Avertir le modérateur

17/05/2011

.LA PROIE (audio)

La critique audio peut être écoutée .

13/05/2011

.LA PROIE

Affiche-LaProie.jpg

(film sorti en salles le 13.04.11)


Capitaine Linné [Alice Taglioni] | Franck Adrien [Albert Dupontel] | Maurel [Stéphane Debac]


NOTATION :n4_final.jpg


Il est déjà en prison depuis dix-huit mois pour un casse dont il n'a jamais dévoilé la cachette.
Pour vivre avec la loi carcérale ; il réussit à maintenir un fragile équilibre afin de se faire respecter, entre un complice qui s'est mis du côté de russes qui aimeraient bien savoir où est le pactole et un compagnon de cellule dont il se désintéresse bien qu'il attise les haines car il aurait violé et tenté de tuer une mineure.

Lorsqu'un gendarme vient le voir au parloir pour lui tenir un étrange discours peu de temps après que Jean-Louis Maurel, son co-détenu, ait été libéré suite aux rétractations de la jeune victime ; Franck Adrien va se demander si, pour l'unique fois où il a accordé sa confiance à quelqu'un en se dévoilant un peu, il ne l'aurait pas fait avec la mauvaise personne.

Ayant un mauvais pressentiment suite à un appel téléphonique qui n'aboutit pas, il n'a plus d'alternative : il comprend qu'il s'est lourdement trompé et ne va avoir d'autre solution que de s'évader afin de rattraper Maurel et sauver sa femme et sa petite fille.

Rusé et glissant entre les doigts des forces de l'ordre à plusieurs reprises alors qu'on a mis à sa poursuite une capitaine de police qui n'est pas née de la dernière pluie ; il va rendre sa traque de Maurel d'autant plus risquée qu'il est devenu l'ennemi public n°1 à abattre sans se poser de question.

Clairement pas pour des âmes trop sensibles, ce film est assez extraordinaire par la tension et le suspens incessants qu'y met un Albert Dupontel que rien ni personne ne pourra arrêter tant qu'il n'aura pas sauvé sa famille en mettant la main sur le cinglé qui a partagé sa géôle.
Stéphane Debac est également assez étonnant et inquiétant en prédateur de gamines aidée par sa femme tout aussi dérangée qui flashe sur les petites filles des autres pour être leur "maman", avec un parallèle pas forcément voulu avec les époux Dutroux de sinistre mémoire et dont l'un des membres refait l'actualité récente.
Alice Taglioni en flic mise à l'écart par ses échecs qui se met à cogiter pour peut-être démêler le vrai du faux ne déçoit pas non plus.

A voir impérativement avant qu'il ne quitte les écrans...

14/05/2008

.CA$H

1473777673.jpg(sorti en salles le 23.04.08)

Ca$h (Jean Dujardin) est un arnaqueur professionnel qui vit de coups dont la sophistication est d'autant plus importante que le pigeon visé sera dur à plumer.

Il en envisage donc un nouveau en cherchant à séduire une ravissante fille (Alice Taglioni), tout en suivant un but ultime : faire payer celui qui est l'instigateur de la mort de son frère Solal (Clovis Cornillac).

Le sait-il ou pas ? Il est -durant tout ce temp- sous surveillance continue de la police et plus particulièrement d'une inspectrice qui prend cette enquête tellement à coeur que ça en devient suspect.

S'entremêlent alors cette femme flic qui court perpétuellement après Ca$h, ses collègues policiers qui cherchent à mettre la main sur Maxime (Jean Reno) -escroc de génie- et tout un tas de petits truands sensés formés des bandes mais dont on se demande durant tout le film qui retournera sa veste... et combien de fois (y compris dans les rangs de la police).

Ce que l'on voit très bien à l'écran, c'est la sensation d'un scénario brouillon dont chaque séquence aurait été écrite au fur et à mesure pour retomber sur ses pieds et rendre plausible tous les revirements qui se sont déroulés précédemment sous nos yeux... et ce jusqu'à la dernière séquence  qui, pour être pour le moins inattendue, ne met pas ce film au niveau d'une production américaine.

En voulant trop tailler un petit diamant de scénario, les facettes sont tellement nombreuses -sans forcément briller de mille feux- qu'on perd un peu le fil d'une histoire alambiquée.

Dommage car le film réunit un peu le gratin français des acteurs les plus en vue du moment, qui se retrouvent par la même occasion sous-employés en gravitant autour de Dujardin...


-----
AVIS : 1 (cf. échelle de notation)

 

09/05/2008

.SANS ARME, NI HAINE, NI VIOLENCE

ec17d6d5a36c9f31affd3ecb1808c94a.jpg(sorti en salles le 16.04.08)

Vincent est journaliste à Paris-Match et chasse le scoop.

Vincent finit par avoir un rendez-vous avec Albert Spaggiari (le célèbre casse de la Société Générale dans les années 70, sans effusion de sang, de nuit par les égouts), lequel lui fait glisser en dernière minute à l'aéroport -par complice interposé- le billet pour la destination mystère (en Amérique du Sud) où il s'est réfugié après s'être échappé du bureau du juge d'instruction.

S'ensuit un Spaggiari s'auto-glorifiant durant tout le film au côté d'une épouse assez effacée et devant un journaliste au comportement un peu étrange.
Un Spaggiari qui supporte mal l'anonymat alors qu'il se prend pour un génie, éclipsé par un Mesrine dont la gloire est toujours chantée alors qu'il est mort.

Un film intéressant même s'il doit prendre quelques libertés avec la réalité ; mais on s'en accomodera d'autant plus facilement qu'Alice Taglioni, Gilles Lellouche et Jean-Paul Rouve (enfin un rôle qui lui va...) sont à l'affiche.

-----
AVIS : 2 (cf. échelle de notation)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu