Avertir le modérateur

01/12/2011

.LES MARCHES DU POUVOIR (audio)

La critique audio peut être écoutée .

28/11/2011

.LES MARCHES DU POUVOIR

george clooney,les marches du pouvoir,les marches du pouvoir audio,

(film sorti en salles le 26.10.11)


Gouverneur Morris [George Clooney] | Stephen [Ryan Gosling] | Paul [Philip Seymour Hoffman]


NOTATION :george clooney,les marches du pouvoir,les marches du pouvoir audio,


Embauché comme bras droit par Paul en tant que conseiller de campagne du Gouverneur Morris pour lui faire gagner les primaires démocrates, Stephen planifie le moindre détail lié à la communication avec le dynamisme et l'idéalisme de sa jeunesse.

Mais lorsqu'ils arrivent dans l'Ohio, l'état le plus important pour eux car traditionnellement celui qui "fait" le candidat à la présidentielle ; Stephen découvre que les limites aux arrangements que Morris s'est fixées deviennent mouvantes au gré des recommandations du vieux renard Paul qui n'est pas toujours très franc du collier.
Stephen lui-même devient le pion d'un jeu de poker menteur avec l'équipe de l'adversaire démocrate, et il va bien être à son tour obligé de faire bouger les critères de rigueur qu'il s'était imposé au service d'un homme dont il partage les opinions et qu'il voyait sans tâche...

Quel message souhaitait faire passer ici Clooney -sans trop se mouiller au demeurant- ? Que n'importe quel politicien semblant irréprochable peut avoir des "cadavres dans le placard" ? Que la politique est faite de coups tordus et qu'au moment critique elle peut volontiers accepter un soupçon de compromission ? Pas très original !
Doit-on alors comprendre qu'à défaut du candidat idéal, même celui qui vend un instant son âme peut véhiculer des idées louables et généreuses pour ses concitoyens ?

Si l'interprétation des acteurs n'est pas en cause, il est ennuyeux que ce film enfonce pas mal de portes ouvertes.
Reste alors l'histoire -plus intéressante même si elle est en partie prévisible- dans laquelle est embarqué Stephen et qui va transformer son idéalisme en pragmatisme.

A voir malgré tout, si vous n'êtes pas allergique à la tambouille politicienne naturellement...

11/11/2010

.THE AMERICAN (audio)

La critique audio peut être écoutée .

08/11/2010

.THE AMERICAN

Affiche-TheAmerican.jpg

(film sorti en salles le 27.10.10)


Clara [Violante Placido] | Jack/Edward [George Clooney]


NOTATION :n1_final.jpg


Jack se repose en bonne compagnie dans un chalet perdu en Suède lorsqu'on le tire comme un lapin.
Sorti de ce guêpier, le voilà débarquant à Rome pour rencontrer un certain Pavel qui doit lui fournir un véhicule et une planque le temps que ce dernier enquête sur ces mystérieux hommes qui souhaitent l'abattre à tout prix.

Perdu dans un bourg de l'Italie profonde et censé ne pas se faire remarquer ; l'arrivée d'un inconnu -qui plus est d'un américain- ne passe pas inaperçue, surtout pour le curé du village qui commence à le "cuisiner".
Cloîtré dans la maison où il fabrique une arme sur mesure à la demande d'une cliente que lui a envoyée Pavel, il s'octroie un peu de bon temps avec Clara dont il commence à s'éprendre.

Entre un curé qui souhaite le confesser pour sauver son âme, son attirance -réciproque- pour Clara et une ébauche de liaison, une certaine admiration pour sa commanditaire qui a des connaissances presque aussi pointues que lui sur le fonctionnement/maniement des armes à feu ; celui qui se fait désormais appeler Edward a peut-être déjà trop baissé la garde et le coup de grâce pourrait bien venir de n'importe où, y compris d'une de ces personnes avec qui il a des contacts de proximité plus ou moins fréquents.

Autant dire que ce scénario n'a rien d'haletant, donnant un film insipide : George Clooney vit en Italie et on lui a proposé un job là-bas, ce qu'il a accepté pour des raisons obscures qu'on ne saurait croire alimentaires.
Pour le reste le jeu est mou, pas très crédible et le pire : si l'on finit tout de même par savoir qui voulait sa peau, on en connait même pas la raison. Une mini-poursuite entre une vespa et une voiture (!!) (devinez quel moyen de locomotion rattrape l'autre...) ainsi que deux ou trois brèves fusillades nous sauvent tant bien que mal de l'endormissement complet.
Quant à l'image de fin sur le papillon qui s'envole (Jack/Edward étant appelé "Signore Farfalle" -Monsieur Papillons- par Clara...), ça pourrait être la seule chose visuelle un peu originale si le procédé n'était pas déjà usé jusqu'à la corde dans le final de tant d'autres productions...
Bref, déconseillé aux amateurs de sensations fortes... et aux autres aussi d'ailleurs.

31/03/2010

.LES CHÈVRES DU PENTAGONE (audio)

La critique audio peut être écoutée .

29/03/2010

.LES CHÈVRES DU PENTAGONE

Affiche-LesChevresDuPentagone.jpg

(film sorti en salles le 10.03.10)


Bob [Ewan McGregor] | Lyn [George Clooney] | Bill [Jeff Bridges] | Larry [Kevin Spacey]


NOTATION :n1_final.jpg


Bob Wilton, petit journaliste d'une gazette de l'Arkansas, pond un article après avoir interviewé un doux illuminé prétendant avoir fait partie d'une "nouvelle armée" mise sur pied par la CIA dans le but de faire la guerre par la paix, et d'avoir à cette fin été entraîné par un certain Bill Django en compagnie d'autres braves gars censés avoir des dons variés : traverser les murs, imposer sa volonté à une chèvre (ou un humain...), aiguiser ses sens médiumniques afin de retrouver des personnes kidnappées, on en passe et des meilleures...

Tout en serait resté là si la femme de Bob ne le faisait pas honteusement cocu avec son rédacteur en chef, d'où la décision de Bob -assez futile comme tout mâle se sentant pousser des cornes- de "partir en guerre".
Au sens figuré pour certains mais pour Bob, c'est au sens propre et comme nous sommes en pleine guerre du golfe (la deuxième) ; le voila qui se retrouve à Dubaï, en attente d'un visa pour entrer... en Irak.

Et il finit enfin par croiser le seul homme qui pourra l'y aider, d'autant qu'il apprend par hasard qu'il s'appelle Lyn Cassady et se trouve être de ceux qui ont été mentionnés par son "interviewé" du début. Il va donc s'accrocher à ses basques et vivre de folles aventures avec ce Cassady -dont la pensée est si forte qu'il tue des chèvres ou change la forme des nuages...- qui est au moyen-orient pour une mission secrète bien particulière : retrouver Django, le chef de leur bataillon méchamment écarté suite à des magouilles initiées par Larry Hooper.

Jusqu'à quel point Cassady croit-il ce qu'il raconte, et à quel point Bob "gobe" ce qu'on lui raconte alors qu'il est encore sous le coup de son infortune conjugale ?

Les navets poussent aussi à Hollywood, ce qui est plutôt affligeant lorsque l'on a quatre grosses pointures en tête d'affiche.
Ce film est une succession de pseudo sketches plus ou moins drôles qui auraient pu être sortis tout droit d'un Benny Hill, montés de bric et de broc pour mettre sur pied tant bien que mal une histoire qui pour autant tient aussi mal la route que Cassady roulant en plein désert irakien et au final, les chèvres... c'est nous.

26/12/2008

.BURN AFTER READING

Affiche-BurnAfterReading.jpg(sorti en salles le 10.12.08)

Un CD sur lequel se trouve une ébauche de mémoires écrites par Ozzie Cox [John Malkovich], statisticien travaillant à la CIA avant d'en être viré ; se retrouve entre les mains de deux ahuris salariés d'un club de sport : Chad [Brad Pitt] et Linda [Frances McDormand].

Ajoutez à cela le fait que la femme [Tilda Swinton] d'Ozzie veut divorcer et couche sans vergogne avec Harry [George Clooney], un agent fédéral qui lui-même découvre la volonté de son épouse de le quitter ; ce qui ne l'empêche pas de coucher avec... Linda qui revient vers lui lorsqu'elle s'inquiète de la disparition de Chad après avoir essayé de monnayer le contenu du CD tout d'abord auprès de son auteur, puis de l'ambassade... russe !

Tout cela est sans queue ni tête et ponctué d'un "fil rouge" constitué par les rapports que le chef d'Ozzie fait à son propre supérieur sur les rencontres des uns et des autres avec leur ancien employé.

On peut soit pleurer en voyant nos stars préférées faire les pitres ou bien considérer que cet humour iconoclaste est digne d'un Monty Python par son côté si profondément délirant ; mais on reste tout de même plus proche du "brûler après avoir lu/vu"...

-----
NOTATION :

n2_final.jpg

19/05/2008

.JEUX DE DUPES

636826510.jpg(sorti en salles le 23.04.08)

Dodge est un vieux joueur de football américain sur le retour dont l'équipe périclite et disparaît faute de sponsor.

Carter est un jeune homme ayant contribué à de nombreuses victoires de son équipe universitaire et rêvant de jouer en équipe pro après avoir servi dans l'armée durant la guerre.

Lexie est une journaliste qui, en échange d'une promesse du poste de rédactrice en chef adjointe dans son journal, doit marquer à la culotte Carter pour lui faire avouer qu'il a un peu trafiqué son passé de héros de guerre.

Le tout sur fond de fin de première guerre mondiale, de prohibition et accompagné de  musiques charleston et twist.

Ce film qui tourne autour des règles du football américain n'a pas grand intérêt pour nous autres européens.

Restent donc les prestations de Renée Zellweger et George Clooney qui valent ce qu'elles valent dans un tel contexte.


-----
NOTATION :

1434687663.jpg
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu