Avertir le modérateur

24/07/2009

.TRICHEUSE

Affiche-Tricheuse.jpg(sorti en salles le 15.07.09)

Clémence [Hélène de Fougerolles] est une avocate qui veut son indépendance. Elle décide de quitter le cabinet qu'elle avait intégré pour ouvrir sa propre affaire, son patron peu rancunier lui "offrant" une affaire que le cabinet ne veut pas traiter (en fait, ça leur évite d'avoir à la virer...)

Pour échapper à un amant un peu trop collant, elle s'invente mari et enfants ; ce qui va être d'autant plus de circonstance que le propriétaire [Michel Duchaussoy] où elle a emménagé ne tolère pas les locataires... célibataires ; et souhaite rapidement rencontrer la famille au grand complet.

Elle va donc inopinément jeter son dévolu sur un accordeur de piano, Farid [Zinedine Soualem] et ses deux filles (quelle "chance" qu'ils soient condamnés à une expulsion prochaine de leur pavillon qui doit être rasé...) pour les abriter chez elle.

Mensonges et triche sont donc au programme de Clémence envers son entourage et Farid -alors qu'il commence à éprouver des sentiments à son égard- mais ce dernier va peut-être s'avérer lui aussi un "tricheur"...

Ce fil rouge est paré d'histoires secondaires totalement iconoclastes ou d'intermèdes sans intérêt avec les voisins [Bernadette Lafont et Rufus], sa propre mère [Mylène Demongeot], un politicien corrompu [Patrick Bouchitey] qui a grandement besoin d'un avocat mais la met en concurrence avec son ancienne amie Marion [Valérie Kaprisky] qui travaille au cabinet de son ex-employeur...

Comédie souvent pataude, gnangnan et bourrée de clichés avec -parfois- de bonnes intentions mais ça en devient trop sirupeux ; Hélène de Fougerolles interprète son rôle avec la même conviction qu'une personne empruntant l'avion pour la toute première fois...

Le seul intérêt de ce film est que vous vous prenez une telle douche en allant le voir que vous êtes prêt à réaffronter les températures torrides de cet été... même si vous ne vous êtes pas forcément rafraichi(e).

-----
NOTATION :

n1_final.jpg

20/08/2008

.LES DENTS DE LA NUIT

707456808.jpg(sorti en salles le 06.08.08)

Sam est un joyeux fêtard, sa copine Prune n'est pas la dernière à approuver ce penchant ; quant à Alice, elle suit le mouvement : s'inscruster dans toutes les soirées -d'importance ou non- pourvu qu'ils puissent "s'éclater à donf'".

Et voilà qu'en soirée justement ; Alice, en train de se lamenter sur sa séparation d'avec son jules du moment tombe nez à nez avec un séduisant jeune homme en costume qui, au prétexte de détester voir une jolie fille pleurer, lui offre une invitation pour la Nuit Médicis.

Il n'en faut pas plus pour que Sam soit excité comme une puce à l'idée d'être à la soirée "dont tout le monde parle mais pour laquelle les invitations sont très peu nombreuses" et trouve le moyen d'en "emprunter deux autres" dans la poche du quidam qui a déjà gagné le coeur d'Alice (mais non ce n'est pas une fille facile !).

Arrive le jour J où nos trois amis se rendent au lieu de rendez-vous, déjà envahi de gens qui patientent pour embarquer dans un des hélicoptères qui va les emmener vers un magnifique château où chacun est trié selon son carton : invité ou VIP.

Mais ce genre de fête grandiose serait plutôt genre "bal des vampires" et ces derniers commencent à entrer dans la salle où dansent les invités qui n'ont pas encore compris qu'ils vont devenir de succulents mets à savourer lentement.

Et alors là, on se met à rire plus qu'à être effrayé : c'est le début d'un grand guignol avec cocktail de situations et d'humour assez "bas de plafond" et pas du tout éculé (!!) allant de la plaisanterie salace (Prune qui se réfugie aux toilettes et entend des gémissements de plaisir voit sortir ce qu'elle ne comprend pas encore être une vampire qui lui dit "j'en ai sucé cinq, j'en n'ai pas perdu une goutte...") à l'humour de blonde (quand Sam estourbit un vampire et dit "son compte bon", Jessica Conti rétorque "je ne sais pas, je ne connais pas son banquier") en passant par un peu plus relevé (un barman vampire tend un corps à un autre en s'excusant "je n'avais plus de bloody-mary, je vous ai mis un bloody-Chantal")...

Et alors, s'en sortiront-ils (tout du moins les trois fêtards du début) ?

Franchement... on aurait aimé que non !!

Bref, on s'est pris à rire aux grosses blagues de potaches -en ayant un peu honte ?- d'un scénario qui se veut (enfin, on espère que c'était le but des scénaristes !) au moins du dixième degré.

Mais surtout, si l'on comprend que l'on aie pu choisir Hélène de Fougerolles (Jessica Conti) ; que viennent faire là Tcheky Karyo, Stéphane Freiss ou Julien Boisselier ?

La seule chose qui sauve les meubles ? Les effets spéciaux très réussis lorsque les VIP se muent en vampires.

Allez, une bonne blague bien drôle pour vous donner définitivement envie d'aller le voir (ou vous abstenir) ?

Stéphane Freiss (un vampire) espère que Jessica Conti sera son dîner et lui lance "vous avez un beau cou", ce à quoi Jessica -une blonde je le rappelle- rétorque "vous êtes espagnol ? non ? Parce que vous avez un accent"....

Drôlatique, non ?

-----
NOTATION :

743518592.jpg
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu