Avertir le modérateur

22/12/2011

.CARNAGE (audio)

La critique audio peut être écoutée .

19/12/2011

.CARNAGE

Affiche-Carnage.jpg

(film sorti en salles le 07.12.11)


Penelope [Jodie Foster] | Nancy [Kate Winslet] | Michael [John C. Reilly] | Alan [Christoph Waltz]


NOTATION :jodie foster, kate winslet, carnage, carnage audio,


Alors que deux garçons de onze ans se sont fâchés pour un rien et que l'un a agressé violemment l'autre ; les parents de "l'offenseur" se rendent chez ceux de "l'offensé", à la demande de ces derniers afin de régler le problème rapidement et de façon civilisée.

Mais le vernis va vite craquer et, sous les bonnes manières, des comportements et des réflexions plus ou moins anodines vont faire réagir chacun des parents avec plus d'agressivité ; les reproches des uns et des autres devenant cinglants avec une force accrue tout en se déplaçant sur un terrain qui n'a plus grand chose à voir avec l'objet premier de la rencontre.

Entre déballages et règlements de comptes, où va s'arrêter le carnage ; alors que les deux enfants ont oublié le sujet de leur dispute et sont déjà redevenus copains ?

Roman Polanski transpose ici le sujet plutôt banal tiré d'une pièce de Yasmina Reza où tout se joue dans le salon d'un appartement new-yorkais, mais son choix des acteurs fait mouche : ils sont tout à fait à l'aise et convaincants, avec une mention particulière pour l'interprétation brillante tant de Jodie Foster que de Kate Winslet (raison du 3è clap...).

A voir sans crainte et sans ennui, malgré le huis clos...

01/11/2011

.LES 3 MOUSQUETAIRES (audio)

La critique audio peut être écoutée .

29/10/2011

.LES 3 MOUSQUETAIRES

les 3 mousquetaires,les 3 mousquetaires audio,

(film sorti en salles le 12.10.11)


Milady [Milla Jovovich] | Richelieu [Christoph Waltz] | Buckingham [Orlando Bloom]


NOTATION :milla jovovich,christoph waltz,orlando bloom,les 3 mousquetaires,les 3 mousquetaires audio


Vous aimiez lire l'histoire de d'Artagnan, Athos, Porthos et Aramis lancés sur la route de Londres afin de récupérer les ferrets de la reine et éviter à cette dernière l'accusation de coupables épanchements envers Buckingham grâce à une manigance du cardinal et de son âme damnée Milady ?
Aimerez-vous l'adaptation cinématographique 2011 qui en est faite ici ?
Œuvre de Dumas complètement dénaturée pour les uns, occasion de dépoussiérer le roman et de le mettre à la portée des nouvelles générations pour d'autres.

Autant dire que l'on est tout d'abord heureux de constater que certains détails sont assez fidèles au livre (l'existence de sentiments entre Athos et Milady, Aramis voulant redevenir prêtre, d'Artagnan à peine adulte lorsqu'il monte à Paris et se frotte à ceux qui deviendront ses compagnons d'arme...).

Il n'y a pas grand chose à dire non plus sur l'affaire des joyaux à ramener derechef à la Reine pour qu'elle puisse s'en parer au bal programmé pour la piéger.

Mais pour en arriver là, les scénaristes on dû forcer sur les produits illicites : rien de choquant -quoi que...- à ce que des nefs royales naviguent... dans les airs tels des dirigeables ; mais pourquoi truffer l'histoire de références à des films ou des jeux vidéos qui, tout en n'ayant pas réussi à gommer des anachronismes, démontrent un manque total d'originalité au côté moderne estampillé "deuxième millénaire" qu'ils semblaient vouloir lui donner.

Si vous avez envie de voir des mousquetaires ayant trouvé le code da Vinci (bin voyons...), un Aramis qui se la joue "Assassin's creed" et une Milady en modes "Matrix" puis "Mission impossible", sans oublier un combat façon "Pirate des Caraïbes" entre deux navires en carton pâte (ou modélisés ?) ; ce film est pour vous.

Si vous attendiez quelque chose de plus... conventionnel ; vous devrez vous contenter de quelques scènes "de cape et d'épée" et des somptueux costumes pseudo XVII° siècle, dont des robes qui n'ont pour but que de mettre en valeur la plastique de Milla Jovovich (merci au réalisateur et... époux...)

Pour le reste, la 3D n'apporte globalement aucun relief tant à l'action qu'au jeu des acteurs...

12/02/2011

.LE FRELON VERT / THE GREEN HORNET (audio)

La critique audio peut être écoutée .

09/02/2011

.LE FRELON VERT / THE GREEN HORNET

Affiche-LeFrelonVert.jpg

(film sorti en salles le 12.01.11)


Lenore [Cameron Diaz] | Britt Reid [Seth Rogen] | Kato [Jay Chou] | Chudnofsky [Christoph Waltz]


NOTATION :n2_final.jpg


Britt Reid est le fils d'un magnat de la presse qui ne pense qu'à faire la fête avec force musique, alcools et jolies filles peu farouches ; et il ne compte pas vraiment changer de vie lorsqu'il apprend le brutal décès de son géniteur et qu'il se retrouve à la tête du journal "Daily Sentinel".

Son rêve brisé par un père sans concession va peut-être pouvoir se concrétiser suite à sa rencontre avec Kato -qu'il a pourtant licencié peu de temps auparavant- secrétaire et majordome du paternel dont bon nombre de potentialités semblent avoir été brimées...

Nouvelle nuit de beuverie et voilà que notre "neu-neu" se décrète redresseur de torts sous le nom de "Frelon vert", avec l'aide opportune de Kato qui s'avère un maître en arts martiaux -et souvent le sauveur de son patron- pour faire la chasse aux malfaisants qui envahissent la ville.
Mais il va rapidement y avoir une croisade de trop lorsqu'une de leurs "bonnes actions" vient torpiller le business florissant de la drogue dirigé par Chudnofsky qui ne va plus avoir qu'un désir : les voir morts.

S'ils ne sont pas sûrs de pouvoir compter sur le procureur ; peut-être vont-ils être aidés par la belle Lenore, nouvelle assistante en chef que Britt a engagé au journal...

On reprend ici le schéma de Batman et Robin pour créer quasiment deux "anti-héros" dont les actions souvent confuses et peu réfléchies n'atteignent pas toujours le but recherché à l'origine.
Malgré un scénario assez léger ; Seth Rogen ne s'en sort pas trop mal car on a vraiment envie de donner des baffes à ce fils à papa gâté qui a gardé l'âge mental de ses douze ans, Jay Chou essaie de faire oublier son prestigieux prédécesseur qu'était Bruce Lee, Christoph Waltz (déjà vu dans Inglorious Bastards) n'est pas mal non plus en Chudnofsky qu'il faut craindre d'autant plus qu'il n'inspire aucune peur de prime abord, enfin Cameron Diaz ne fait que passer pour donner un peu de présence féminine et de lumière à tout cela...

Dommage que tous ces efforts soient partiellement gâchés par de nombreux moments où l'image se retrouve comme écrasée, modifiant les proportions d'objets ou bien de personnages lorsqu'ils effectuent certaines actions.
Est-ce dû à la 3D ? Bien possible puisque le souci était déjà identifié avec le dernier volet de Narnia...

09/09/2009

INGLOURIOUS BASTERDS

Affiche-InglouriousBasterds.jpg(sorti en salles le 19.08.09)

L'histoire d'un groupe de mercenaires juifs américains menés par le Lieutenant Aldo Raine [Brad Pitt], parachutés en France pour tuer autant de "chleus" que possible et dont la mission doit trouver son apothéose dans une magnifique explosion où périront de nombreuses personnalités du Reich venues tout spécialement à Paris pour assister au plus aboutis des films de propagande allemande (encore faut-il pour cela qu'ils arrivent à entrer en contact avec un agent double : l'actrice Bridget Von Hammersmark [Diane Kruger]).

Problème possible à l'exécution parfaite de ce projet : Shosanna [Mélanie Laurent], seule rescapée de la tuerie de sa famille et dont le cinéma qu'elle dirige a été choisi en dernière minute pour la soirée. Elle tient là sa "vengeance" et projette par conséquent une initiative ayant la même finalité que celle des Inglourious Basterds.
L'autre épine dans le pied pour les mercenaires et l'apprentie "terroriste" : le colonel allemand polyglotte Hans Landa [Christoph Waltz], responsable de la tuerie citée plus haut et qui "marque à la culotte" les Inglourious Basterds afin de les capturer morts ou vivants.

Partant de cette histoire, on a autant de traits de génie que de moments de "grand n'importe quoi" allongés d'humour pas toujours finaud dans ce film qui s'étire un peu trop en longueur.

Du Tarantino tout craché diront certains, mais ceux qui ne sont pas inconditionnels du style pourront regretter de nombreux excès (comme ces références indiennes où les soldats allemands se font littéralement scalpés, renforcées -surtout au début du film- par de la musique façon Ennio Morricone évoquant les westerns 70's...)

Une quelconque vérité historique étant bien entendu sans objet ici, on sortira de la projection avec un avis plutôt mitigé -dû également au traitement réservé à l'épilogue tout autant tiré par les cheveux que les scalps exhibés-

-----
NOTATION :

n2_final.jpg
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu