Avertir le modérateur

13/08/2012

.THE DICTATOR (audio)

La critique audio peut être écoutée  (durée : 1'47).

24/07/2012

.THE DICTATOR

anna faris,ben kingsley,sacha baron cohen,the dictator,the dictator audio

(film sorti en salles le 20.06.12)


Zoey [Anna Faris] | Oncle Tamir [Ben Kingsley] | L'Amiral-Général Aladeen [Sacha Baron Cohen]


NOTATION :anna farris,ben kingsley,sacha baron cohen,the dictator,the dictator audio


L'Amiral-Général Aladeen règne depuis ses six ans en despote -pas vraiment éclairé- sur la République de Wadiya, épaulé par son chef de la police secrète et oncle Tamir, et avec le concours -forcé- de sosies qui servent de cibles aux nombreuses tentatives d'attentats contre un pouvoir honni.

Lorsque les Nations-Unies se décident enfin à hausser le ton face à la volonté du Leader Suprême de poursuivre son programme nucléaire "civil" tout en refusant la visite d'inspecteurs, Aladeen décide de se rendre à New-York pour y confirmer sa décision en l'argumentant.

Il ne se doute pas qu'il va tomber droit dans un piège dont il va sortir in-extremis mais privé de sa virile barbe, devenant malgré lui un émigré anonyme aux Etats-Unis tandis qu'un sosie prend sa place à la tête de la délégation de son pays.

Ses rencontres fortuites avec un réfugié du Wadiya et Zoey, ardente manifestante pour les droits humains ; vont-elles lui permettre de reconquérir le pouvoir pour s'assurer que son peuple opprimé n'ait jamais accès à la démocratie ?

Autant dire que l'on s'en fiche un peu, d'autant que l'on se doute déjà de la réponse. Et ce n'est pas l'humour qui arrange la chose : Sacha Baron-Cohen ne se renouvelle pas vraiment dans les blagues trash en dessous de la ceinture qu'il affectionne tant et pour le coup, il n'y a plus grand chose de provocateur... à l'exception de la fin, avec un plaidoyer contre les Etats-Unis (ou plutôt contre... le parti Républicain...) qui donne à réfléchir et forcément, n'a pas un côté comique prononcé.

Enfin ; avoir donné -involontairement ou non- à son film le même titre que l'œuvre de Chaplin est loin d'en faire un équivalent dans l'intelligence du sujet, et y glisser Ben Kingsley comme on sertit un diamant ne donnera pas plus de brillant à cette histoire qui s'enlise piteusement...

podcast

03/01/2012

.HUGO CABRET (audio)

La critique audio peut être écoutée .

31/12/2011

.HUGO CABRET

ben kingsley,sacha baron cohen,jude law,hugo cabret, hugo cabret audio,

(film sorti en salles le 14.12.11)


Méliès [Ben Kingsley] | le chef de gare [Sacha Baron Cohen] | le père de Hugo [Jude Law]


NOTATION :ben kingsley,sacha baron cohen,jude law,hugo cabret, hugo cabret audio,


Depuis la mort de son père qui lui avait promis de remettre en état de marche un automate trouvé dans le musée où il travaillait, Hugo Cabret vit désormais dans un réduit de la gare dont il remonte les horloges en lieu et place de son oncle toujours en vadrouille pour descendre une mauvaise bouteille.

Son temps libre, il le passe à essayer de continuer l'œuvre de son père en dérobant des outils à un boutiquier qui répare des jouets. Mais voilà que ce dernier le surprend, lui confisque le carnet "hérité" de son père et l'oblige à travailler de ses mains pour le rembourser.

Aidé par la jeune fille de l'irrascible commerçant pour récupérer le précieux livret, Hugo va devoir décrypter une énigme que finira par lui révéler l'automate et qui lui fera découvrir un fabuleux secret...

Martin Scorsese nous offre ici un bien bel hommage aux frères Lumière inventeurs du cinéma et à celui qui a perçu la possibilité d'en faire du divertissement : Georges Méliès; dont de nombreux extraits de leurs films s'insèrent judicieusement entre des scènes étonnantes reproduites et dont l'inspiration n'est pour le coup pas difficile à deviner.

Images étudiées et travaillées retranscrivant une certaine poésie, un Sacha Baron Cohen dans un registre plutôt étonnant de chef de gare chasseur d'orphelins chapardeurs qui y trouvent refuge, un beau rôle pour Ben Kingsley endossant merveilleusement le personnage de Méliès ; tout y est à une exception près : même en s'appelant Scorsese, on n'arrive pas à utiliser la 3D d'une façon innovante que le résultat justifierait...

08/07/2010

.PRINCE OF PERSIA (audio)

La critique audio peut être écoutée .

05/07/2010

.PRINCE OF PERSIA

Affiche-PrinceOfPersia.jpg

(film sorti en salles le 26.05.10)


Princesse Tamina [Gemma Arterton] | Nizam [Ben Kingsley] | Prince Dastan [Jake Gyllenhaal]


NOTATION :N3_final.jpg


Orphelin téméraire, l'enfant Dastan a été adopté par le roi de Perse.

Parvenu à l'âge adulte ; il brille par son art de la guerre dans des attaques insensées qui donnent des victoires faciles à ses deux "frères".

Et voilà que, le roi de Perse étant parti en retraite spirituelle, les trois princes -appuyés par leur oncle- décident d'attaquer une ville sacrée qui nargue le royaume.

Vainqueurs une fois de plus, le roi arrive malgré tout pour féliciter ses fils avant de mourir semble-t-il sous l'effet d'un manteau de prix offert par Dastan, scellant instantanément sa déchéance et la mise à prix de sa tête.

Devenu un fugitif mais voulant prouver sa bonne foi, il va devoir se trouver une alliée inattendue en la personne de Tamina, princesse du lieu qu'ils ont mis à feu et à sang, pour approcher ses frères et son oncle.
Mais sa naïveté ne lui fait pas réaliser immédiatement que l'un d'entre eux l'a piégé depuis le moment où la cible de l'attaque a été choisie, car la cité renferme les sables du temps qui permettent de revenir dans le passé et faire que des événements survenus soient "effacés" afin de réécrire l'histoire et ainsi régner sur le monde...

Le poignard qui lui a été offert en récompense et dont le manche contient une poignée de ces sables va peut-être l'aider dans sa quête du traître et par conséquent à sa réhabilitation...

Un film d'aventure Disney qui se base sur un jeu vidéo... on a tout d'abord quelques craintes, vite envolées avec des effets spéciaux réussis et des scènes donnant quasi l'impression d'être devant sa console à tenter de faire progresser le héros que l'on incarne... sans oublier un peu d'amour au tournant, forcément...

Jake Gyllenhaal ne démérite pas, et la très mignonne Gemma Arterton est plutôt une révélation. A voir.

19/03/2010

.SHUTTER ISLAND (audio)

La critique audio peut être écoutée .

15/03/2010

.SHUTTER ISLAND

Affiche-ShutterIsland.jpg

(film sorti en salles le 24.02.10)


Terry Daniels [Leonardo di Caprio] | Chuck Aule [Mark Ruffalo] | Le psychiatre [Ben Kingsley]


NOTATION :n4_final.jpg


Shutter Island est, comme son nom l'indique une île, dont les infrastructures pré-existantes ou ajoutées servent à héberger un asile psychiatrique/prison recueillant des malades ayant commis des meurtres.

C'est là que le ferry emmène le marshal fédéral Teddy Daniels et son nouveau collègue Chuck afin d'enquêter sur la disparition inexpliquée de Rachel Solando, une "patiente" dont personne ne parvient à retrouver la trace.

Rapidement livrés à eux-mêmes sur une île peu accueillante truffée de gardiens et d'un personnel médical qui le sont encore moins ; ils rencontrent le psychiatre responsable de l'institution qui n'est pas trop coopératif et semble cacher des éléments qui pourraient les aider à comprendre ce qui a pu se passer et retrouver la "fugitive".

Ajoutez à cela que le marshal Daniels se remet mal des horreurs qu'il a vues en Europe lorsqu'il a participé à la libération du camp de Dachau, qu'il est victime d'une fuite en avant en cherchant à retrouver l'homme qui a mis le feu à l'immeuble où il avait l'appartement dans lequel a péri sa femme et qui hante assez souvent ses pensées.
On se demande -et son coéquipier également- s'il va être réellement en mesure de trouver le fin mot de l'histoire, d'autant que l'atmosphère confinée du lieu risque d'agir sur le caractère des deux enquêteurs.

D'ailleurs, ne sont-ils pas déjà un peu pris au piège ; monté de toute pièce ou pas pour les empêcher de trouver la vérité et pire, ne jamais pouvoir quitter l'île ?

Ce film à l'ambiance pesante est assez angoissant, on finit par se sentir piégé comme nos deux fédéraux, notre mental se met à nous jouer des tours et l'on craint de perdre pied avec eux.
Et là, arrive le coup de théâtre magistral qui nous fait nous interroger sur tout ce que l'on a vu auparavant, où l'on se demande s'il est vraiment possible que l'on se soit trompé à ce point et si l'on ne devient pas fou : ce qui est peut-être le cas compte-tenu de toutes les évidences que l'on nous assène coup sur coup en très peu de temps et l'on se trouve dans un doute incroyable sans élément certain auquel nous raccrocher.

Un montage incroyable et une narration stupéfiante, aidée en cela par un Leonardo di Caprio plutôt étonnant car mûr pour le personnage et de très bons seconds rôles en appui : Mark Ruffalo, Ben Kingsley...

Plus qu'un coup de maître...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu