Avertir le modérateur

28/01/2011

.LE DISCOURS D'UN ROI

Affiche-LeDiscoursDunRoi.jpg

(sortie prévue en salles le 02.02.11)


Elizabeth d'York [Helena Bonham-Carther] | Lionel Logue [Geoffrey Rush] | George VI [Colin Firth]


NOTATION :n4_final.jpg


1923 : naissance du stade de Wembley et de la BBC, le roi George V "oblige" son second fils Albert à faire le discours inaugural du bâtiment... en son sein et au micro de la radio ; ce qui est une catastrophe pour ce "bègue" qui rêve seulement de faire sa carrière d'officier de marine afin de servir la Couronne et non de la ceindre un jour ; ce à quoi aspire pourtant son père, las de voir l'aîné préférer courir les femmes des autres plutôt que de s'occuper des affaires d'Etat.

1934 : retour chez un prince toujours aussi "diminué" par son handicap et fatigué d'être confié aux mains de tant de médecins censés l'en guérir... sans y parvenir.
Jusqu'au jour où sa femme arrive à le convaincre par un stratagème d'en voir un ultime qu'elle a trouvé par une association d'ortophonistes : Lionel Logue, ce dernier ne se vantant pas d'être médecin -et pour cause- mais obtenant de bons résultats malgré des méthodes tout sauf orthodoxes et faisant fi des barrières sociales.

En parallèle à "l'Histoire" (dont la survenue du décès de George V et l'avènement du frère David sous le nom d'Edouard VIII) ; on suit donc "l'apprivoisement" d'un prince pris dans le carcan de l'Etiquette, se confiant et devant lutter contre toutes ses peurs présentes (un père si fin politique, un frère si beau parleur...) ou remontant à l'enfance (privation de nourriture, obligation faite à un gaucher de devenir droitier...) afin d'affirmer son caractère, peut-être début d'une guérison appuyée par des exercices physiques et de diction.

Une histoire d'amitié réelle et inattendue entre quelqu'un n'ayant jamais vraiment approché l'homme de la rue et un citoyen -australien- de l'empire britannique plus que désintéressé ; entrecoupée de quelques brouilles dont une relativement longue qui prendra fin lorsqu'Albert se sera rendu à la raison en acceptant cette place qu'il pensait ne jamais devoir prendre en tant que George VI, après l'abdication de son aîné trop heureux de pouvoir se marier avec l'américaine divorcée dont il est amoureux.

Mais à des peurs vont en succéder d'autres plus dures à surmonter : son couronnement et surtout le comportement à adopter face à une Allemagne qui commence à s'agiter et donne des signes peu encourageants sous la houlette d'un certain Hitler.

Avec une Helena Bonham Carter étonnante en soutien infaillible de son mari, un Geoffrey Rush stupéfiant en "guérisseur amateur" et un Colin Firth époustouflant à qui l'on donne enfin un rôle à la mesure de son grand talent avec ce prince (puis roi) qui veut vraiment perdre son bégaiement et lutte à chaque instant pour ça ; voila trois acteurs magnifiques qui portent le film au comble de la force et de l'émotion lorsque George VI doit mener son premier vrai combat en s'exprimant à la radio pour expliquer à ses "sujets" la raison pour laquelle l'empire britannique doit entrer en guerre contre l'Allemagne nazie et où ses quelques hésitations à peine perceptibles ajoutent une dimension et une solennité au message ; lui donnant ainsi la stature du monarque qui redonnera la confiance à tout un peuple.

2011 est à peine entamée, mais l'on peut déjà sans exagération parler DU film de l'année.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu