Avertir le modérateur

12/02/2011

.LE FRELON VERT / THE GREEN HORNET (audio)

La critique audio peut être écoutée .

09/02/2011

.LE FRELON VERT / THE GREEN HORNET

Affiche-LeFrelonVert.jpg

(film sorti en salles le 12.01.11)


Lenore [Cameron Diaz] | Britt Reid [Seth Rogen] | Kato [Jay Chou] | Chudnofsky [Christoph Waltz]


NOTATION :n2_final.jpg


Britt Reid est le fils d'un magnat de la presse qui ne pense qu'à faire la fête avec force musique, alcools et jolies filles peu farouches ; et il ne compte pas vraiment changer de vie lorsqu'il apprend le brutal décès de son géniteur et qu'il se retrouve à la tête du journal "Daily Sentinel".

Son rêve brisé par un père sans concession va peut-être pouvoir se concrétiser suite à sa rencontre avec Kato -qu'il a pourtant licencié peu de temps auparavant- secrétaire et majordome du paternel dont bon nombre de potentialités semblent avoir été brimées...

Nouvelle nuit de beuverie et voilà que notre "neu-neu" se décrète redresseur de torts sous le nom de "Frelon vert", avec l'aide opportune de Kato qui s'avère un maître en arts martiaux -et souvent le sauveur de son patron- pour faire la chasse aux malfaisants qui envahissent la ville.
Mais il va rapidement y avoir une croisade de trop lorsqu'une de leurs "bonnes actions" vient torpiller le business florissant de la drogue dirigé par Chudnofsky qui ne va plus avoir qu'un désir : les voir morts.

S'ils ne sont pas sûrs de pouvoir compter sur le procureur ; peut-être vont-ils être aidés par la belle Lenore, nouvelle assistante en chef que Britt a engagé au journal...

On reprend ici le schéma de Batman et Robin pour créer quasiment deux "anti-héros" dont les actions souvent confuses et peu réfléchies n'atteignent pas toujours le but recherché à l'origine.
Malgré un scénario assez léger ; Seth Rogen ne s'en sort pas trop mal car on a vraiment envie de donner des baffes à ce fils à papa gâté qui a gardé l'âge mental de ses douze ans, Jay Chou essaie de faire oublier son prestigieux prédécesseur qu'était Bruce Lee, Christoph Waltz (déjà vu dans Inglorious Bastards) n'est pas mal non plus en Chudnofsky qu'il faut craindre d'autant plus qu'il n'inspire aucune peur de prime abord, enfin Cameron Diaz ne fait que passer pour donner un peu de présence féminine et de lumière à tout cela...

Dommage que tous ces efforts soient partiellement gâchés par de nombreux moments où l'image se retrouve comme écrasée, modifiant les proportions d'objets ou bien de personnages lorsqu'ils effectuent certaines actions.
Est-ce dû à la 3D ? Bien possible puisque le souci était déjà identifié avec le dernier volet de Narnia...

31/08/2010

.NIGHT AND DAY (audio)

La critique audio peut être écoutée .

27/08/2010

.NIGHT AND DAY

Affiche-NightAndDay.jpg

(film sorti en salles le 28.07.10)


June [Cameron Diaz] | Roy Miller [Tom Cruise] | Fitzgerald [Peter Sarsgaard]


NOTATION :n2_final.jpg


Lorsque June croise dans un aéroport un certain Roy Miller si mignon et prévenant, et qu'elle parvient à monter dans le même avion que lui ; elle n'a encore aucune idée de l'aventure incroyable à laquelle elle va être mêlée, devenant sans s'en douter un pion manipulé en permanence soit par l'agent fédéral Roy Miller -qui lui jure ne pas être un traître malgré les apparences- soit par son ancien collègue l'agent Fitzgerald qui déclare le contraire ; l'un disant avoir volé une pile révolutionnaire afin de la protéger -ainsi que son jeune inventeur- de certaines convoitises, l'autre jurant vouloir la récupérer car subtilisée par un traître voulant la vendre au plus offrant ; avec bien entendu un marchand d'armes qui cherche à obtenir la batterie sans avoir à payer et dont les tueurs les suivent à la trace grâce au "maillon faible" qu'est June, qui va devoir rapidement décider si elle doit avoir confiance en Roy ou pas.

Bon film d'action avec peu de temps morts et saupoudré d'un zeste d'humour pour reprendre son souffle ainsi que de l'inévitable amour naissant entre June et Roy ; qui se déroule entre Etats-Unis, Espagne et Autriche et où l'on finit vraiment par se demander si Miller est -ou pas- le "gentil" jugé à tort comme traître.
Juste une chose regrettable et énervante qui en fait un scénario un peu lisse : pourquoi, quelques soient les décisions -bonnes ou mauvaises- prises par June, est-ce toujours la réaction à laquelle s'attendaient l'agent loyal comme le ripoux ?

27/11/2009

.THE BOX (audio)

La critique audio peut être écoutée .

25/11/2009

.THE BOX

Affiche-TheBox.jpg

(film sorti en salles le 04.11.09)


Norma Lewis [Cameron Diaz] | Arthur Lewis [James Marsden]


NOTATION :n2_final.jpg


1976 : d'un côté, prenez les jeunes Arthur Lewis (ingénieur à la Nasa) et son épouse Norma (professeur universitaire) à qui l'on dépose un matin sur le perron une étrange boîte avec un poussoir.

De l'autre, prenez un homme étrange à demi-défiguré qui s'invite le lendemain chez eux en leur faisant une proposition étrange : si le bouton est actionné, ils seront à la fois les heureux bénéficiaires d'un million de dollars et responsables de la mort, quelque part, de quelqu'un qu'ils ne connaissent pas.

Bobard ou pas ? L'argent à tendance à brûler les doigts de notre couple et Norma finit par appuyer... ils apprennent rapidement -par le biais du père de Norma qui est commissaire- qu'une femme a été assassinée par le conjoint qui travaille... à la Nasa !

À défaut de pouvoir revenir en arrière, Norma va essayer de ralentir -voire arrêter- l'inévitable tandis qu'Arthur décide de mener une enquête aux côtés de son beau-père.
Et alors là ; on part dans un délire -qui reste malgré tout très cérébral- où se mêlent rédemption, fantastique et pseudo science-fiction pour ce qui semble être des tests comportementaux grandeur nature où une "force supérieure" juge de la nécessité ou pas de faire tomber le couperet pour ceux ayant échoué à conserver une certaine morale pour le bien de l'humanité...

Ce film est parfois inégal et l'on sort de cette projection plutôt circonspect en n'étant pas certain d'avoir saisi la finalité du propos ; mais peut-être était-ce le but, auquel cas on pourrait l'estimer réussi.

26/05/2008

.JACKPOT

498425665.jpg(sorti en salles le 07.05.08)

Jack a gardé un comportement de gamin irresponsable et se fait virer de l'atelier d'ébénisterie dont le patron est pourtant... son père.

Joy a tout pour réussir sentimentalement et professionnellement mais elle se fait larguer par son fiancé.
Chacun de son côté, et un peu influencé par leur meilleur(e) ami(e), décide de se rendre à Las Vegas pour oublier ses "malheurs".

Tout dérape lorsqu'ils se croisent, s'envenime lorsqu'une soirée trop arrosée les fait se réveiller mariés, dégénère lorsque le dollar prêté par l'une fait gagner trois millions à l'autre. Chacun se croyant l'unique gagnant de ce fabuleux chèque, ils se retrouvent avec le gain sous séquestre pour six mois avec obligation de vivre réellement comme un couple durant une période identique.

Chacun, toujours "cornaqué" pas son ami(e), va aligner les coups bas pour que l'autre jette l'éponge et que la somme ne soit pas à partager.

Scénario vraiment minimaliste pour une comédie made in Hollywood qui se veut drôle ; c'est juste un film alimentaire où une pin-up et un beau gosse -Cameron Diaz et Ashton Kutcher- font leur numéro (certes bien rôdé) avec de très gros sabots...


-----
NOTATION :

1812898922.jpg
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu