Avertir le modérateur

13/09/2010

.KRACH

Affiche-Krach.jpg

(film sorti en salles le 01.09.10)


Sybille [Vahina Giocante] | Erwan [Gilles Lellouche] | Georges [Charles Berling]


NOTATION :n2_final.jpg


Erwan Kermor est un trader français officiant à New-York.
Au cours d'une réunion où l'on commence à leur intimer l'objectif d'un rendement plus élevé d'ici la fin d'année... impactant donc leur bonus, Erwan pense avoir déjà vu un graphique boursier qu'on leur projette.

Creusant longuement la question, il finit par trouver la ressemblance dudit graphique avec la courbe d'une étude... climatologique.

Après avoir contacté Sybille, la scientifique à l'origine des recherches ; cette dernière, tout d'abord réticente et incrédule, finit par être convaincue et lui avoue -après multiples vérifications et recalculs informatiques- que "sa" courbe statistique est plus que fréquemment reproduite par celle issue de l'historique des marchés boursiers ; pouvant ainsi déterminer des moments clés pour acheter ou vendre des titres.

Il n'en faut pas plus à Erwan pour passer à une période de validation de son "modèle" lors de nombreux tradings virtuels, avant d'enfin se lancer réellement avec l'aide de son collègue Georges qui lui permet de contourner la limite des engagements de la banque. Mais leur camouflage "temporaire" va leur valoir un licenciement... à la veille de la réalisation du scénario boursier qu'ils avaient joué.

Sûr de son fait, et épaulé par Sybille, Erwan va alors chercher à monter un hedge fund sur la base de ce qu'il pense être une martingale infaillible...

Même si notre héros a un nom à consonnance bretonne commençant étrangement en "Ker" tout comme un ancien employé d'une grande banque française, l'histoire de l'un n'est absolument pas calquée sur l'autre. On passera sur la justification du modèle qui n'a plus vraiment grand chose de "stochastique".
Reste un film intéressant qui montre bien les ambitions d'hommes qui se prennent un peu pour des dieux, ne veulent plus avoir d'obligation de garde-fous pour parier avec de l'argent qui n'est pas le leur, nourrissant ainsi leur besoin d'adrénaline entre deux "prises de becs" entre traders locaux et petits expatriés français si convoités : bref, une peinture assez réaliste de ce milieu d'avant crise ; dommage que la bande son -tout du moins pour la copie visionnée- soit de piètre qualité et gâche un peu l'ensemble.

10/09/2010

.CRIME D'AMOUR

Affiche-CrimeDamour.jpg

(film sorti en salles le 18.08.10)


Christine [Kristin Scott-Thomas] | Isabelle [Ludivine Sagnier] | Philippe [Patrick Mille]


NOTATION :N3_final.jpg


Isabelle travaille comme bras droit de Christine dans les bureaux parisiens d'une multinationale.

Isabelle aime le travail carré et elle a une certaine vénération pour sa patronne qui lui confie des dossiers vitaux dont l'acceptation -ou pas- par le siège américain lui permet de grapiller quelques miettes des compliments qui pleuvent alors sur Christine.

Isabelle est aux anges et encore plus galvanisée sur les dossiers suivants, à coups de "vous avez fait du très bon travail" de sa patronne qui les ponctue également d'ambigüs frôlements de mains ou de "je vous aime Isabelle" susurrés à l'oreille.

Mais à son retour d'Egypte où l'a envoyée Christine pour finaliser la signature d'un contrat dont elle s'est occupée intégralement, elle va peut-être ouvrir les yeux et découvrir ce que son assistant Daniel essaie sans succès de lui expliquer : le caractère ombrageux, froid, autoritaire de Christine, auquel s'ajoutent calcul et manipulation psychologique.

A ses dépens, Isabelle va donc voir le masque tomber et la vraie Christine se dévoiler ; lui "reprenant" Philippe, le comptable veule avec lequel elle avait passé du bon temps en Egypte et en devenant de plus en plus cassante avec elle ; jusqu'à ce samedi soir où Isabelle va avoir droit à une vexation ultime devant tous ses collègues au cours d'un pot monté de toute pièce pour l'occasion.

La guerre entre les deux femmes ne durera pas longtemps et l'on sera surpris jusqu'à la fin du film de découvrir que la douce, timide et malléable Isabelle pouvait renfermer en elle un caractère aussi dangereux que sa supérieure et l'exprimer bientôt pleinement et de façon plutôt magistrale vis-à-vis des deux personnes qui l'ont trahie ; et avec en bonus de "dernière séquence" la découverte d'un Daniel qui n'a jamais été vraiment désintéressé dans le drame qui s'est joué.

Un sujet très bien maîtrisé sur le milieu de l'entreprise et du plus que jamais "chacun pour soi" qui compose la première moitié du film, qui peut prêter le flanc à la critique sur le réalisme de la situation lorsque la seconde partie attaque le volet "judiciaire", mais que l'on oublie rapidement grâce aux talents des deux actrices que sont Kristin Scott-Thomas et Ludivine Sagnier.

Crime d'amour ? Plus que vraisemblable, mais assurément crime parfait et film qui l'est presque autant...

09/09/2010

.SALT (audio)

La critique audio peut être écoutée .

06/09/2010

.SALT

Affiche-Salt.jpg

(film sorti en salles le 25.08.10)


Evelyn Salt [Angelina Jolie] | Ted Winter [Liev Schreiber]


NOTATION :N3_final.jpg


Voila deux ans, Evelyn Salt, agent de la CIA, est sauvée des griffes du gouvernement nord-coréen grâce à un échange avec un autre espion et surtout, grâce à l'arachnologue qui a fait des pieds et des mains pour sa libération, et va accessoirement devenir par la suite son époux.
Aujourd'hui, alors qu'elle compte bien fêter son anniversaire de mariage ; voila qu'on lui indique -ainsi qu'à son supérieur Ted Winter- avoir mis la main sur Orlov, un ancien agent russe du FSB prétendant avoir des informations vitales à fournir en échange de la résidence sur le territoire américain.
Salt étant censée flairer sans coup férir les agents voulant réellement "retourner leur veste" de ceux cherchant à devenir des taupes, on lui suggère d'écouter cet homme au motif qu'elle règlera vite la question ; ce qu'elle accepte sans trop s'étonner que des hommes de la Sécurité d'Etat soient déjà présents.

Cela va être le début du voyage vers l'enfer pour elle car tous les personnels réunis deviennent témoin de l'incroyable : l'agent russe accuse Evelyn Salt d'être un agent dormant conditionné pour se réveiller le "jour X" -à savoir le lendemain- et tuer le Président de la Fédération de Russie venu à New-York assister aux obsèques du Vice-Président des Etats-Unis.
Tous les outils modernes -qui ont remplacé l'habituel détecteur de mensonges- établissant que l'homme dit la vérité, tout le monde s'y fie -sauf Winter qui tente de défendre Salt au mieux pour retarder l'inévitable- et la chasse à "la taupe Evelyn Salt" est lancée, d'autant qu'elle cherche à s'enfuir peu de temps après que les caméras d'un ascenseur du bâtiment révèlent qu'Orlov s'est échappé après avoir assassiné deux agents l'accompagnant en "lieu sûr".

Alors, Salt : vraie taupe ou victime d'une intox visant à poursuivre un autre but ? Quelle en est la véritable origine et y a-t-il d'autres personnes -y compris de la CIA- impliquées dans la machination ?

C'est ce que l'on suit jusqu'à la première moitié du film où l'on obtient la réponse à la première question, avec un très bon suspens qui trouve le moyen de rebondir car la première machination en vise une seconde beaucoup plus machiavélique...

Même si le scénario n'est pas des plus originaux, il est très bien ficelé et servi par une Angelina Jolie en forme olympique.
Quant à la fin abrupte du film, elle laisse peu de doute sur le fait qu'il y aura une suite d'ici quelques temps. Mais sera-t-elle aussi bonne que ce premier volet... explosif et haletant mené sur les chapeaux de roue ?

02/09/2010

.THE KILLER INSIDE ME (audio)

La critique audio peut être écoutée .

01/09/2010

.RAPPEL DES NOTATIONS D'AOÛT

n4_final.jpg

.MILLENIUM 3 : LA REINE DANS LE PALAIS DES COURANTS D'AIR

 

N3_final.jpg

.INCEPTION
.TOY STORY 3

n2_final.jpg

.TAMARA DREWE
.LE PREMIER QUI L'A DIT
.NIGHT AND DAY
.THE KILLER INSIDE ME

n1_final.jpg

.aucun film ce mois-ci

31/08/2010

.NIGHT AND DAY (audio)

La critique audio peut être écoutée .

30/08/2010

.THE KILLER INSIDE ME

(film sorti en salles le 11.08.10)


Joyce [Jessica Alba] | Lou Ford [Casey Affleck]


NOTATION :

Enfant déjà, Lou Ford avait violé une petite fille et avait laissé son frère adoptif en être accusé, tout en dévoilant des pulsions "sadiques" attisées par une jeune fille, Amy.

Aujourd'hui adulte ayant désormais une liaison régulière avec Amy et travaillant comme adjoint du shérif ; ce dernier, suite à la plainte d'un puritain du coin, lui demande d'aller voir et sermonner une certaine Joyce qui troublerait l'ordre public en faisant commerce de ses charmes à son domicile de façon pas suffisamment discrète.

Mais voila : Lou en tombe amoureux et le plan qu'elle met au point avec lui pour trouver de quoi refaire leur vie ensemble loin de ce trou perdu ne va pas tarder à faire ressortir chez Lou son côté sadique et l'envie de meurtre, d'autant qu'une connaissance de Lou lui a mis dans la tête que la cible à "plumer" serait impliquée dans l'accident "provoqué" (?) ayant entrainé la mort de son frère d'adoption.

Et lorsque le goût du sang aura repris le dessus et que les soupçons de quelques uns l'effleureront avant de disparaître faute de preuves, pourquoi ne pas recommencer ?

Comment un homme si charmant, timide, serviable, propre sur lui, fils d'un docteur estimé de cette ville du Texas profond pourrait-il commettre de tels actes ? Entre ceux qui croient sincèrement à son innocence, ceux qui doutent et ferment les yeux, celui qui est convaincu de sa culpabilité mais préfère en profiter et celui qui cherche difficilement les preuves pour le faire tomber ; le cerveau malade d'un Lou qui finit par être acculé va lui souffler la solution définitive.

La façon dont le point final est mis peut gêner (pensez donc, un film américain dont la fin ne soit pas "morale"...) ; pour le reste, les acteurs font ce qu'ils peuvent, y compris Casey Affleck qui arrive à rendre à peu près plausible son personnage, mais sans que l'on sache si l'on doit mettre ça sur le compte d'un jeu d'acteur moyen ou au contraire sur un travail de recherche pour camper le rôle...

27/08/2010

.NIGHT AND DAY

Affiche-NightAndDay.jpg

(film sorti en salles le 28.07.10)


June [Cameron Diaz] | Roy Miller [Tom Cruise] | Fitzgerald [Peter Sarsgaard]


NOTATION :n2_final.jpg


Lorsque June croise dans un aéroport un certain Roy Miller si mignon et prévenant, et qu'elle parvient à monter dans le même avion que lui ; elle n'a encore aucune idée de l'aventure incroyable à laquelle elle va être mêlée, devenant sans s'en douter un pion manipulé en permanence soit par l'agent fédéral Roy Miller -qui lui jure ne pas être un traître malgré les apparences- soit par son ancien collègue l'agent Fitzgerald qui déclare le contraire ; l'un disant avoir volé une pile révolutionnaire afin de la protéger -ainsi que son jeune inventeur- de certaines convoitises, l'autre jurant vouloir la récupérer car subtilisée par un traître voulant la vendre au plus offrant ; avec bien entendu un marchand d'armes qui cherche à obtenir la batterie sans avoir à payer et dont les tueurs les suivent à la trace grâce au "maillon faible" qu'est June, qui va devoir rapidement décider si elle doit avoir confiance en Roy ou pas.

Bon film d'action avec peu de temps morts et saupoudré d'un zeste d'humour pour reprendre son souffle ainsi que de l'inévitable amour naissant entre June et Roy ; qui se déroule entre Etats-Unis, Espagne et Autriche et où l'on finit vraiment par se demander si Miller est -ou pas- le "gentil" jugé à tort comme traître.
Juste une chose regrettable et énervante qui en fait un scénario un peu lisse : pourquoi, quelques soient les décisions -bonnes ou mauvaises- prises par June, est-ce toujours la réaction à laquelle s'attendaient l'agent loyal comme le ripoux ?

26/08/2010

.TOY STORY 3 (audio)

La critique audio peut être écoutée .

23/08/2010

.TOY STORY 3

Affiche-ToyStory3.jpg

(film sorti en salles le 14.07.10)


Woody [voix de Tom Hanks]


NOTATION :N3_final.jpg


Revoila Woody, Buzz l'éclair, Monsieur et Madame Patate et tous les jouets qui nous sont désormais familiers confrontés... au choix que doit faire Andy à la veille d'aller à l'université et par conséquent de "nettoyer" sa chambre afin que sa petite soeur en prenne possession.

Problème : Andy choisit d'emmener Woody avec lui et de ranger tous les autres au grenier, mais il a mis le contenu dans un sac plastique et sa mère le prend en croyant que cela doit aller à la poubelle.

On va donc suivre les péripéties de Woody qui -courageux comme un vrai cow-boy- va devoir sortir du pétrin ses amis ; tout d'abord pour qu'il ne finissent pas à la décharge puis, une fois donnés à une crèche, pour les sauver de la dictature de Lotso, ours en peluche aux senteurs de fraise qui règne par la terreur, enfermant les récalcitrants afin de les briser et qu'ils acceptent leur sort d'être maltraités par les plus jeunes de ces "petits anges" de la crèche, dont l'âge et le comportement n'est pas en adéquation avec les jouets qu'ils ont entre les mains.

On ne vous dira pas si à la fin, tout ce petit monde survit à ces aventures et s'ils seront gardés par Andy ou bien donnés à un nouvel enfant aimant ses jouets et qui leur fera vivre de nouvelles histoires palpitantes...

L'image de synthèse a fait de tels progrès que l'on ne parlera même pas/plus du "réalisme saisissant des rendus".
La griffe Pixar/Disney, elle, est bien reconnaissable entre mille avec l'humour, la tendresse et un peu de nostalgie à l'approche du passage d'Andy à l'âge adulte et "l'abandon" de certaines choses qui constituaient son enfance et par conséquent, visiblement le signe que ce troisième volet était également le dernier.

Du très bon tout en légèreté. A voir -même sans 3D...-

19/08/2010

.MILLENIUM 3 : LA REINE DANS LE PALAIS DES COURANTS D'AIR (audio)

La critique audio peut être écoutée .

16/08/2010

.MILLENIUM 3 : LA REINE DANS LE PALAIS DES COURANTS D'AIR

Affiche-Millenium3.jpg

(film sorti en salles le 28.07.10)


Lisbeth Salander [Noomi Rapace] | Mikael Blomkvist [Michael Nyqvist]


NOTATION :n4_final.jpg


Revoilà donc Lisbeth Salander dans un sale état (une balle s'est logée dans sa tête...) amenée par hélicoptère à l'hôpital de Göteborg où elle va être opérée d'urgence puis enfermée dans une chambre isolée, son père -dans une forme guère plus brillante- étant confiné non loin de là.

Prisonnière de sa chambre d'où elle ne sortira qu'entre les mains de la police pour un procès censé l'innocenter -ou la faire plonger définitivement-, elle fait une cible de choix pour ceux qui vont se sentir de plus en plus menacés dans leur tranquillité, sans compter que son demi-frère Niederman cherche par tous les moyens à terminer le travail pour lequel leur père l'avait engagé.

Heureusement le journaliste Mikael Blomkvist est toujours là, à travailler d'arrache-pieds pour trouver les preuves qui innocenteront définitivement Lisbeth ; mais il va avoir fort à faire car ses (leurs) adversaires ne sont rien moins que des "huiles" -jamais vraiment complètement à la retraite- ayant formé une unité secrète au sein même... de la police de sûreté (Sapo), et il risque d'y laisser la peau tout en mettant en danger ses collaborateurs de la revue "Millenium" et jusqu'à sa soeur, avocate qu'il a convaincue de défendre Lisbeth...

Tirer sur un fil pour avoir un début de piste va peut-être permettre d'avoir toutes les autres pièces permettant de former le puzzle, d'autant que les membres ayant manigancé le piège autour de Lisbeth afin de protéger la couverture du père commencent à perdre leur flegme et cumulent les bévues menant -on l'espère...- à leur chute irrémédiable.

Quel bonheur de voir ce dernier volet avec le suspens et le dénouement imparable qui nous fait comprendre tout ce qui s'est passé précédemment, toujours fidèle au livre (même si certains éléments sont occultés, mais ils n'apportent pas de "plus" à l'histoire) ; on ira donc voir avec plaisir cet épilogue qui forme avec les deux premiers un vrai petit bijou tout comme les manuscrits dont ils sont tirés (qui eux-mêmes ont, il est vrai, un écriture très cinématographique...).

Précipitez-vous pour enfin tout savoir et comprendre des manigances ourdies contre Lisbeth.

12/08/2010

.INCEPTION (audio)

La critique audio peut être écoutée .

10/08/2010

.LE PREMIER QUI L'A DIT (audio)

La critique audio peut être écoutée .

09/08/2010

.INCEPTION

Affiche-Inception.jpg

(film sorti en salles le 21.07.10)


Mall [Marion Cotillard] | Ariane [Ellen page] | Dom Cobb [Leonardo di Caprio] | Saito [Ken Watanabe]


NOTATION :N3_final.jpg


Dom Cobb est un as de "l'extraction", à savoir s'introduire dans la tête et les rêves des gens pour y dénicher un détail que les personnes enfouissent dans leur subconscient et taisent car ce secret dévoilé les rendrait très vulnérables.

Mais voila que Dom éprouve quelques difficultés avec le sujet auquel il s'attaque ; quelqu'un semblant avoir un coup d'avance et connaissant sa technique pour la contrecarrer sans que l'on comprenne si cela vient du sujet "violé", d'une tierce personne ou de Cobb lui-même dont la concentration serait perturbée.

Après l'échec de sa "mission" sur Saito, Cobb risque d'être recherché et abattu par ses employeurs ; en plus du fait de ne pas pouvoir rentrer aux Etats-Unis pour un motif que l'on n'identifie pas de suite et de devoir se méfier des pays où il atterrit et qui pratiqueraient l'extradition...

Mais voila que Saito revient vers lui et lui propose rien de moins que de devenir son employeur afin d'éviter qu'un de ses concurrents n'obtienne un monopole mondial de fait, et ce en pesant sur les décisions de l'héritier d'un magnat qui lutte contre la maladie.
Saito ne fait pas cette proposition à Cobb pour rien : des "bruits" laissent entendre qu'il aurait déjà tenté l'inverse d'une "extraction" : l'inception, à savoir entrer dans le rêve pour y "insérer" une suggestion qui germera dans le subconscient du sujet et le fera agir d'une manière ou d'une autre, car il n'y a pas cent pour cent de garantie que l'idée de base "germe" dans le sens où l'on voudrait qu'elle aille.

C'est le défi que va accepter de relever Cobb après avoir composé une équipe de choc qui va devoir jouer très finement car la future victime a peut-être elle-même été entrainée, sinon à s'introduire dans l'esprit d'autres personnes, tout du moins à esquiver des tentatives de pénétration de son propre esprit...

Ce film commence par un rêve sur plusieurs niveaux, ce qui déconcerte déjà un peu.
Ensuite on se laisse prendre par le sujet -même s'il faut parfois bien suivre l'action pour ne pas décrocher- car l'on replonge assez rapidement dans des rêves "imbriqués" sur trois -voire quatre- niveaux qu'ils vont devoir franchir -et nous avec- sans trop de dégâts pour eux et leur cible, afin d'aller au plus profond du subconscient et y "semer" la suggestion qui dans la réalité va conditionner un choix... qui doit être le bon -si possible- pour leur commanditaire.

De très bons effets spéciaux sans abondance et de très bons acteurs ; avec une note particulière pour Di Caprio dont la maturité lui fait faire des choix étonnants... et judicieux, la petite Ellen Page qui est désormais loin de Juno et les apparitions de Marion Cotillard en femme de Cobb dont on se demande si elle est morte, ou bien seulement enfermée dans les rêves qu'elle a créés et dont elle ne veut pas sortir.

Assez époustouflant et décoiffant par son action et un certain suspens qui y est lié...

06/08/2010

.LE PREMIER QUI L'A DIT

Affiche-LePremierQuiLaDit.jpg

(film sorti en salles le 21.07.10)


Alba [Nicole Grimaudo] | Tommaso [Riccardo Scamarcio]


NOTATION :n2_final.jpg


Tommaso quitte Rome et son compagnon pour rendre visite à sa famille qui vit dans les Pouilles où elle exploite une usine de pâtes créée par le grand-père et aujourd'hui gérée par le frère Antonio.

Amoureux et heureux de bientôt pouvoir faire son outing, c'est un Tommaso un peu excité qui vient se confier à son aîné pour lui exposer son projet de confession au dîner ; mais voilà qu'à ce fameux repas, c'est son frère Antonio qui prend la parole et avoue... le même penchant !!

Après un silence pesant où les paroles doivent faire leur chemin et être comprises, répudiation immédiate du "fils indigne" suivi par un infarctus du père qui se retrouve hospitalisé ; c'est Tommaso qui est pris au piège en voulant ménager la santé du patriarche : ne pas pouvoir à son tour lui avouer ses préférences sexuelles, devoir accepter de prendre la relève de son frère à la fabrique et même de se voir "poussé dans les bras" d'Alba, jeune fille attirante du nouvel associé investisseur.

Entre les membres de la famille qui brident leurs envies et personnalités de peur du qu'en dira-t-on et de bousculer les règles de l'ordre établi ; et la grand-mère qui n'en fait -comme elle a toujours fait- qu'à sa tête quitte à choquer, voila peut-être la bombe à retardement (traduction du titre italien soit dit en passant...) qui va créer un électrochoc salutaire pour toute la famille et la ressouder... sans compter les électrons libres que sont l'amant de Tommaso et de trois de leurs amis qui débarquent de façon impromptue...

Pas trop moralisateur ; ce film n'échappe pas à une certaine facilité par moments, avec quelques cris d'orfraies sur le modèle de la "Cage aux folles" pour ce qui se veut témoin "poil à gratter" de certaines moeurs de la société de 2010, sans atteindre la qualité des comédies italiennes en noir et blanc de la glorieuse époque ; pour autant cela n'enlève rien à un talent certain de Riccardo Scamarcio qui continue son chemin d'un genre à l'autre, de "Romanzo Criminale" à "Mine Vaganti" en passant par "Le Rêve Italien", avec un naturel déconcertant...

05/08/2010

.TAMARA DREWE (audio)

La critique audio peut être écoutée .

03/08/2010

.SHREK 4 : IL ÉTAIT UNE FIN (audio)

La critique audio peut être écoutée .

02/08/2010

.TAMARA DREWE

Affiche-TamaraDrewe.jpg

(film sorti en salles le 14.07.10)


Tamara Drewe [Gemma Arterton] | Ben [Dominic Cooper]


NOTATION :n2_final.jpg


Prenez d'un côté la jeune Tamara Drewe, qui revient dans le village de son enfance précédée d'un pseudo statut de "journaliste" car elle a écrit toute une série d'articles dans un journal relatant sa rhinoplastie de la décision de l'opération jusqu'à sa sortie de convalescence...

De l'autre, Nicholas un écrivain reconnu qui aime les jeunes femmes et n'a jamais été insensible à la Tamara d'hier et encore moins à celle d'aujourd'hui quitte à mettre en péril son ménage, leur homme à tout faire qui était amoureux de Tamara lorsqu'ils étaient adolescents et n'a pas d'attaches sentimentales, et enfin Ben une espèce de compositeur/batteur/interprète de boys band qui débarque pour un concert dans ce trou perdu et sur un coup de tête largue sa copine pour tomber aussitôt amoureux... de Tamara.

Cette dernière, cherchant à la fois reconnaissance professionnelle, tranquillité et amour va déchainer -involontairement ou pas- des passions auxquelles elle va répondre tour à tour : mais jusqu'où va aller ce petit jeu de "chaises musicales", d'autant que ses actes -ainsi que ceux des autres protagonistes en réponse- vont créer un joyeux bazar et quelques situations extrêmes dans cette campagne anglaise d'ordinaire si paisible.

Encore un film tiré d'une bande dessinée. Sans l'avoir lue, cette comédie reste intéressante par certaines situations plus ou moins rocambolesques qui font sourire -pas forcément celles où est impliquée Tamara d'ailleurs...- mais l'intérêt en est inégal avec des faiblesses que l'on masque par le fil rouge que constituent les envies et fantasmes débridés de deux gamines de quinze ans dont le paroxysme pour l'une est atteint lorsque Ben, SA star qui fait la une des journaux people débarque dans le village et dans la vie/le lit de Tamara...

Ce film peut malgré tout être considéré comme un bon moment de détente.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu