Avertir le modérateur

12/05/2011

.COUP D'ÉCLAT (audio)

La critique audio peut être écoutée .

09/05/2011

.COUP D'ÉCLAT

Affiche-CoupDeclat.jpg

(film sorti en salles le 27.04.11)


Capitaine Bourrier [Catherine Frot]


NOTATION :n2_final.jpg


Elle est capitaine de police dans un commissariat de Sète où son quotidien est de courir après des sans-papiers et d'appliquer sagement les procédures ministérielles pour faire du chiffre sans se poser de question.
Jusqu'au jour où elle arrive sur le lieu d'un suicide : celui de la jeune Olga, clandestine qu'elle avait vue la veille et lui avait dit avoir un petit garçon sans que personne ne soit en mesure de lui confirmer l'information.

Touchée par cet événement qui lui rappelle des souvenirs dans sa propre vie ; la voilà qui va enquêter sans relâche contre vents et marées sur l'existence -ou pas- de cet enfant et va peut-être, sinon remettre en cause la thèse du suicide, tout du moins soulever un pan de voile et donner une autre tournure à l'affaire.

Catherine Frot joue avec justesse ce personnage tiraillé entre l'obligation du devoir et ce que lui dicte une certaine droiture morale ; sur fond de peinture sociale où essaient de trouver leur place dans la société aussi bien des sans-papiers qui ont risqué leur vie pour arriver là que des employés ayant donné la leur à l'usine qui les a licenciés pour cause de délocalisation, la misère qui en naît pouvant servir de terreau à de petits groupes mafieux.

Mais pourquoi, à un tableau plutôt équilibré et léger, vient-on l'affubler d'une fin aussi convenue et qui n'apporte pas réellement de réponse ?
Même la rebellion et les coups d'éclat ont leurs limites apparemment... dommage.

22/05/2010

.IMOGÈNE MC CARTHERY (audio)

La critique audio peut être écoutée .

19/05/2010

.IMOGÈNE MC CARTHERY

(film sorti en salles le 05.05.10)


Imogène [Catherine Frot] | Sir Woolish [Michel Aumont] | Samuel [Lambert Wilson]


NOTATION :


A Londres ; la rousse Imogène, écossaise jusqu'au bout des ongles, travaille à l'Amirauté ou son patriotisme "so scottish" l'oblige à "moucher" quiconque ne l'est pas et oserait lui faire des réflexions déplacées, qu'il s'agisse de ses collègues ou de son supérieur direct.

Après un nouveau clash, la voilà convoquée par Sir Woolish qui, loin de la remercier, lui confie un travail au nom de la Couronne : aller aux Falklands qui l'ont vu naître afin de porter les plans d'un nouvel avion de combat jusqu'à un contact présent là-bas et qui l'attend afin de pouvoir les examiner.

Bien évidemment, loin d'éloigner les soupçons de par son inaptitude sur "le terrain" ; l'acheminement des documents secrets ne va pas être une sinécure, d'autant que son retour au pays natal la fait retrouver celui dont elle est secrètement amoureuse depuis qu'elle est enfant : Samuel Tyler, policier de son état ; ce qui ne va pas faciliter sa... mission.

Quant à la raison véritable de son périple, lorsqu'elle la connaîtra... ne vous fâchez pas Imogène !!

Disons le tout net : on retrouve l'atmosphère particulière des histoires éponymes de Charles Exbrayat, avec l'humour des réparties et le côté un peu "déjanté" qui différencie l'héroïne d'une vulgaire Miss Marple d'Agatha Christie et qui convient parfaitement à l'interprétation équilibrée de Catherine Frot.
Malheureusement l'histoire souffre de nous ramener aux années 60 et à la guerre froide, là où histoires et personnages d'Agatha sont plus intemporels et donc un peu plus intéressants mais il reste le comportement d'une femme libre au caractère bien trempé, et donc très "actuelle".

Catherine Frot ne démérite pas et semble prendre plaisir dans la peau de notre Imogène, Lambert Wilson et Michel Aumont sont moins visibles mais tout aussi excellents.
Un très bon moment de divertissement qui fait oublier la série télévisée.

16/12/2009

.LE VILAIN (audio)

La critique audio peut être écoutée .

14/12/2009

.LE VILAIN

Affiche-LeVilain.jpg

(film sorti en salles le 25.11.09)


Le Vilain [Albert Dupontel] | sa Maman [Catherine Frot]


NOTATION :N3_FINAL.jpg


Sidney fait des casses de banques ou des braquages de fourgons blindés mais le dernier en date tourne mal et il double ses acolytes, qui le pourchassent.

Il se rappelle alors que sa vieille maman habite dans un pavillon un peu à l'écart et il y débarque donc alors que sa mère, qui ne l'a pas vu depuis vingt ans, se lamente d'être maudite au point de ne pas être encore "rappelée à dieu".

Blessé, il se réfugie dans sa chambre d'ado pour mettre à l'abri le fruit de son larcin mais s'évanouit et permet à sa génitrice de tomber des nues en découvrant des éléments prouvant le côté profondément mauvais de son fils depuis... sa prime enfance.

Voulant rattraper le temps perdu en le remettant dans le droit chemin, elle va attiser de plus belle la haine de Sidney envers elle ; mais toute l'énergie qu'il dépense en pure perte va peut-être servir dans la lutte de derniers propriétaires résistants contre un promoteur vorace.

Humours tour à tour cynique, méchant, touchant et une fin à peu près morale avec un Dupontel qui a une pêche d'enfer et une Catherine Frot lumineuse en dame à cheveux blancs pas toujours très digne...

On ne peut qu'adorer...

20/10/2008

.LE CRIME EST NOTRE AFFAIRE

Affiche-LeCrimeEstNotreAffaire.jpg(sorti en salles le 15.10.08)

Après un premier épisode assez réussi, revoici notre couple de héros -Prudence [Catherine Frot] et Bélisaire [André Dussollier] Beresford- (dont Madame s'ennuie à mourir dans leur vaste demeure) face à une histoire de strangulation qu'aurait vue sa tante Babeth [Annie Cordy] dans le compartiment d'un train de nuit qui a croisé son petit tortillard régional.

Profitant d'une absence temporaire de son mari, Prudence décide de poursuivre son enquête, et après quelques repérages d'après les indications fournies par sa tante, parvient à se faire engager comme bonne à tout faire dans une demeure proche... d'une voie ferrée.

La famille Charpentier qui l'habite est composée de membres tous plus bizarres les uns que les autres : le patriarche radin à un point innommable [Claude Rich], sa fille Emma [Chiara Mastroianni] qui subit ses foudres sans broncher, sa jeune nièce insouciante Alexis ainsi qu'une de ses amies qui passe ses vacances là.

Prudence ne va pas tarder à faire connaissance avec un cadavre caché dans un sarcophage (celui du train ?), ainsi que des trois frères.

Intrigue fidèle à celle d'Agatha Christie où la police et nos héros se perdent en conjectures tandis qu'un, puis deux des fils trépassent à brève échéance pendant les fêtes de Noël.

Mais on n'arrête pas un couple ayant réussi tant de missions pour l'Intelligence Service durant la guerre (ni une Prudence furieuse de ne pas avoir compris assez vite ce qui se tramait), ils -en fait... elle- auront le dernier mot : l'assassin sera mis aux arrêts et l'on connaîtra l'identité du mystérieux corps sans vie (qui est bien l'étranglée du train).

Ce nouveau volet est encore plus savoureux grâce à l'ambiance, l'humour, le respect du style Christie et bien évidemment aux merveilleux acteurs qui campent les personnages principaux (ha ! Dussollier en kilt qui nous fait sa Marylin -au masculin- vaut à lui seul son pesant de cacahuètes !)

-----
NOTATION : 4

18/08/2008

.L'EMPREINTE DE L'ANGE

1026483760.jpg(sorti en salles le 13.08.08)

Elsa (Catherine Frot) est "un peu" dépressive et ce n'est ni son travail de préparatrice en pharmacie, ni la procédure de divorce en cours qui arrangent les choses ; alors quand son mari lui confie la garde de leur fils Thomas...

Lorsqu'elle récupère son fils à une fête d'anniversaire, elle aperçoit une petite fille déguisée en fée et là, tout bascule : elle trouve que cette enfant ressemble à sa petite Lucie (qui est pourtant morte dans un incendie ... à la maternité où Elsa venait à peine d'accoucher) et ne va avoir de cesse de savoir qui elle est et où elle habite.

Par le biais de son fils, elle finit par remonter jusqu'aux parents et va commencer à s'immiscer dans leur vie ; tout d'abord en prétextant vouloir acheter leur maison, puis en suivant un peu partout Lola -elle a réussi à connaître le prénom de la fillette- de façon cachée ou pas selon les circonstances et bien que sa mère soit quasiment tout le temps à proximité.

Claire, la mère de Lola, va rapidement comprendre qu'Elsa n'est pas... clair, va chercher à prendre ses distances, puis à être de plus en plus antipathique et nerveuse dans ses gestes et paroles lorsque qu'Elsa devient vraiment trop collante.

Dans son délire, Elsa va jusqu'à débarquer un jour chez Claire pour demander... un test ADN.

Toute à son idée fixe, Elsa parvient à s'introduire dans la chambre de la petite et quand elle est surprise par Claire, elles en viennent aux mains.

Alors, Elsa est-elle vraiment très... "perturbée" et se fait-elle un cinéma pour rien (ce que lui reproche d'ailleurs son -encore- époux et ses parents)  ?

Ce film -tiré d'un fait réel...- contient beaucoup de longues séquences silencieuses en gros plan qui amplifient l'effet "dramatique" et illustrent parfaitement le désarroi de ces deux femmes, nous rappelant -si besoin était- le talent de Catherine Frot et Sandrine Bonnaire.

-----
NOTATION :

1950189633.2.jpg
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu