Avertir le modérateur

20/02/2012

.J. EDGAR (audio)

La critique audio peut être écoutée .

17/02/2012

.J. EDGAR

Affiche-JEdgar.jpg

(film sorti en salles le 11.01.12)


Mme Hoover Mère [Judi Dench] | Helen Gandy [Naomi Watts] | J. Edgar [Leonardo di Caprio] | Clyde Tolson [Armie Hammer]


NOTATION :n2_final.jpg


Par la bonne fortune de la politique qui amène une "chasse aux sorcières" limogeant son supérieur du département de la justice ; voilà qu'en cette année 1924, c'est à l'insignifiant J. Edgar Hoover lui-même que l'on demande de reformer un service fiable qui ne soit pas gangrené par la corruption.

Epaulés par les deux seules personnes en qui il ait une totale confiance et qui lui sont dévouées corps et âmes (sa secrétaire et son bras droit), nous suivons donc la naissance et la croissance du bébé de Hoover et qui lui a survécu : le FBI.
Mégalomanie, paranoïa, ambition, manipulation, mensonges ; tout est bon pour asseoir son pouvoir sur l'institution -et les Présidents qui se succèdent- au nom de l'image spécieuse qu'il se fait de la justice et de la sécurité de son pays... jusqu'à la chute provoquée par Nixon.

Survoler quasi cinquante ans de "règne" sur le FBI en deux heures : un pari que Clint Eastwood ne réussit pas complètement.
Tout d'abord avec un perturbant (car incessant) va-et-vient entre les époques à cause de deux fils rouges : l'affaire Lindbergh de son début à sa résolution permettant à Hoover et à son cher FBI d'acquérir la prédominance en matière d'investigations ; et un Hoover vieillissant qui dicte ses mémoires en se donnant le beau jeu dans bien des dossiers, même ceux où il n'en a eu aucun.
Ensuite la prestation de di Caprio est crédible et à la hauteur lorsqu'il n'interpréte pas Hoover âgé, prothèses et maquillages donnant souvent l'impression de voir Philip Seymour Hoffman : un comble !
Enfin on a connu Eastwood plus engagé que dans ce film étrangement neutre où l'on sort de projection en n'arrivant ni à aimer ni détester complètement ce personnage un rien despote qui préférera étouffer un amour équivoque pour son bras droit afin de ne pas se retrouver dans ses propres dossiers, au profit de celui de sa mère et de la reconnaissance de l'Etat pour son travail.

Le film reste néanmoins intéressant pour les très bons seconds rôles et un certain côté "historique", même si de nombreux points qui auraient éclairé sur l'homme et la situation de l'époque en sont absents.

16/02/2012

.PARLEZ-MOI DE VOUS (audio)

La critique audio peut être écoutée .

13/02/2012

.PARLEZ-MOI DE VOUS

karin viard,nicolas duvauchelle,parlez moi de vous,parlez moi de vous audio,

(film sorti en salles le 11.01.12)


Claire Martin/Mélina [Karin Viard] | Lucas [Nicolas Duvauchelle]


NOTATION :karin viard,nicolas duvauchelle,parlez moi de vous,parlez moi de vous audio,


Dans la journée c'est Claire Martin, la quarantaine, qui vit un désert affectif et reste cloîtrée dans son appartement du seizième en compagnie de son chien. Le soir elle devient Mélina, animatrice radio qui écoute patiemment les confidences de ses auditeurs pour leur apporter recommandations et réconfort.

Jusqu'au jour où les détectives qu'elle a engagés lui laissent une petite enveloppe contenant le nom de la mère qui l'a abandonnée, ainsi qu'une adresse.

Va-t-elle parvenir à renouer un semblant de contact perdu depuis si longtemps avec une "inconnue" qui a refait sa vie ?

Elle qui a tant de facilités à conseiller les autres par le truchement des ondes ; va-t-elle savoir gérer le lien à renouer, et surtout imaginer puis trouver une solution aux nouveaux problèmes que vont créer son irruption dans la vie calme et rangée que sa mère partage avec la famille de son demi-frère ?

Karin Viard, toujours aussi lumineuse, porte le film en interprétant avec pudeur cette femme en manque d'amour qui espère remonter dans le passé et y trouver tardivement ce qui changera peut-être son devenir sentimental.
Malheureusement, cela cache difficilement par moments des "coups de mou" dans le scénario qui semble hésiter sur deux directions à emprunter, situation corrigée dans les dix dernières minutes pour amener une fin abrupte.

A voir pour... Karin Viard.

12/02/2012

.TRUST (audio)

La critique audio peut être écoutée .

10/02/2012

.A DANGEROUS METHOD (audio)

La critique audio peut être écoutée .

09/02/2012

.TRUST

clive owen,trust, trust audio,

(film sorti en salles le 18.01.12)


Annie [Liana Liberato] | Will [Clive Owen]


NOTATION :clive owen,trust, trust audio,


Annie est une jeune fille comme les autres, jusqu'au jour de ses quatorze ans où son père lui offre un ordinateur qui va accaparer son temps libre ; la faisant passer des gentils SMS en nombre sur son téléphone à de longues séances de chat en ligne avec un jeune internaute disant s'appeler Charlie.

Naïveté d'adolescente ou volonté soudaine de brûler les étapes pour être comme ses copines de lycées déjà plus entreprenantes avec les garçons ; voilà qu'elle se plonge encore plus dans des chats enflammés prenant une tournure bizarre, alors même que Charlie lui avoue avoir plus de seize ans...

Lorsque l'irréparable sera commis, l'enfer pourra commencer pour elle et sa famille qui va avoir du mal à lutter contre la dislocation ; le père risquant de dangereux dérapages en voulant faire justice lui-même et s'y prenant si maladroitement qu'il ravive les blessures qu'Annie a subies dans sa chair...

La sensibilisation des parents et des enfants aux dangers de l'internet qui offre un terrain de chasse aux pédophiles grâce à un certain anonymat est original ; d'autant qu'il est montré du point de vue de l'adolescente abusée avec l'interprétation étonnante de Liana Liberato -raison du 3è clap...- dans un film pudique, didactique et sans pathos qui mérite d'être vu, même si la fin est plutôt abrupte.

07/02/2012

.A DANGEROUS METHOD

Affiche-ADangerousMethod.jpg

(film sorti en salles le 21.12.11)


Sabina [Keira Knightley] | Dr Jung [Michael Fassbender] | Freud [Viggo Mortensen] | Dr Gross [Vincent Cassel]


NOTATION :keira knightley,michael fassbender,viggo mortensen,vincent cassel,a dangerous method,a dangerous method audio,


Tout en se basant sur les travaux de son aîné et contemporain Freud ; le jeune -mais pas tout à fait inconnu- Dr Jung cherche d'autres explications possibles aux dérèglements psychiques dont sont atteints les patients qu'on lui amène à Zürich.

Alors qu'il veut faire preuve de modernité et avance des propositions hardies qui pourraient faire évoluer ce que l'on n'appelle pas encore la psychanalyse, le mettant en opposition frontale avec son maître qui voyait en lui un héritier ; le Dr Jung va avoir bien du mal à réfuter la thèse du même Freud  lorsqu'il va avoir des élans difficiles à contenir envers une jeune et jolie patiente russe qui lui a été confiée : Sabina Spielrein...

En partie victimes de leurs préjugés et contradictions, l'ombre de Sabina planant sur leurs échanges professionnels de plus en plus vifs et amenant au désir de "tuer le père spirituel" ; le moins que l'on puisse dire en ce début de XX° siècle est que l'accouchement de ce qui sera la psychanalyse est loin de s'être fait sans douleur.

L'histoire peut rebuter, mais il serait dommage de se priver de trois acteurs campant avec une telle force leur personnage. Ajoutez-y une très belle image volontairement aussi froide qu'un parquet ciré viennois ou qu'un mur de clinique zurichoise pour compléter un tableau presque parfait.

13/01/2012

.LE CHAT POTTÉ (audio)

La critique audio peut être écoutée .

10/01/2012

.LE CHAT POTTÉ

antonio banderas,le chat potté,le chat potte,le chat potté audio,le chat potte audio,

(film sorti en salles le 30.11.11)


Kitty "pattes de velours" [Salma Hayek] | le Chat Potté [Antonio Banderas]


NOTATION :antonio banderas,le chat potté,le chat potte,le chat potté audio,le chat potte audio,


Chat recherché dans tout le pays mais toujours aussi don juan, c'est au gré de ses pérégrinations et entre deux conquêtes que notre héros va arriver dans la taverne d'un village où une fine équipe va s'évertuer à l'embrigader pour retrouver des haricots magiques censés leur permettre de s'emparer de l'oie aux œufs d'or.

Mais si cette rencontre lui permet de faire la connaissance d'une charmante minette répondant au doux nom de Kitty "pattes de velours" ; c'est aussi l'occasion de recroiser Humpty Alexandre Dumpty, ami d'enfance du temps de l'orphelinat et avec qui il a un contentieux non éteint.

Va-t-il pouvoir lui redonner sa confiance et le suivre dans cette aventure ébouriffante ?

La renommée un peu écornée par une réputation de hors la loi va-t-elle, avec cette chasse au trésor, se transformer définitivement en légende du Chat Potté ?

Si l'animation est toujours aussi chantante et bluffante grâce à la puissance de calcul sans cesse en évolution des ordinateurs sur lesquels elle a été programmée ; l'histoire calquée sur un conte est aussi épaisse qu'un poil de félin domestique et le fait que le "meilleur ami" du Chat Potté soit... un œuf en perturbera plus d'un.

Reste alors l'humour des situations, des cavalcades échevelées et l'habituelle morale finale sur l'amitié et à quel point peut-on se sacrifier pour la maintenir plus fort que tout qui font oublier un scénario léger, même si le film s'adresse aussi à des enfants.

On espère que ce point sera un peu mieux travaillé si l'on devait nous servir dans le futur une histoire avec -au hasard...- l'âne qui deviendra le compagnon de route de Shrek et du même Chat Potté...

03/01/2012

.HUGO CABRET (audio)

La critique audio peut être écoutée .

31/12/2011

.HUGO CABRET

ben kingsley,sacha baron cohen,jude law,hugo cabret, hugo cabret audio,

(film sorti en salles le 14.12.11)


Méliès [Ben Kingsley] | le chef de gare [Sacha Baron Cohen] | le père de Hugo [Jude Law]


NOTATION :ben kingsley,sacha baron cohen,jude law,hugo cabret, hugo cabret audio,


Depuis la mort de son père qui lui avait promis de remettre en état de marche un automate trouvé dans le musée où il travaillait, Hugo Cabret vit désormais dans un réduit de la gare dont il remonte les horloges en lieu et place de son oncle toujours en vadrouille pour descendre une mauvaise bouteille.

Son temps libre, il le passe à essayer de continuer l'œuvre de son père en dérobant des outils à un boutiquier qui répare des jouets. Mais voilà que ce dernier le surprend, lui confisque le carnet "hérité" de son père et l'oblige à travailler de ses mains pour le rembourser.

Aidé par la jeune fille de l'irrascible commerçant pour récupérer le précieux livret, Hugo va devoir décrypter une énigme que finira par lui révéler l'automate et qui lui fera découvrir un fabuleux secret...

Martin Scorsese nous offre ici un bien bel hommage aux frères Lumière inventeurs du cinéma et à celui qui a perçu la possibilité d'en faire du divertissement : Georges Méliès; dont de nombreux extraits de leurs films s'insèrent judicieusement entre des scènes étonnantes reproduites et dont l'inspiration n'est pour le coup pas difficile à deviner.

Images étudiées et travaillées retranscrivant une certaine poésie, un Sacha Baron Cohen dans un registre plutôt étonnant de chef de gare chasseur d'orphelins chapardeurs qui y trouvent refuge, un beau rôle pour Ben Kingsley endossant merveilleusement le personnage de Méliès ; tout y est à une exception près : même en s'appelant Scorsese, on n'arrive pas à utiliser la 3D d'une façon innovante que le résultat justifierait...

30/12/2011

.THE LADY (audio)

La critique audio peut être écoutée .

27/12/2011

.THE LADY

michelle yeoh,michael thewlis,luc besson,the lady,the lady audio

(film sorti en salles le 30.11.11)


Aung San Suu Kyi [Michelle Yeoh] | Michael Aris [David Thewlis]


NOTATION :michelle yeoh,michael thewlis,luc besson,the lady,the lady audio


Début sobre et rapide avec le choix de deux dates : 1947 et l'assassinat par des généraux du père d'Aung San Suu Kyi, lui-même général ayant libéré la Birmanie du joug du colonisateur ; 1998 où le mari d'Aung San Suu Kyi apprend être atteint d'un cancer, justification de souvenirs qui le ramène alors dix ans plus tôt où tout a débuté pour lui et son épouse, cette dernière s'envolant pour Rangoon afin d'aller au chevet de sa mère malade et affaiblie.

Arrivée en plein milieu d'une répression de manifestation étudiante, un rapide bouche à oreille se répand chez des birmans qui vouent toujours un culte à son père et voudraient bien la voir prendre la suite du travail inachevé ; la propulsant -un peu malgré elle au début tout du moins- à la tête d'une opposition pacifique et démocratique, irritant fortement une junte militaire qui cherche à s'en débarrasser en évitant toutefois la solution radicale ayant fait de son père un martyr.

Autant dire que parler de ce que tout le monde a suivi aux infos n'est pas très vendeur, surtout si l'on parvient -ce qui est heureusement le cas ici- à ne pas trop romancer les "zones d'ombre" pour gonfler l'intérêt.
Raconter l'isolement vécu durant tant d'années dans sa propre maison serait vite rébarbatif ; mais l'on sait peut-être moins qu'Aung San Suu Kyi n'aurait jamais eu le prix Nobel de la paix si son mari, malgré l'éloignement suite à son expulsion de Birmanie, n'avait fait des pieds et des mains afin de braquer les projecteurs sur le pays pour que la communauté internationale s'emploie à faire plier le régime en allégeant les conditions de détention et en étant moins totalitaire.
C'est sur l'acceptation d'une mère et épouse qui ne vous "appartient plus" mais revigore cet amour et ce soutien sans faille que père et enfants donnent à Aung San Suu Kyi que se focalise le film, sans pour autant être raccoleur ou trop larmoyant ; ce dont on sait gré à Luc Besson.
Tout le reste est porté par une Michelle Yeoh exceptionnelle, dont la ressemblance plus que frappante avec "l'originale" vous scotche littéralement ; et un David Thewlis en mari émouvant.

A voir sans tarder...

22/12/2011

.CARNAGE (audio)

La critique audio peut être écoutée .

19/12/2011

.CARNAGE

Affiche-Carnage.jpg

(film sorti en salles le 07.12.11)


Penelope [Jodie Foster] | Nancy [Kate Winslet] | Michael [John C. Reilly] | Alan [Christoph Waltz]


NOTATION :jodie foster, kate winslet, carnage, carnage audio,


Alors que deux garçons de onze ans se sont fâchés pour un rien et que l'un a agressé violemment l'autre ; les parents de "l'offenseur" se rendent chez ceux de "l'offensé", à la demande de ces derniers afin de régler le problème rapidement et de façon civilisée.

Mais le vernis va vite craquer et, sous les bonnes manières, des comportements et des réflexions plus ou moins anodines vont faire réagir chacun des parents avec plus d'agressivité ; les reproches des uns et des autres devenant cinglants avec une force accrue tout en se déplaçant sur un terrain qui n'a plus grand chose à voir avec l'objet premier de la rencontre.

Entre déballages et règlements de comptes, où va s'arrêter le carnage ; alors que les deux enfants ont oublié le sujet de leur dispute et sont déjà redevenus copains ?

Roman Polanski transpose ici le sujet plutôt banal tiré d'une pièce de Yasmina Reza où tout se joue dans le salon d'un appartement new-yorkais, mais son choix des acteurs fait mouche : ils sont tout à fait à l'aise et convaincants, avec une mention particulière pour l'interprétation brillante tant de Jodie Foster que de Kate Winslet (raison du 3è clap...).

A voir sans crainte et sans ennui, malgré le huis clos...

18/12/2011

.INTOUCHABLES (audio)

La critique audio peut être écoutée .

16/12/2011

.TIME OUT (audio)

La critique audio peut être écoutée .

15/12/2011

.INTOUCHABLES

françois cluzet,francois cluzet,omar sy,intouchables,intouchables audio

(film sorti en salles le 02.11.11)


Philippe [François Cluzet] | Driss [Omar Sy]


NOTATION :françois cluzet,francois cluzet,omar sy,intouchables,intouchables audio


Depuis qu'un accident de parapente l'a rendu tétraplégique ; Philippe est un bibelot comme les autres dans son hôtel particulier parisien, cloué dans un fauteuil ou un lit et nécessitant des soins et une surveillance constants ; raison pour laquelle ses aides à domicile censés avoir les diplômes adéquats ne font jamais long feu dans la place.

Lorsqu'un jour d'entretien d'embauche surgit devant lui un jeune de banlieue ayant fait un peu de prison : Driss, impatient de faire signer son attestation de recherche effective d'emploi pour rentrer chez lui et pouvoir toucher les Assedic.

Dès cette première rencontre et malgré le fait que Driss dans sa fougue tienne des propos involontairement maladroits qui renvoient au handicap de Philippe ; ce dernier presque heureux qu'on lui parle un peu crûment en oubliant sa condition physique, décide de le prendre à l'essai.

Après sa phase d'apprentissage des tâches quotidiennes à effectuer et lorsqu'il aura mis de côté une certaine gêne dans des situations plutôt... intimes avec son patron ; Driss par son enthousiasme communicatif déridera le personnel de la maison ainsi que son employeur, avec qui va s'installer une complicité qui deviendra au fil des jours une solide amitié.

L'entrain avec lequel ils se lancent des défis pour réaliser des envies plus ou moins folles et se prouver à eux-mêmes et aux autres qu'ils sont bien vivants, se libérant du poids du regard de leurs entourages respectifs ainsi que de leur étiquette de "handicapé" et de "loubard de banlieue" fait plaisir à voir ; grâce à une interprétation d'un naturel bluffant, tant de la part d'Omar Sy que de François Cluzet, qui rendent leur personnage attachant.

Si l'on nous sert bien quelques clichés, leur légèreté donne un ressort d'humour supplémentaire à un film qui n'en manque pas et qui, mélangé à un zeste d'amour et d'émotion, met du baume au cœur dans un cocktail détonnant pour une soirée cinéma plus que réussie.

13/12/2011

.TIME OUT

justin timberlake,time out,time out audio,

(film sorti en salles le 23.11.11)


Sylvia [Amanda Seyfried] | Will Salas [Justin Timberlake]


NOTATION :amanda seyfried,justin timberlake,time out,time out audio


Dans un futur plus ou moins proche, c'est le temps qui est devenu de l'argent ; tout se paie et se rétribue en minutes, heures et jours qui par la même vous raccourcissent ou vous rallongent l'espérance de vie.
Seul pécule de base commun à tous : l'arrêt du vieillissement qui conserve le corps de chaque être jeune et pimpant le jour où sonnent ses vingt-cinq printemps. Pour le reste, une majorité de la population vivote avec trois jours ou moins de capital tandis que quelques uns -immensément riches- peuvent avoir jusqu'à plusieurs siècles de rente avec treize chiffres au compteur.

C'est lorsque le jeune Will Salas va vouloir sauver malgré lui l'un de ces "milliardaires" que les ennuis vont commencer : devenu possesseur des années de celui qu'il a secouru ; il va être la cible de Fortis et sa bande très mécontents qu'un gêneur se soit approprié le précieux butin qu'ils convoitaient, ainsi que du Garde-Temps obstiné Raymond Leon qui le considère comme voleur et assassin.

Croisant la route de Sylvia, fille de banquier ; va-t-il réussir -avec ou sans son aide- à concrétiser le pari fou de celui qui lui a "légué sa fortune" : distribuer plus équitablement le temps à tous ceux qui en manquent ?

Sous couvert d'anticipation (pas tout à fait fiction), voilà donc une fable qui nous interpelle forcément en nous renvoyant à la figure le scandale du fossé qui se creuse sans fin entre des gens aisés toujours plus opulents et des pauvres condamnés d'avance à ne pas s'en sortir ; avec en bonus un Justin Timberlake qui porte l'histoire de façon plutôt convaincante.

On pourra bien sûr trouver quelques facilités au scénario et un suspens un brin... prévisible, mais si l'on vous dit : "ce film te coûtera 1h40 de ton temps" ; vous pouvez payer sans regret.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu