Avertir le modérateur

29/03/2011

.MA PART DU GÂTEAU (audio)

La critique audio peut être écoutée .

25/03/2011

.MA PART DU GÂTEAU

Affiche-MaPartDuGateau.jpg

(film sorti en salles le 16.03.11)


France [Karin Viard] | Steve [Gilles Lellouche]


NOTATION :N3_final.jpg


Dunkerque : France supporte très mal le licenciement qui la guette, tout comme ses collègues.
Elle décide de se reprendre pour ses trois filles malgré un ex-mari qui ne peut l'aider financièrement au-delà de la pension qu'il verse, du travail inexistant dans la région et un âge -pas si avancé pourtant- qui rebute un éventuel employeur survivant dans le coin.

Partie à Paris faire un stage ; la voilà qui se retrouve employée comme bonne à tout faire par Steve, trader star qui revient de Londres pour créer un hedge fund.

Entre la femme fragile qui pense retrouver un équilibre avec un salaire plus qu'intéressant et le trader beau gosse qui "claque" des sommes folles entre soirées, réceptions et rencontres d'un soir avec de splendides créatures ; rien ne devrait les rapprocher, si ce n'est l'enfant de Steve largué un beau matin sur le palier comme un paquet de linge sale et dont France va devoir s'occuper au point d'oublier un peu sa propre famille.

Mais si la sensible France finissait par apprendre que son attendrissant employeur n'est pas seulement cynique dans le jeu sordide qu'il joue avec elle mais que ses spéculations boursières ont contribué à la liquidation de la société pour laquelle elle a donné une partie de sa vie ; l'électrochoc qui ramène à la réalité risque d'être violent.

Ah !! Les mentalités et les comportements si différents entre certaines classes sociales -surtout quand elles abritent des parvenus- qu'il ne vaut mieux pas qu'elles se cotoient de trop près...
Beaucoup de clichés dans ce film, mais également une vérité bien présente et affligeante tempérée par des éléments d'humour véhiculés en finesse par Karin Viard, qui invite à s'interroger sur la mondialisation et réveille de mauvais souvenirs alors que l'info récente nous rappelle que les "petits gars du trading" rejouent de plus belle avec une gamme de "hochets" encore plus étendue qu'auparavant.

Pour Klapisch, un changement de registre qui donne une œuvre plutôt réussie sans trop de mélo, porté par un couple d'acteurs bien assortis.

24/03/2011

.UNE PURE AFFAIRE (audio)

La critique audio peut être écoutée .

22/03/2011

.SANS IDENTITÉ (audio)

La critique audio peut être écoutée .

21/03/2011

.UNE PURE AFFAIRE

Affiche-UnePureAffaire.jpg

(film sorti en salles le 02.03.11)


Christine Pelame [Pascale Arbillot] | David Pelame [François Damiens]


NOTATION :n2_final.jpg


Christine et David Pelame forment un petit couple qui semble parfait avec leurs deux enfants mais voilà : David, pourtant avocat, est cantonné à des dossiers sans intérêt dans un cabinet dont il n'a visiblement aucune chance de devenir associé et il est rabaissé en toutes occasions par sa femme qui applique ses méthodes de logistique aussi bien dans son boulot que pour le fonctionnement de sa famille.

Arrive la veillée de Noël où David va promener son chien pour faire une pause dans cette vie qui lui pèse lorsqu'il tombe sur un sac rempli de grosses coupures et de quelques beaux paquets de drogues, abandonné là par un homme surgi de nulle part qui l'a renversé pour échapper à des policiers.

Après quelques temps où personne ne semble s'inquiéter de la disparition de la marchandise ; il se dit que la solution pour sortir d'une situation sociale peu enviable est de vendre quelques doses de cette poudre et puis l'habitude venant en même temps qu'il apprend le licenciement brutal de son épouse, voila qu'elle le rejoint dans son trafic.

Mais ce n'est pas pour autant que le propriétaire du sac ne cherche plus à le récupérer, et leur route vont se croiser d'autant plus facilement qu'ils sont plutôt du genre à étaler leurs nouveaux signes extérieurs de richesse que de la "jouer discrète".
Et quand on a des dettes envers un truand ; le seul moyen de ne pas finir sous terre est... de continuer la vente jusqu'à épuisement de la cargaison et pourquoi pas... en entamer une autre ?!

Gentille comédie sur deux "français moyens" qui finissent par tirer le diable par la queue et commence à faire n'importe quoi pour s'en sortir ; avec à la clé un endettement -pas seulement financier- encore plus important pour rembourser la dette précédente, sans compter le risque de tomber sur une connaissance de travail...

Certaines blagues font mouche sans être appuyées, d'autres sont aussi convenues que certaines situations ; ce qui donne une histoire de qualité inégale.
Pour autant ; on est content de suivre la silhouette de François Damiens qui s'est enfin coulée dans un rôle principal, bien épaulé par Pascale Arbillot.

18/03/2011

LE PRINTEMPS DU CINÉMA

PDC 2011 - 60x160.jpg

Manifestation annuelle organisée par la F.N.C.F.


du 20 au 22 mars 2011.


 


Comme chaque année à pareille époque, c'est le printemps et la F.N.C.F. / Fédération Nationale des Cinémas Français lance donc sa 12è édition du Printemps du Cinéma® où toutes celles et ceux qui souhaitent faire une cure de divertissement en allant voir les films sortis les semaines passées à petits prix peuvent profiter de séances à 3,50 € dans toutes les salles participantes.

(Plus d'information en cliquant sur ce lien).

Le Printemps du Cinéma® dure 3 jours : les dimanche 20, lundi 21 et mardi 22 mars 2011.

Tous en salle et "Bon cinéma" !

17/03/2011

.AVANT L'AUBE (audio)

La critique audio peut être écoutée .

16/03/2011

.SANS IDENTITÉ

Affiche-SansIdentite.jpg

(film sorti en salles le 02.03.11)


Gina [Diane Kruger] | Martin Harris [Liam Neeson] | Jürgen [Bruno Ganz]


NOTATION :N3_final.jpg


Martin Harris débarque à Berlin avec son épouse pour un symposium.

Réalisant avoir oublié sa malette à l'aéroport alors qu'ils viennent d'arriver à l'hôtel ; il saute dans un taxi pour y retourner, mais un accident de la route oblige la conductrice à une brutale manœuvre d'évitement qui les envoie tous deux dans les eaux du fleuve.

Sorti du coma, il quitte précipitamment l'hôpital pour retrouver sa femme mais voilà que non seulement cette dernière ne le reconnait pas, mais elle lui présente... son mari !!!

Lourde insistance ou pas de sa part risquant d'entraîner un scandale, il est bientôt poursuivi par des hommes qui veulent tout bonnement l'éliminer.

Livré à lui-même dans un pays dont il ne manie pas la langue, avec femme et amis qui nient le connaître ; il n'a plus qu'une solution pour savoir ce qui s'est passé avant l'accident et qui lui fait désormais vivre un cauchemar : trouver Gina qui a bien vite abandonné le job de chauffeur de taxi et obtenir une aide d'un certain Jürgen, ancien espion... de la Stasi.

Mais de lui ou de celui qui a pris sa place, le vrai Dr Martin Harris n'est peut être pas forcément celui qui l'affirme le plus péremptoirement...

Excellent thriller avec un Liam Neeson étonnant et inquiétant à souhait, épaulé par un petit bout de femme bien courageuse campée par Diane Kruger ; qui nous amène savamment jusqu'au retournement de situation et nous éclaire définitivement sur la place et le rôle de chacun des pions de cet échiquier scientifico-industriel.

14/03/2011

.AVANT L'AUBE

Affiche-Avantlaube.jpg

(film sorti en salles le 02.03.11)


la policière [Sylvie Testud] | Jacques [Jean-Pierre Bacri] | Frédéric [Vincent Rottiers]


NOTATION :N3_final.jpg


Jacques est propriétaire d'un grand hôtel à la montagne.

Son fils à peine arrivé avec sa compagne, ce dernier se voit immédiatement demander comme service par son père d'aller chercher une commande "dépannage" de vin chez son fournisseur afin que la cave soit regarnie en prévision du bon taux de réservation de l'hôtel et de l'approche des fêtes de fin d'année.

Tardant à rentrer et finissant par appeler son père à la rescousse, voila que les deux reviennent nuitamment avec des airs de conspirateurs et qu'ils sont aperçus par Frédéric, jeune stagiaire en réinsertion suite à un petit séjour... en prison.

Plus tard, alors que Jacques semble avoir pris Frédéric sous son aile comme un second fils et a converti subitement son stage en emploi durable ; une inspectrice de police débarque pour enquêter sur la disparition d'un homme qui a été vu pour la dernière fois comme client dans l'hôtel.

Comme tous les autres employés ; Frédéric va dire la vérité, mais en omettant toutefois la mention du retour tardif du patron et de son fils.

Excellent thriller psychologique qui ne vaut pas pour la trame policière mais pour les rapports tendus entre le père et son fils, qui deviennent franchement venimeux lorsque Frédéric est introduit dans la sphère familiale.
Et quand ce dernier, en rupture de ban, croit avoir trouvé un cocon chaleureux là où Jacques cherche juste à couvrir son fils dans l'espoir de le faire revenir habiter proche de lui et peut-être finalement reprendre l'affaire... il y a maldonne dès le départ et celui qui croyait "redresser la pente" risque bien de tomber encore plus bas.

Le tout dans une atmosphère neigeuse pesante comme le drame qui s'y déroule, servi par un Jean-Pierre Bacri en grande forme dans ce rôle de père manipulateur qu'on ne parvient pas à complètement détester et un Vincent Rottiers touchant et juste en jeune crédule qui cherche à se reconstruire et pense "tenir le bon bout".
On regrettera juste que la fin laisse un doute sur le fait que la police trouve (comprenne ?) le fin mot de l'histoire.

13/03/2011

.TRUE GRIT (audio)

La critique audio peut être écoutée .

 

10/03/2011

.BLACK SWAN (audio)

La critique audio peut être écoutée .

09/03/2011

.TRUE GRIT

Affiche-TrueGrit.jpg

(film sorti en salles le 23.02.11)


Mattie Ross [Hailee Steinfeld] | Rooster [Jeff Bridges] | Chaney [Josh Brolin] | le Ranger [Matt Damon]


NOTATION :N3_final.jpg


Mattie Ross, quatorze ans à peine, enterre son père lâchement abattu par un certain Chaney qui travaillait chez eux comme saisonnier.

La vengeance chevillée au corps, l'adolescente va se mettre en quête d'un homme courageux capable de traquer sans relâche un assassin afin de le ramener pour être jugé... ou pas...
Ses maigres économies âprement gagnées en "dealant" avec un marchand de chevaux ne lui permettant pas d'engager un vrai chasseur de primes ; elle va se retourner vers ce qui y ressemble le plus tout en ayant l'alibi de la loi en la personne de Reuben Cogburn alias Rooster, vieux marshall qui ne semble pas trop rouillé malgré un œil en moins, une jambe qui traîne et un amour inconsidéré pour le whiskey à descendre sans modération.

Elle va immédiatement décider de se joindre au périple, autant pour surveiller son "investissement" que pour éviter que le ranger qui s'est joint à eux ne soit le premier à capturer Chaney pour l'emmener au Texas où il doit répondre d'un autre meurtre.

Autant dire que cela va être une sacrée initiation pour la jeune Mattie déjà bien mûre pour son âge ; traversant des territoires hostiles où passent des cavaliers pour le moins bizarres et des truands qui ont peut être partie liée avec Chaney,sans compter l'instauration d'une certaine dose de diplomatie pour rabibocher les deux "mâles" de l'équipée qui se lancent des défis physiques aussi pathétiques que leurs énumérations sans fin d'autres exploits dont l'existence reste à prouver...

Un certain cabotinage de Jeff Bridges dans son personnage (un peu comme John Wayne à l'époque ?), une gamine que le décès de son père projette brutalement dans l'âge adulte, trois hommes qui semblent un peu fatigués d'être pris dans le tourbillon de gens et d'un pays en constante évolution -tout comme aujourd'hui encore-...
On se laisse emporter par cette histoire -dont le dernier quart d'heure est plutôt sombre...- sans forcément chercher à trouver des similitudes avec l'original d'Henri Hataway et c'est tout aussi bien : bravo aux frères Coen.

08/03/2011

.LES FEMMES DU 6È ÉTAGE (audio)

La critique audio peut être écoutée .

07/03/2011

.BLACK SWAN

Affiche-BlackSwan.jpg

(film sorti en salles le 09.02.11)


Nina [Natalie Portman] | Lily [Mila Kunis] | Thomas [Vincent Cassel]


NOTATION :n4_final.jpg


Nina est ballerine dans une compagnie réputée ; elle se verrait bien avoir le rôle principal du "Lac des Cygnes" et, par la même occasion, devenir la nouvelle étoile en lieu et place de la vieillissante Beth que l'on pousse vers la sortie.

Cela va vite devenir son obsession, elle qui prend très au sérieux son travail et consacre une bonne partie de son temps à atteindre la perfection ; autant pour elle que pour donner un motif de satisfaction à sa mère ex-danseuse avec qui elle vit.

Si elle va devoir aller contre sa nature en pleurant pour avoir le rôle ; elle ne va pas se rendre compte avoir mis le doigt dans un engrenage dangereux, car Thomas le chorégraphe se met alors à la harceler en exigeant d'elle une implication deux fois plus importante car en femme trop sage convenant parfaitement au cygne blanc, elle ne parvient pas à restituer le côté manipulateur et destructeur du cygne noir qu'elle doit également interpréter.

Caractère et sentiments qu'arrive parfaitement à retranscrire -qui plus est sans efforts apparents- Lily, que Thomas cite souvent en exemple avant de l'imposer comme doublure ; ce qui dans l'esprit déjà fragilisé de Nina va déclencher une paranoïa grandissante qui va lui faire dès lors considèrer Lily comme une intolérable rivale.

Nina dont la schizophrénie était plus ou moins en sommeil atteindra-t-elle son but entre auto-mutilations, délires et début de dédoublement de personnalité ; comportements de mauvais présage car lui faisant vivre des situations étrangement similaires au destin du "cygne blanc" décrit dans le livret de Tchaïkovski ?

Voilà un rôle magnifique pour Natalie Portman (récompense largement méritée lors des derniers Oscars®) qui s'est incroyablement investie dans ce rôle de femme dont la dure compétition entre danseuses aiguillonne autant son désir de perfection que sa schizophrénie galopante.
Mila Kunis en fille simple qui fait tout à l'instinct et avec justesse sans chercher la technicité ultime "façon Bolchoï" de Nina est également exemplaire.
Idem pour Vincent Cassel en chorégraphe/directeur plutôt ambigü dont on ne sait pas s'il a réellement un faible pour Nina ou bien s'il agit juste ainsi pour déclencher chez elle le côté sombre et sans pitié que doit avoir le cygne noir.

A voir impérativement si ce n'est déjà fait.

04/03/2011

.LES FEMMES DU 6È ÉTAGE

Affiche-LesFemmesDu6emeEtage.jpg

(film sorti en salles le 16.02.11)


Suzanne [Sandrine Kiberlain] | Concepcion [Carmen Maura] | Jean-Louis [Fabrice Luchini]


NOTATION :n2_final.jpg


Paris début des années soixante : Jean-Louis est un bon "bourgeois" coincé : propriétaire de l'immeuble où se trouve l'appartement qui l'a vu naître et où il vit toujours, rigoureux dans le travail et avec ses employés dans le cabinet d'agent de change dont il a également hérité ; bref, une vie monotone réglée comme du papier à musique jusqu'au jour où sa domestique bretonne fait ses valises suite à une altercation avec son épouse.

Après des années qui avaient vu leur bonniche déjà au service de son père, que vont-ils devenir ?!

La réponse va être soufflée par les connaissances de Suzanne : embaucher une espagnole qui travaille sans compter ses heures et pour pas cher.
Pour ne rien gâcher, la jeune femme que Suzanne ramène du "bureau de placement" pas tout à fait officiel est la nièce d'une autre de ses femmes de ménage qui logent... au 6è étage de leur immeuble !!

Au contact de Maria et des amies de sa tante, Jean-Louis va voir comme une illumination et l'espérance d'un nouveau départ ; ces femmes prenant toujours la vie de façon enjouée bien qu'elles aient laissé souvenirs et famille au pays, qu'elles soient éhontément exploitées en France et vivent dans les fameuses "chambre de bonnes" sous les toits dans des conditions d'hygiène qui laissent à désirer.

Cette atmosphère va commencer également à contaminer Suzanne qui souffre de se sentir cataloguée définitivement comme la petite provinciale "indécrottable" bien qu'ayant fait un mariage profitable avec un parisien fortuné...

Le problème de ce film est qu'il n'est pas égal sur toute sa longueur : passé la gentille satire douce amère sur les foyers du quartier de La Pompe et le revirement de Jean-Louis qui commence à jouer les bons samaritains -pas sans arrière pensée...- en découvrant effaré le quotidien de ces femmes fait de travaux harassants avant le "repos" dans des chambrettes sans chauffage avec lavabo et toilettes... sur le palier ; on s'égare un peu lorsque le sujet dévie sur la décision de Jean-Louis de repartir à zéro... en Espagne avec Maria dont il finit par s'amouracher autant que de la langue et de la culture hispaniques.

Il reste malgré tout des rires, jaunes ou francs, mais surtout la générosité et la chaleur de ses femmes ibériques qui nous évitent le même surplace que le couple Suzanne/Jean-Louis et nous permet de revoir avec plaisir l'actrice Carmen Maura.

03/03/2011

.LAST NIGHT (audio)

La critique audio peut être écoutée .

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu