch.jpg

(film sorti en salles le 13.10.10)


Pam [Sarah-Jane Sauvegrain] | Lola [Eulalie Juster]


NOTATION :N3_final.jpg


Malgré leurs vingt ans (pardon, vingt et un...), elles ne semblent pas totalement sorties de l'adolescence et pas complètement rentrées dans l'âge adulte : Manon, Pam et Lola se partagent un appartement qu'elles appellent "le ranch" ; sorte de "cocon" où elles vivent et font la fête, reçoivent d'autres bonnes amies et copains pour des semblants de dissertations -qui n'ont rien de philosophiques-, voire y hébergent les mêmes lorsque des soirées en boîte bien arrosées se terminent au petit matin.

Beaucoup de temps consacré à l'insouciance au détriment de la fac et surtout, qui laisse peu de temps à Pam pour une relation sérieuse avec Bart qui semble pourtant être "l'homme de sa vie".
Est-ce ce motif qui va la faire s'éloigner petit à petit du groupe jusqu'à déménager du "ranch" ?
Rupture qui sera bientôt consommée lors d'un séjour dans la campagne auvergnate où toutes les copines se donnent rendez-vous pour la fin des vacances et met au jour les fissures du groupe.

On en sera pour ses frais si l'on cherche à déterminer le "déclic" qui fait que Pam éprouve le soudain besoin de se détacher du groupe de copines.
On pourra aussi regretter que les dialogues ressemblent à de l'improvisation totale. Pour autant, ces conversations un brin décousues et les situations -parfois cocasses- décrites sont tellement proches de paroles ou comportements dont on peut parfois avoir été témoin que cela donne un film "vrai", amplifiés par un jeu d'un naturel assez incroyable de jeunes actrices -quasi inconnues- qui arrivent parfaitement à en oublier la présence d'une caméra ; rendant au final attachants ces personnages (surtout Pam et Lola sur lequelles les "projecteurs" sont plus braqués) qui au départ n'ont pas forcément grand chose pour séduire.

Un genre inclassable, qui de ce fait mérite d'être vu.

22/10/2010

.KABOOM

Affiche-Kaboom.jpg

(film sorti en salles le 06.10.10)


London [Juno Temple] | Stella [Haley Bennett] | Smith [Thomas Dekker]


NOTATION :n1_final.jpg


Arrivé à la fac avec sa meilleure amie Stella -homosexuelle assumée- Smith fait un rêve troublant à l'aube de ses 19 ans.

Tout va commencer à basculer au cours d'une fête où il aura ingurgité un gâteau hallucinogène ; il y croise trois femmes parmi lesquelles les deux inconnues présentes dans son rêve récurrent : une belle brune qui s'entiche fortement de Stella et ne veut plus qu'elles se quittent, ainsi qu'une rousse qui va surgir devant lui et avec laquelle il va être poursuivi par des hommes portant des masques d'animaux... et des couteaux.
Au petit matin ; c'est la blonde London qui le quittera en ayant "pris son pied" d'avoir abusé copieusement de lui qui espérait pourtant tellement "consommer" son amour avec Thor, son colocataire pourtant aussi hétéro que "bas de plafond".

Smith faisant toujours son rêve agrémenté à chaque fois de nouveaux indices ; il va tenter de retrouver la rousse disparue avec l'aide de Stella et London, mais cela risque de bouleverser durablement sa vie d'enfant n'ayant pas connu son père et même peut-être changer la face du monde...

On peut craindre le pire lorsqu'une histoire commence avec la représentation habituelle du désœuvrement de jeunes sur un campus, constituée comme il se doit des conversations stériles et du besoin de sexe en se foutant des études comme de l'an quarante. Mais l'humour est là qui fait passer la pilule.

Vient alors la seconde partie qui commence avec la quête de la disparue jusqu'au final où la réalité fait comprendre à Smith comment aurait dû se terminer son rêve et là... franchement... c'est un peu trop déjanté, frisant l'indigestion ; avec des couleurs souvent criardes donnant l'impression que Smith est sans cesse sous l'emprise de drogues. Quant à la raison donnée pour que tout ce petit monde ait un lien qu'ils ignoraient (forcément...), c'est légèrement grand guignol...

Bref ; rien de si "explosif" dans tout cela et si certain(e)s sortiront de cette projection probablement excité(e)s, la majorité sera plus vraisemblablement prostré(e) ou endormi(e).

07/10/2010

.LA VIE AU RANCH (audio)

La critique audio peut être écoutée .

04/10/2010

.LA VIE AU RANCH

Affiche-LaVieAuRanch.jpg

ATTENTION : CRITIQUE d'une AVANT-PREMIÈRE

(sortie prévue en salles le 13.10.10)


Pam [Sarah-Jane Sauvegrain] | Lola [Eulalie Juster]


NOTATION :N3_final.jpg


Malgré leurs vingt ans (pardon, vingt et un...), elles ne semblent pas totalement sorties de l'adolescence et pas complètement rentrées dans l'âge adulte : Manon, Pam et Lola se partagent un appartement qu'elles appellent "le ranch" ; sorte de "cocon" où elles vivent et font la fête, reçoivent d'autres bonnes amies et copains pour des semblants de dissertations -qui n'ont rien de philosophiques-, voire y hébergent les mêmes lorsque des soirées en boîte bien arrosées se terminent au petit matin.

Beaucoup de temps consacré à l'insouciance au détriment de la fac et surtout, qui laisse peu de temps à Pam pour une relation sérieuse avec Bart qui semble pourtant être "l'homme de sa vie".
Est-ce ce motif qui va la faire s'éloigner petit à petit du groupe jusqu'à déménager du "ranch" ?
Rupture qui sera bientôt consommée lors d'un séjour dans la campagne auvergnate où toutes les copines se donnent rendez-vous pour la fin des vacances et met au jour les fissures du groupe.

On en sera pour ses frais si l'on cherche à déterminer le "déclic" qui fait que Pam éprouve le soudain besoin de se détacher du groupe de copines.
On pourra aussi regretter que les dialogues ressemblent à de l'improvisation totale. Pour autant, ces conversations un brin décousues et les situations -parfois cocasses- décrites sont tellement proches de paroles ou comportements dont on peut parfois avoir été témoin que cela donne un film "vrai", amplifiés par un jeu d'un naturel assez incroyable de jeunes actrices -quasi inconnues- qui arrivent parfaitement à en oublier la présence d'une caméra ; rendant au final attachants ces personnages (surtout Pam et Lola sur lequelles les "projecteurs" sont plus braqués) qui au départ n'ont pas forcément grand chose pour séduire.

Un genre inclassable, qui de ce fait mérite d'être vu.

03/10/2010

.RAPPEL DES NOTATIONS DE SEPTEMBRE

n4_final.jpg

.aucun film ce mois-ci

N3_final.jpg

.SALT
.CRIME D'AMOUR

n2_final.jpg

.KRACH
.LE BRUIT DES GLAÇONS

n1_final.jpg

.EXPENDABLES : UNITÉ SPÉCIALE

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu