Avertir le modérateur

10/06/2011

.LE GAMIN AU VÉLO (audio)

La critique audio peut être écoutée .

07/06/2011

.LE GAMIN AU VÉLO

Affiche-LeGaminAuVelo.jpg

(film sorti en salles le 18.05.11)


Samantha [Cécile de France] | Cyril [Thomas Doret] | le père [Jérémie Rénier]


NOTATION :n2_final.jpg


Cyril a 12 ans, il a été mis en institution par son père sans aucune explication de sa part. Autant dire que chaque instant est un motif de fugue pour aller en quête de ce père parti sans laisser d'adresse et qui ne prend jamais de ses nouvelles, fut-ce par téléphone.

C'est alors que Samantha, une coiffeuse qu'il a déjà croisée lors d'une escapade mouvementée dans son ancien immeuble vient le voir pour lui rendre le vélo que lui avait offert... son père.

Il va alors s'accrocher à elle comme à une bouée de sauvetage, espérant qu'elle va accepter de le prendre chez elle le week-end et pourquoi pas l'aider à retrouver la trace de son père.
Mais souvent en colère et cherchant de l'attention et de l'amour, Samantha saura-t-elle s'y prendre avec Cyril ; sans quoi celui-ci risque bien de s'attacher à un pseudo grand frère sorti de la même institution, qui vit dans le quartier et feint de lui montrer de l'intérêt pour le pousser vers des sentiers périlleux pour son jeune âge.

Jérémie Rénier en père complètement inapte à une quelconque charge parentale ne fait que passer, et c'est aussi bien puisqu'il est infichu de donner à Cyril -et à nous par la même occasion- une raison valable logique à ce désintérêt total pour son fils.
Thomas Doret en Cyril combatif et nerveux est crédible et touchant, tout comme une Cécile de France -sans fards- qui voudrait bien lui prodiguer de la tendresse mais ne sait pas trop par quel bout prendre ce gamin tombé chez elle pour parvenir au moins à un début de confiance.

Il n'en reste pas moins que ce film trouve le moyen d'avoir des longueurs, et l'on se demande s'il faut se féliciter ou regretter que les frères Dardenne arrivent à tenir la durée d'1h30 avec un scénario qui se résume à un confetti et une fin en eau de boudin...

30/11/2010

.POTICHE (audio)

La critique audio peut être écoutée .

26/11/2010

.POTICHE

Affiche-Potiche.jpg

(film sorti en salles le 10.11.10)


Suzanne [Catherine Deneuve] | Robert [Fabrice Luchini] | Babin [Gérard Depardieu]


NOTATION :N3_final.jpg


1977 : Robert Pujol règne en despote sur les ouvriers de l'usine reçue en dot de sa femme Suzanne qu'il confine au domicile pour jouer à l'épouse bourgeoise modèle, tandis qu'il repousse les demandes de sa fille Joëlle pour travailler avec lui car les femmes n'entendent rien à la gestion et l'économie, en même temps qu'il cherche à intéresser sans succès son fils Laurent à la marche de l'entreprise.

Tout va pour le mieux et si ce n'est pas le cas, une petite consolation auprès de sa fidèle secrétaire lui remet du baume au coeur. Pas suffisamment pourtant pour lui éviter une crise cardiaque lorsque Babin, ancien syndicaliste "rouge" devenu député-maire, resurgit dans sa vie pour lui faire entendre raison suite à une violente grève qui s'est déclenchée et risque bien d'être coûteuse.

Qui donc va bien pouvoir remplacer Robert lors de son hospitalisation et la convalescence qui suit ?

Tout le monde rigole doucement lorsque Babin propose Suzanne à ce poste, mais voila que cette dernière régle la crise sociale et développe les affaires qui stagnaient tout en convaincant Joëlle et Laurent de l'épauler pour le bien commun.
Mais le jour où Robert va revenir pour reprendre son poste, personne ne va en sortir intact ; Suzanne faisant un peu "les frais" d'une solidarité féminine qui est loin d'être à toute épreuve.

Prendre une pièce de boulevard à succès et une brochette d'acteurs à l'aise dans leur rôle aident beaucoup François Ozon à remonter la pente qu'il avait dévalée avec son incompréhensible film précédent (Ricky).
Des réparties qui font souvent mouche, une Catherine Deneuve peut-être un peu trop "théâtrale" (à dessein ?) dans son jeu, une Karine Viard épatante qui sait donner de l'épaisseur à son personnage, un Depardieu en CGTiste assagi par l'âge et la députation, un Luchini toujours aussi nerveux et cassant parfait pour interpréter Pujol et une ambiance générale -y compris musicale- très fin des 70's pour une satire plutôt sympathique de la femme qui voulait s'émanciper et n'était pas si "sage"...

A savourer sans modération... avant de faire un point sur les avancées réelles en trente ans ?

24/03/2010

.PIÈCE MONTÉE (audio)

La critique audio peut être écoutée .

19/03/2010

.PIÈCE MONTÉE

Affiche-PieceMontee.jpg

(film sorti en salles le 10.03.10)


Bérengère [Clémence Poesy] | Vincent [Jérémie Rénier] | Mady [Danielle Darrieux]


NOTATION :n1_final.jpg


Bérengère et Vincent ont déjà célébré leur mariage devant monsieur le Maire mais la "tradition" veut que, pour la famille, ils reformulent leurs voeux devant Dieu dans une petite église de province avant une "pompeuse" fête familiale dans un magnifique château.
Le choix de l'endroit semble avoir été dicté -pour une raison bien étrange- par Mady, la grand-mère de Bérengère.

Cousins, frères et soeurs en quête d'âme soeur ou accompagnés de leur moitié respective avec ou sans enfants, les parents des deux tourtereaux... tout le monde converge vers ce lieu perdu qui, bien qu'idyllique, va voir couples et liens familiaux se déchirer et voir "déballées" quelques vérités et rancoeurs enfouies après une cérémonie catastrophique à l'église ; Victor le prêtre ayant été assez troublé au moment de passer les anneaux.

Ajoutez à cela que le soir venu, Bérengère aperçoit son mari discutant avec son ex comme s'ils s'aimaient encore ; Vincent ayant reçu de son côté un charmant billet anonyme suggérant que sa bien-aimée pourrait s'adonner à des pratiques inavouables dans les vestiaires d'un club de sport...

Comment, mais comment peut-on rassembler autant de vedettes excellentes en temps normal pour une histoire aussi banale et sans intérêt, sauf peut-être pour un gentil téléfilm puisque France Télévisions s'est commis dans cette farce ?

La seule chose un peu intéressante, bien que cousue de fil blanc et donc rapidement devinable, est le pourquoi du comment la grand-mère Madeleine a souhaité si ardemment que toutes les festivités se passent dans cette petite commune et nulle part ailleurs.
On est aussi heureux de voir les visages d'acteurs pas toujours tête d'affiche ou un peu oubliés, mais leur nombre au mètre carré fait qu'il y a trop de personnages dont certains n'ont que peu de caractère, et donc peu d'intérêt.

Patientez plutôt tranquillement que cela passe sur une chaîne publique, la redevance ramenée à son coût quotidien (0,33 €/jour) étant nettement moins élevé qu'une place de cinéma.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu