Avertir le modérateur

29/03/2010

.SANS LAISSER DE TRACES (audio)

La critique audio peut être écoutée .

 

26/03/2010

.SANS LAISSER DE TRACES

Affiche-SansLaisserDeTraces.jpg

(film sorti en salles le 10.03.10)


Etienne [Benoît Magimel] | Patrick [François Xavier Demaison]


NOTATION :n2_final.jpg


Etienne est plutôt chanceux : il est un ingénieur respecté de l'entreprise de produits nettoyants où il travaille, il a trouvé une formule chimique devenue une mine d'or pour la société ; ce qui l'a propulsé au conseil d'administration dont il deviendra très bientôt le président.

Qui plus est, il est marié et aime sincèrement son épouse qui se trouve accessoirement être la fille de celui dont il va prendre la place ; tout devrait donc se passer de façon très feutrée entre gens de bonne compagnie.

Mais voilà, le secret de sa réussite tient en un acte qu'il n'a jamais dévoilé à personne et qui lui pourrit un peu l'existence : la formule qui lui vaut la gloire a été "empruntée" à un chimiste qui la lui avait envoyée par courrier postal et auquel il a répondu en prétextant ne pas être intéressé, la recherche sur un produit équivalent au sein de la société étant censé en être au stade de l'élaboration finale.

Au cours d'un déplacement professionnel, il croise inopinément François, ancien camarade de classe vingt ans plus tôt et c'est à lui qu'il va trouver le moyen de se soulager en vidant son sac.

François voulant l'aider, ne trouve rien de mieux que lui proposer de rencontrer celui qu'il a spolié et Etienne d'opiner.

Mais l'entretien qu'il obtient en sortant le réel inventeur de son lit se termine mal, ce dernier étant tué accidentellement par François qui voulait protéger son "ami d'enfance" d'un brusque accès de colère du maître de maison.

L'enfer va pouvoir commencer pour Etienne car au remord d'avoir volé le travail d'un autre s'ajoute désormais la mort d'un homme ; le tout exacerbé par un stress permanent entre les vaines tentatives d'avoir un enfant avec sa femme, le jeune fils de la propriétaire américaine de l'entreprise qui débarque à Paris peut être pour prendre le poste qu'il convoite, la fille du défunt qui se met à l'appeler au téléphone, François -tout sauf désintéressé- qui commence à s'incruster dans sa petite vie tranquille, et bien évidemment un inspecteur de police qui s'intéresse à lui dans le cadre de l'enquête sur le "cadavre" qu'ils ont laissé lors de leur visite tardive.

Etienne va-t-il se débarrasser du gêneur et de son chantage psychologique ou bien va-t-il craquer avec toute cette pression et finir par cracher le morceau aux forces de l'ordre ?

C'est en grande partie ce que l'on suit dans ce film, où l'on ressent bien la haine et l'effroi que nous inspire François et où l'on deviendrait presque aussi paranoïaque qu'Etienne avec une méchante impression que tout le monde se ligue contre vous ; ainsi qu'une fin plutôt inattendue -pas forcément morale ni évidente toutefois...- qui font que le suspens "tient la route" (contrairement à ce que laissait craindre une bande annonce plutôt riche en détails...)

26/10/2009

.DIVORCES

Affiche-Divorces.jpg

(film sorti en salles le 14.09.09)


Valentine [Pascale Arbillot] | Alex [François-Xavier Demaison]


NOTATION :N3_FINAL.jpg


Valentine et Alex Dubois sont avocats et travaillent dans le même cabinet dont ils sont associés. Leur spécificité : le divorce.
Là où les confrères montent chacun des futurs ex l'un contre l'autre afin qu'ils tirent le maximum de bénéfices de l'opération, eux font comprendre qu'être raisonnable est bien plus profitable sur le long terme ; et ils ont apparemment raison puisque les ex dont ils se sont occupés semblent conserver par la suite des relations plutôt chaleureuses et apaisées.

Mais voila qu'un pli anonyme reçu par Valentine risque de tout faire basculer : des photos montrent sans équivoque Alex avec une femme qu'il emmène à l'hôtel.
S'ils veulent tout d'abord s'appliquer leurs méthodes de concertation, des tensions vont apparaître et tout va dégénérer en guerre de tranchée dont il ne doit rester qu'un vainqueur ; mettant leur amour, les relations d'amitié et le bien-être de leurs deux filles -entre autres- en grand péril.

On s'inquiète tout d'abord en craignant de voir un vulgaire téléfilm puis la chose commence à devenir intéressante, pas tant par le sujet que la justesse de l'interprétation. Il y a bien quelques exagérations, mais le seul vrai regret est la fin plus que traditionnelle et convenue.

12/11/2008

.COLUCHE : L'HISTOIRE D'UN MEC

Affiche-ColucheLhistoireDunMec.jpg(sorti en salles le 15.10.08)

Septembre 1980 : Coluche [François-Xavier Demaison], qui égratigne savamment les politiciens dans ses spectacles ; finit par lancer un jour -en guise de galéjade- qu'il se présentera aux élections présidentielles prévues l'année suivante.

Partant de là ; on nous montre comment Michel Colucci persiste -autant par provocation envers la classe politique que pour "se marrer"- à vouloir se présenter, comment il démarche  les élus pour obtenir les cinq cents signatures et comment il flatte l'électeur potentiel tandis qu'un certain Attali [Denis Podalydès] lui fait des "appels du pied" au nom d'un rassemblement de la gauche derrière François Mitterrand.

Tout ce "buzz" lui fait tourner la tête et il finit par penser réellement avoir une chance ; conforté en cela par avec tous les gens désespérés qui lui ont dit "compter sur lui" pour changer les choses, ainsi que par des sondages dithyrambiques quasi-quotidiens dans les journaux.

Même les menaces (voilées du pouvoir en place et des adversaires, ou de mort toujours courageusement anonymes) ne le font pas reculer et le moment venu du reniement n'en sera que plus difficile.

Courte période (de septembre 1980 à mars 1981) qui aurait pu valoir un titre beaucoup plus simple : "Coluche Président" qui montre un humoriste pris à son propre jeu (a-t-il vraiment crû en ses chances ou a-t-il berné les gens en vrai politicien ?).

S'il mettait une condition à son arrêt de la politique (que les politiciens arrêtent de faire les clowns), il aura été nettement préférable qu'il stoppe sans préalable ; tant il est évident qu'un politicien restera avant tout un comédien -pas toujours drôle- (ce qui est encore plus vrai aujourd'hui qu'à l'époque...).

Un politicien déçoit souvent, raison pour laquelle Coluche "rebondira" en créant quelques années plus tard ce que l'on ne pensait pas voir "naître et prospérer" : Les Restos du Coeur.

Pas de sketches à gros sabots ici, juste une tranche de vie avec le jeu assez étonnant de François-Xavier Demaison.

-----
NOTATION :

N2_FINAL.jpg
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu