Avertir le modérateur

05/02/2011

.L'AVOCAT (audio)

La critique audio peut être écoutée .

02/02/2011

.L'AVOCAT

Affiche-Lavocat.jpg

(film sorti en salles le 26.01.11)


Eve [Aïssa Maïga] | Léo [Benoît Magimel] | Paul [Gilbert Melki] | le policier [Eric Caravaca]


NOTATION :n2_final.jpg


Léo Demarsan vient d'obtenir son diplôme d'avocat, mais encore faut-il désormais sortir du lot en ayant à traiter de belles affaires juteuses et s'il intègre rapidement l'un des plus prestigieux cabinets de la ville ; c'est pour plancher sur les dossiers "rebuts" dont ne veulent pas ses confrères.

Jusqu'au jour où un individu se présente pour lui confier une affaire un peu plus relevée : défendre un collègue accusé d'avoir attaqué un camion de la société qui l'emploie à l'aide d'une arme.

Procès gagné qui lui vaut de rencontrer le patron de son "client" acquitté : Paul Vanoni, homme d'affaires sulfureux à la tête d'une entreprise de récolte de déchets industriels à recycler (...) qui le veut afin de le défendre personnellement dans un proche jugement.

Entraîné par une nouvelle victoire autant que par les dizaines de milliers d'euros que Paul lâche en grosses coupures égales entre émoluements et avance sur frais, voilà que Léo accepte de s'occuper du juridique de la galaxie Vanoni bien que sachant désormais qu'il contribue à rendre des transactions louches encore plus opaques en contournant les lois.

Abandon de plus en plus fréquent d'Eve, sa femme enceinte qui l'attend dans une grande maison vide au profit du travail suivi de soirées érotico-alcolo-camesques ; volonté de ne pas voir les activités des sbires du "boss" qu'il finit par craindre : ses sentiments qu'il ne maîtrise plus très bien vont-ils l'inciter ou pas à donner des informations à un policier qui s'invite soudain pour gripper la mécanique bien rôdée, au risque de trahir le "secret professionnel" qui le lie à son client ?

L'histoire des coulisses pas très reluisantes dans le milieu du business plus que florissant des ordures et de leur retraitement -ainsi que de l'argent sale qui va avec- est d'une actualité brûlante, c'est bien d'en parler.
Dire que cela ne peut se faire sans la complicité d'hommes de loi pour couvrir des actes mafieux ; c'est tout aussi bien de l'énoncer clairement.

Pour la crédibilité de cette histoire ; il est néanmoins dommage qu'on n'ait pas l'impression de sentir une sonnette d'alarme chez Léo dès l'approche par le bras droit de Vanoni qui lui sort une histoire fumeuse au possible.
De même lorsque Vanoni lui laisse encore libre accès à son bureau et à ses comptabilités sans surveillance alors même qu'il dit à son bras droit qu'il faut se méfier de tous y compris Léo...

Sans ces détails ennuyeux, Benoît Magimel s'en sort plutôt bien avec ce personnage d'avocat parfois naïf qui franchit la ligne par ambition et Aïssa Maïga en femme compréhensive qui finit par en avoir marre tient enfin un rôle à parité avec Gilbert Melki en "parrain" du Languedoc (!!) qui sait la jouer modeste pour amadouer toutes ses victimes...

15/03/2010

.LE MAC (audio)

La critique audio peut être écoutée .

12/03/2010

.LE MAC

Affiche-LeMac.jpg

(film sorti en salles le 17.02.10)


Ace/Chapelle [José Garcia] | Gilbert Melki [Tiago Mendes]


NOTATION :n2_final.jpg


Ace est un mac vivant du commerce de ses filles et de sa boîte de nuit qui, pour arrondir ses fins de mois, assure quelques prestations musclées pour le parrain marseillais Tiago Mendes.

Mais voilà que Franckie, un des gardes du corps de Mendes, lui suggère que leur entourage comprendrait une ou plusieurs "balances" dont Ace pourrait bien faire partie.
Après un rendez-vous musclé, Ace disparait opportunément dans l'incendie de sa voiture.

Deux flics qui obtenaient des renseignements de Ace vont donc devoir utiliser un plan B : Ace avait un frère jumeau qui travaille dans une grande banque à La Défense.

Après l'avoir piégé -pourtant grossièrement- de façon à l'arrêter, ils lui mettent entre les mains un marché -pas vraiment négociable au demeurant- : prendre la place de son frère après l'avoir briefé une dizaine de jours sur les personnages peu recommandables avec qui il va avoir des contacts plus ou moins fréquents.
En jeu : connaître le jour, l'heure et le lieu où Mendes rencontrera le "Condor", gros trafiquant sud-américain en "déplacement européen" afin d'opérer un coup de filet magistral.

Lancé dans la "jungle" et devant s'habituer à un mode de vie qui lui est totalement inconnu, va-t-il éviter de faire trop de mauvais pas qui pourraient le conduire à une mort prématurée ?

Evidemment non sans quoi ce ne serait pas une comédie, l'équilibrisme auquel il doit se livrer pour rattraper une bévue pouvant actionner un signal d'alarme chez Mendes et ses sbires étant une nouvelle source de quiproquos plus ou moins réussis, pour des situations et des gags un peu trop prévisibles.

Heureusement que les dernières minutes recèlent quelques retournements de situations surprenants pour donner un peu de piquant à ce film et contrebalancer le numéro -parfois un peu cabotin- de José Garcia.

01/02/2010

.COMPLICES (audio)

La critique audio peut être écoutée .

29/01/2010

.COMPLICES

Affiche-Complices.jpg

(film sorti en salles le 20.01.10)


Rebecca [Nina Meurisse] | Karine [Emmanuelle Devos] | Vincent [Cyril Descours] | Hervé [Gilbert Melki]


NOTATION :


Vincent a rencontré Rebecca dans un cyber-café. Aujourd'hui, le corps de Vincent a été repêché dans le Rhône et Rebecca est introuvable.

Entrent alors en scène Karine et Hervé chargés de mener l'enquête au cours de laquelle on va découvrir que Vincent -à peine majeur- gagne sa vie en se prostituant avec des hommes mariés, ce qui ne l'empêche pas de tomber amoureux de Rebecca et de fil en aiguille, pour se faire encore plus d'argent, de proposer des parties à trois à sa fiancée qui finit par accepter "par amour" et ce malgré l'opposition vive de Thomas qui n'apprécie que modérément de voir une femme s'immiscer entre lui et Vincent.

Tous ces éléments découverts au fil des investigations met également les deux policiers devant leurs propres "ratages" : Karine qui cherche une relation sur un site de rencontres internet, medium également utilisé par Vincent pour trouver ses clients ; Hervé confronté à des regrets d'avoir quitté une collègue à qui il a fait un enfant, enfant qui pourrait aujourd'hui avoir l'âge de ces jeunes sur lesquels il découvre une histoire pas trop reluisante.

On ne sait trop si le film se veut critique ou "préventif" au sujet de cette prostitution adolescente -et masculine- pour de l'argent facile, mais il y a en effet de belles complicités à des degrés divers : entre les deux jeunes héros, entre les deux policiers, entre Vincent et Thomas notamment...
L'originalité est de faire se dérouler en parallèle le travail des deux flics et ce qu'on vécut Rebecca et Vincent (qui constitue en même temps les bribes d'informations récoltées par les inspecteurs au fur et à mesure de l'avancée du dossier).
Enfin, les deux jeunes interprètes de Rebecca et Vincent excellent plutôt dans des scènes pas des plus aisées face à une caméra ; ce qui compense le peu d'entrain qu'y mettent nos limiers (même si ce qu'ils mettent à jour ne justifie effectivement pas d'exulter).

14/07/2008

.MADE IN ITALY

17190932.jpg(sorti en salles le 02.07.08)

Luca, français d'origine italienne est un écrivain plutôt en panne d'inspiration qui se partage entre les visites à son père en Italie, son travail à Paris et les visites à Lyon chez sa soeur Isabella qui tient un restaurant... italien.

Survient le décès subit de leur père Antonio, plasticien de renom propriétaire d'une clinique (ce qui ne l'empêche pas de laisser des dettes à ses héritiers).
Is se rendent à Turin pour être confrontés tout à la fois à leur mère (premier amour du défunt), mais aussi aux épouses n° 2, 3 (Bijou) et 4 (Monica l'ultime, -présentement veuve-) sans en oublier une 5è qu'il a apparemment toujours aimée sans avoir réussi à lui "passer la bague au doigt".

S'y ajoutent la remontée à la surface de leurs souvenirs d'enfance avec le mode de vie de l'époque, les lieux qui y sont attachés, le foot, les voitures... tout ce qui fait l'Italie quoi...

Mais ils se sentent vite largués car tout a bien changé aujourd'hui et l'on nous sert alors un dosage étrange pour égratigner au passage l'Italie de Berlusconi, les italiens qui changeraient d'idée politique comme de chemise, les paparazzi, la télé paillettes... également de Berlusconi...

Comme le tout est narré sur un ton résolument humoristique, ça pourrait passer (on ne sait d'ailleurs pas au final si c'est une critique ou bien juste un constat doublé d'un gentil "et oui, ça va devenir comme ça chez vous aussi" lancé à l'adresse des français).

Mais le fait que le film oscille régulièrement entre satire politico-sociale, les prises de bec familiales hautes en couleur et le fil rouge du déchirement de se sentir à la fois tellement fils de France... et d'Italie donne l'impression d'un résultat inabouti par faute de ne savoir quel sujet privilégier.

C'est un peu dommage car avoir Françoise Fabian, Caterina Murino et Gilbert Melki sous la main aurait permis (justifié ?) un film mieux construit.

Fine della partita : Italia 0 - 0 Francia... e buona notte !


-----
NOTATION :

1246537855.jpg
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu