Avertir le modérateur

03/03/2011

.LAST NIGHT (audio)

La critique audio peut être écoutée .

28/02/2011

.LAST NIGHT

Affiche-LastNight.jpg

(film sorti en salles le 16.02.11)


Joanna [Keira Knightley] | Laura [Eva Mendes] | Alex [Guillaume Canet] | Michael [Sam Worthington]


NOTATION :n2_final.jpg


Rentrés d'un pot d'entreprise où elle a vu une collègue de son mari lui virevolter un peu trop souvent autour ; voilà que Joanna décide de terminer la soirée en faisant une scène à Michael avant que ce dernier ne parte le lendemain chez un client avec la fameuse Laura, source de la "prise de bec".

Simple crainte sans motivation ou bien sixième sens féminin qui sent approcher un danger ? Toujours est-il que le lendemain, tandis que Michael est parti avec la troublante Laura ; Joanna tombe nez à nez avec Alex, écrivain français qui a été son autre amour et qui se verrait bien avoir une seconde chance en reprenant l'aventure avec Joanna.

Doit-on se reprocher de penser à un(e) autre plus ou moins fréquemment lorsque l'on est en couple, un "coup de canif dans le contrat" prêterait-il à conséquence si l'autre n'a pas de moyen de l'apprendre, la confiance absolue est-elle la règle ou est-il envisageable de douter de l'autre par moment, la tentation doit-elle être étouffée...
Joanna et Michael vont avoir 36 heures pour répondre à ces interrogations sur leurs sentiments, et devront faire des choix après avoir placé leurs réponses sur l'échelle de valeur et de morale que chacun se construit.

Dommage que le caractère des personnages de Joanna et Alex soient mieux dépeints -et donc mieux interprétés- que ceux de Laura et Michael, ce qui fait qu'on s'attache plus aux deux premiers amenés à se repencher sur leur courte mais intense histoire à Paris qu'aux deux collègues qui boivent moult "derniers verres" post-travail en s'interrogeant de façon plus qu'ambigüe à coups de "as-tu aimé ?", "l'aimes-tu toujours ?", "as-tu trahi ?", "as-tu été trahi ?"...

Regrettable également que ce film souffre d'une fin bâclée, même si sa conclusion reste plausible...

15/04/2010

.BAD LIEUTENANT : ESCALE À LA NOUVELLE-ORLÉANS (audio)

La critique audio peut être écoutée .

12/04/2010

.BAD LIEUTENANT : ESCALE À LA NOUVELLE-ORLÉANS

Affiche-BadLieutenantEscaleaLaNouvelleOrleans.jpg

(film sorti en salles le 17.03.10)


Frankie [Eva Mendes] | Lt Terence Mc Donagh [Nicolas Cage]


NOTATION :n2_final.jpg


Nouvelle-Orléans après le passage du cyclone Kathrina : trois jeunes noirs sont retrouvés assassinés dans leur maison et le chef de la police décide de confier l'enquête au lieutenant Terence Mc Donagh, plutôt bon flic de prime abord puisqu'il vient d'être promu.

Mais ce policier a une réputation sulfureuse : parieur toujours perdant et ne sachant pas s'arrêter, amoureux d'une prostituée et n'hésitant pas à racketter ses clients ou des possesseurs de drogue grâce à de l'intimidation, il est "accro" à l'héroïne ce qui le fait aller "très loin" pour avoir des indices et progresser dans ses enquêtes.

Est-ce à dire que sans ses doses, il ne serait qu'un officier minable tout comme son père -lui aussi accro mais qui heureusement n'exerce plus...- ou la copine de son père qui préfère vivre avec une canette de bière -jamais tout a fait vide- à portée de main ?

Sans que l'on sache si sa déchéance est réelle ou un leurre à l'attention d'une bande de truands, il se retrouve à travailler pour eux et de l'intérieur, pourra oeuvrer afin d'aider ses collègues à l'arrestation.

Film très glauque et un peu lent ; avec un flic dont on ne sait pas comment il devine soudain -et tardivement- qui est derrière l'exécution des trois pauvres gars du début, dont on ne sait jamais vraiment s'il s'est mis sciemment du côté du gang, si son côté joueur et souvent -planant- l'a aidé à "passer la barrière" ou bien s'il a tout le temps berné son monde.

Ajoutez à cela des iguanes et des poissons qui chantent -censés représenter l'effet des psychotropes-, le fait que Nicolas Cage en fasse un peu trop -même s'il nous habitue depuis un certain temps à un regard donnant l'impression d'une dépendance naturelle aux substances illicites (mais c'est peut être cela qui différencie un grand acteur des autres...), et qu'Eva Mendes est beaucoup trop habillée pour une péripatéticienne -même de luxe- ; vous obtenez alors un film qui se laisse regarder malgré des sauts "du coq à l'âne" et un rythme souvent poussif... rappelez-moi déjà : le Terence, pourquoi il se retrouve élevé au grade de Capitaine à la fin ?...

24/06/2009

.THE WOMEN

Affiche-TheWomen.jpg(sorti en salles le 03.06.09)

Mariée à Stephen Haines, vedette de la finance ; Mary [Meg Ryan] est une gentille femme au foyer qui n'a guère d'autres activités que de s'occuper de sa fille entre deux galas de charité.

Mary est aussi la dernière à apprendre -par un malheureux concours de circonstance- que son mari la trompe avec Crystal [Eva Mendes], une vendeuse "canon" du rayon parfumerie du grand magasin Saks.

Ajoutez-y deux très bonnes amies qui ont été mises au courant par LA meilleure amie, Sylvia ; rédactrice en chef d'un magazine... de mode (encore !!...) et qui vont -à des degrés divers- tenter de "conseiller" Mary... pour son bien naturellement.

Hormis une brève confrontation (simple rencontre en fait...) entre les "rivales" ; tout le reste du film va tourner autour de lamentations du style "que vais-je faire ?", "que vais-je devenir ?" et la question de savoir si Mary va donner une nouvelle chance à son époux ou rompre définitivement.

Ce n'est qu'après-coup, que Mary pensera à se remettre en question ; finira par prendre sa vie en main et arrivera peut-être à faire revenir au bercail celui dont elle s'est séparée.

Beaucoup de longueurs et de mièvrerie, avec un personnage principal complètement égaré mais qui, dieu merci, a une copine qui aime le luxe et en vit ; permettant de mettre en scène et placer à tort et à travers les mots "Gucci", "Prada", "Saks"... On ne sait si ces marques ont payé et combien : on suppose -ou espère- peu car la qualité du film est loin de valoir un de leurs produits...

-----
NOTATION :

n1_final.jpg

23/01/2009

.THE SPIRIT

Affiche-TheSpirit.jpg(sorti en salles le 31.12.08)

Denny Colt était flic avant qu'il ne soit abattu, enterré et surtout avant qu'il ne renaisse et aide la police -avec des moyens que cette dernière ne peut employer- et devienne ainsi un justicier du nom de Spirit ; l'esprit de Central City qu'il protège des truands...

Mais The Spirit [Gabriel Macht], qui sans être immortel encaisse plutôt bien les coups (balles de différents calibres, sabres et autres instruments mortels passent à travers lui en laissant des cicatrices qui se referment assez vite) s'interroge comme tout héros digne de ce nom : "Who am I ?" (puisque tous les super-héros sont généralement américains...).

La réponse viendra peut-être d'Octopus [Samuel L.Jackson] qu'il combat assez régulièrement à la tombée de la nuit et qu'il va bientôt devoir affronter de nouveau -accompagné de ses sbires ainsi que d'une froide et inquiétante blonde [Scarlett Johansson]- car il cherche désespérement à échanger un coffre assez mystérieux contre une amphore au breuvage divin dont s'est emparée Sand Seraf [Eva Mendes] par erreur, puisqu'elle voulait... le coffre.

Au milieu de tout ça, le meurtre d'un officier que les policiers commencent à attribuer à Sand Seraf, et The Spirit qui ne peut y croire -il a été son amoureux lorsqu'il était encore Denny Colt- et va mettre les pieds dans le plat tout en essayant de gérer son amour pour la fille de son ami policier et la jalousie maladive de toutes ces femmes en pamoison devant cet homme mystérieux (raison de son charme irrésistible ?...)

Les personnages, leurs instincts, la ville, les couleurs rendues à l'écran sont d'une noirceur invitant au plus grand sérieux et puis soudain ; les actions et leurs conséquences sont tellement inattendues ou loufoques que l'on rit grâce -à cause- de cet humour si spécifique -et bien rendu ici- que l'on trouvait dans les BD des années 50 (et également dans certains films qualifiés de série Z qui ne se prenaient pas vraiment au sérieux).

Même si l'on reprochera à Samuel Jackson de "forcer la dose" par instants, un film réussi se rapprochant de Sin City... en mieux.

-----
NOTATION :

N3_FINAL.jpg
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu