Avertir le modérateur

09/12/2010

.LA FAMILLE JONES (audio)

La critique audio peut être écoutée .

06/12/2010

.LA FAMILLE JONES

Affiche-LaFamilleJones.jpg

(film sorti en salles le 17.11.10)


Kate Jones [Demi Moore] | Steve Jones [David Duchovny]


NOTATION :n2_final.jpg


Kate, son mari Steve ainsi que leurs deux enfants Jenn et Mike emménagent dans une grande et splendide maison d'un quartier cossu.

Tous leurs voisins d'abord curieux devant de nouveaux arrivants, tombent sous le charme de cette famille et se mettent un peu rapidement et sans discernement au "top de la branchitude" : c'est au couple qui fera le plus de dépenses -des plus inutiles aux plus fastueuses- pour tout ce qui concerne la vie de tous les jours : nourriture, habillement, aménagement de la maison et au-delà avec voitures ou bijouterie de luxe...

Cela fait les affaires de la famille Jones qui en fait n'a aucun lien et n'est rien d'autre qu'une équipe de commerciaux d'autant mieux rémunérés au fur et à mesure qu'une vente s'est concrétisée grâce à leurs "placements de produits" évoqués dans une conversation ou exhibés aux yeux de l'entourage avec un naturel assez désarmant.

Mais voilà : la crise surgit qui va peut être changer la donne et par ailleurs l'obligation de jouer à la famille unie 24h/24 commencent à peser sur les quatre vendeurs chez qui des lézardes apparaissent ; l'un se voyant créer une vraie famille, l'autre supportant de plus en plus difficilement le fait de mentir à un entourage qui leur donne leur confiance... et pendant ce temps, ils ne voient pas le mal qu'ils ont fait entrer dans certains ménages et qui risque de se révéler catastrophique.

Il est dommage que les thèmes évoqués comme la création de besoins qui n'existent pas pour garder son "statut social" et "bling-blinguer" un brin, le surendettement américain, la crise, la famille soient mis dans un sac que l'on secoue pour donner un film sans vraie ligne directrice ; sans compter la fin des plus abruptes.

Il reste malgré tout une bonne critique du modèle économique et social (??) "made in US" qui vaut la peine d'être vu bien qu'une Demi Moore ou un David Duchovny sortis de la naphtaline ne forcent pas leur talent sur ce coup...

04/08/2008

.X-FILES 2 : REGENERATION

1689512938.jpg(sorti en salles le 30.07.08)

Un agent du FBI disparait et les recherches ne donnent rien malgré l'aide fournie par le "père Joe", un ancien prêtre qui aurait des visions permettant de leur distiller des indices menant à des membres sectionnés (bras, têtes...) difficilement extirpés d'épaisses couches de neige, voire baignant sous des plaques de glace.

La course contre la montre semble mal engagée.

Dana Scully retournée à son métier de médecin et Fox Mulder -hirsute et reclus chez lui- vont bientôt être rappelés en désespoir de cause par le FBI, même s'il en a beaucoup coûté au Bureau ; les agents en activité sur l'affaire ne leur accordant plus aucun crédit et se moquant ouvertement de leurs croyances d'une vérité qui serait... ailleurs.

Même Scully semble ne plus avoir "la foi" et ne veut surtout pas replonger dans ce qui a déjà détruit leur vie et leur relation... sentimentale ; mais sa propre lutte pour sauver un petit garçon que tout le monde dit condamné va faire qu'elle va involontairement aider Mulder.

C'est alors qu'une autre femme disparait après avoir été aperçue pour la dernière fois quittant une piscine municipale.

Le prêtre est-il complice ou bien n'a-t-il vraiment aucune idée des liens entre lui-même, les victimes et ces gens bizarres semblant parler le russe qui s'affairent sur des corps ?
Pourquoi les disparues sont-elles du groupe sanguin AB négatif ?
Pourquoi les tissus humains récupérés contiennent-ils des traces de sérum vétérinaire ?
Mulder et Scully vont-ils enfin se réconcilier avec les démons du passé et repartir du bon pied ?

A défaut du fin mot de l'histoire, ils la résoudront avec le renfort surprise de... Skinner.

On se laisse finalement emporter par l'intrigue -même si le scénario peut sembler tordu par moment- et que la sortie en salles ne se justifiait qu'à 50 %.

Pour le reste ; le côté glauque encore amplifié par des références très axées religion (un prêtre catholique pédophile [sic !], Scully dont l'employeur est un hôpital géré... par des prêtres, jusqu'au jeune patient qui s'appelle Christian [chrétien en anglais, merci ; ça ne peut pas ne pas avoir été fait exprès...]) donnent un résultat plutôt réussi que l'on appréciera... ou pas.... avec malgré tout une légère sensation de "mal vieilli" qui justifierait que Scully et Mulder prennent une retraite méritée.


-----
NOTATION :

1246537855.2.jpg
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu