Avertir le modérateur

02/04/2010

.THE GHOST WRITER (audio)

La critique audio peut être écoutée .

31/03/2010

.LES CHÈVRES DU PENTAGONE (audio)

La critique audio peut être écoutée .

.THE GHOST WRITER

Affiche-TheGhostWriter.jpg

(film sorti en salles le 03.03.10)


le Nègre [Ewan McGregor] | Adam Lang [Pierce Brosnan]


NOTATION :N3_FINAL.jpg


Amarré, le ferry se vide jusqu'à son dernier occupant ; hormis une voiture qu'aucun propriétaire ne récupère.
Parallèlement un corps sans vie est bientôt retrouvé sur une plage de l'île ; il s'agit du conducteur de l'automobile oubliée, Michael McAra, qui se trouvait être le "nègre"/documentaliste/homme de confiance d'Adam Lang, sulfureux ex-premier ministre britannique ayant trouvé refuge aux Etats-Unis avec son épouse.

Un écrivain de seconde zone est rapidement mis en avant et présenté par un de ses bons amis à la maison d'édition londonienne afin de retravailler et mettre la touche finale au manuscrit pondu par le défunt et qu'il puisse enfin paraître et devenir LE best seller de l'année.

Une fois choisi et envoyé dans le premier avion ; le "nègre" se retrouve devant Lang, cette figure de la politique anglaise, retranchée -ou consignée ?- dans une villa bunker sur une île isolée, en compagnie de sa femme et de sa fidèle secrétaire.

Après une première prise de contact plutôt froide, le nègre va vivre en vase clos avec ces trois personnages plutôt étranges et au caractère bien trempé, entourés de domestiques et gardes du corps envahissants, sans compter l'ombre de son prédécesseur qui plane comme une alarme face à un danger auquel le remplaçant pourrait rapidement être amené à faire face ; d'autant qu'il va commencer à s'intéresser aux conditions de la disparition de McAra, grâce/à cause d'encouragements de madame Lang et alors que son mari devient subitement victime d'une cabale lancée depuis le Royaume-Uni : il se serait rendu coupable de haute trahison -rien que ça- en ayant en toute connaissance de cause accepté d'être la marionnette des états-unis et de lancer la Grande-Bretagne dans... la guerre au terrorisme et à l'envoi de militaires au moyen-orient aux côtés des cousins d'outre-atlantique.

Adam Lang a-t-il vraiment été tout ce temps -et même depuis son entrée en politique...- un agent caché de la CIA ou bien veut-on simplement le faire croire ; les taupes états-uniennes ne seraient-elles pas plutôt les accusateurs d'aujourd'hui ou d'autres personnes de l'entourage ?
Le nouveau "nègre" va bien avoir du mal à démêler le vrai du faux, et un pas de trop vers la vérité pourrait le mener à la mort tout comme son prédécesseur.

Les politiciens (quel joli panier de crabes...) et les intérêts parfois personnels qui font prendre des tournures étonnantes aux événements ; qui jouent avec d'autres personnes férues de politique ou pas, ces dernières pouvant être diablement plus fortes pour ce qui est d'enfumer une proie...

Là en l'occurrence, c'est de la belle ouvrage de la part de l'agent double car personne ne l'aura jamais suspecté... (même si le spectateur lui, se fera peut-être une idée plus ou moins rapidement...)

Film plutôt bien fait, on regrettera seulement qu'après avoir semblé patauger dans son enquête ; s'être fait lui aussi embobiné par des politiciens eux-mêmes manipulés, le Nègre ait un éclair de génie lorsque "son" livre est édité et va subitement -et contre toute attente- décrypter l'explication d'une phrase énigme que le mort avait glissée à un contact gouvernemental, lui donnant ainsi -pas pour longtemps- la clé complète du mystère et le nom du traître.

29/03/2010

.LES CHÈVRES DU PENTAGONE

Affiche-LesChevresDuPentagone.jpg

(film sorti en salles le 10.03.10)


Bob [Ewan McGregor] | Lyn [George Clooney] | Bill [Jeff Bridges] | Larry [Kevin Spacey]


NOTATION :n1_final.jpg


Bob Wilton, petit journaliste d'une gazette de l'Arkansas, pond un article après avoir interviewé un doux illuminé prétendant avoir fait partie d'une "nouvelle armée" mise sur pied par la CIA dans le but de faire la guerre par la paix, et d'avoir à cette fin été entraîné par un certain Bill Django en compagnie d'autres braves gars censés avoir des dons variés : traverser les murs, imposer sa volonté à une chèvre (ou un humain...), aiguiser ses sens médiumniques afin de retrouver des personnes kidnappées, on en passe et des meilleures...

Tout en serait resté là si la femme de Bob ne le faisait pas honteusement cocu avec son rédacteur en chef, d'où la décision de Bob -assez futile comme tout mâle se sentant pousser des cornes- de "partir en guerre".
Au sens figuré pour certains mais pour Bob, c'est au sens propre et comme nous sommes en pleine guerre du golfe (la deuxième) ; le voila qui se retrouve à Dubaï, en attente d'un visa pour entrer... en Irak.

Et il finit enfin par croiser le seul homme qui pourra l'y aider, d'autant qu'il apprend par hasard qu'il s'appelle Lyn Cassady et se trouve être de ceux qui ont été mentionnés par son "interviewé" du début. Il va donc s'accrocher à ses basques et vivre de folles aventures avec ce Cassady -dont la pensée est si forte qu'il tue des chèvres ou change la forme des nuages...- qui est au moyen-orient pour une mission secrète bien particulière : retrouver Django, le chef de leur bataillon méchamment écarté suite à des magouilles initiées par Larry Hooper.

Jusqu'à quel point Cassady croit-il ce qu'il raconte, et à quel point Bob "gobe" ce qu'on lui raconte alors qu'il est encore sous le coup de son infortune conjugale ?

Les navets poussent aussi à Hollywood, ce qui est plutôt affligeant lorsque l'on a quatre grosses pointures en tête d'affiche.
Ce film est une succession de pseudo sketches plus ou moins drôles qui auraient pu être sortis tout droit d'un Benny Hill, montés de bric et de broc pour mettre sur pied tant bien que mal une histoire qui pour autant tient aussi mal la route que Cassady roulant en plein désert irakien et au final, les chèvres... c'est nous.

08/03/2010

.I LOVE YOU PHILIP MORRIS (audio)

La critique audio peut être écoutée .

05/03/2010

.I LOVE YOU PHILIP MORRIS

Affiche-ILoveYouPhillipMorris.jpg

(film sorti en salles le 10.02.10)


Steven Russell [Jim Carrey] | Philip Morris [Ewan Mc Gregor]


NOTATION :N3_FINAL.jpg


Steven Russell est un homme ordinaire, partagé entre son boulot de policier, son épouse un peu dévote et leur fille.
Mais il y a une chose qu'il ne partage pas avec ses "femmes" à la maison et qui le rend un peu moins "ordinaire" : son goût pour les hommes qu'il "pratique" en soirée.

Survient un accident de la circulation où il se jure bien de vivre comme il l'entend au grand jour, et finit par exécuter un coming-out retentissant devant sa moitié qui lui rend visite à l'hôpital.

Remis sur pied et aidé par l'épouse compréhensive qui y voit là une sorte de "mission divine" quelconque dont son mari va devoir s'acquitter ; il va pouvoir prendre tout le bon temps nécessaire, d'autant qu'il s'est entiché d'un jeune homme à qui il fait des cadeaux somptueux.

Et lorsque l'on fait des présents qui coûtent plus chers que son salaire... et bien l'on s'essaie à l'arnaque avant d'en vivre... jusqu'à ce que ses anciens collègues ne finissent par l'arrêter et l'envoyer en prison où il va faire la rencontre de Philip Morris, blondinet aux airs doux et timide dont il va bien évidemment s'éprendre jusqu'à lui jurer amour et protection jusqu'à ce que la mort les sépare tout en lui "offrant" un adoucissement de ses conditions de détention par un confort relatif que permettent des passe-droits monnayés.

Raide amoureux, Steven va décider qu'ils doivent vivre heureux ensemble en toute liberté, et donc s'évader seul pour revenir sous les traits d'un avocat essayant de faire libérer Philip le plus légalement du monde.

Repris, rééchappé, muté dans une autre prison ; il parviendra à faire libérer Philip en embobinant joyeusement un juge avant de repartir dans le travers qui l'avait déjà fait plonger : vivre et faire vivre fastueusement Philip dans des maisons et avec des voitures de rêve, tout ceci payé bien évidemment par une nouvelle arnaque mise au point grâce à un job de directeur financier qu'il a décroché.

Arrive donc ce qui devait arriver : retour à la case prison, nouvelles évasions et l'arrestation de Philip désigné comme complice puisque Steven avait pour les besoins de sa magouille ouvert des comptes au nom de son "chéri".

Tout à son désir d'éblouir son employeur en lui consacrant du temps pour mieux le plumer et d'épater Philip pour mieux lui prouver son amour, Steven le brise peut-être irréversiblement ; Philip faisant désormais tout pour l'éviter dans l'univers carcéral qu'ils finissent par rejoindre tous les deux.

Etre mordu à ce point d'une femme, certains faits divers ont déjà démontré jusqu'où cela pouvait se traduire. Mais d'un homme ?!?
Et bien pour Steven, c'est une évidence qui ne souffre pas de contestation ; et l'on découvre un Jim Carrey -dont on a un premier temps toujours peur des mimiques trop accentuées- dont la folie douce du personnage atteint des sommets (mais paraît-il pas autant que l'original ayant servi au scénario).

C'est également une belle critique d'un système carcéral et judiciaire américain plus que défaillant dans ses rouages et dont Steve se joue de façon récurrente au nez et à la barbe du gouvernement du Texas en l'occurrence ici.

Film plutôt bien fait et relativement crédible réunissant deux bons acteurs, humour, un peu de mauvais goût et un soupçon de romantisme vers la fin ; suivi d'un rebondissement que peu de spectateurs auraient pu imaginer.

Comédie sympathique.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu