Avertir le modérateur

09/09/2011

.COMMENT TUER SON BOSS ? (audio)

La critique audio peut être écoutée .

06/09/2011

.COMMENT TUER SON BOSS ?

comment tuer son boss,comment tuer son boss audio

(film sorti en salles le 17.08.11)


Dr Harris [Jennifer Aniston] | Dave Harken [Kevin Spacey] | Nick [Jason Bateman]


NOTATION :jennifer aniston,kevin spacey,colin farrell,jason bateman,comment tuer son boss,comment tuer son boss audio


Ils sont trois copains d'enfance à avoir un job intéressant, mais une chose les empêche de s'épanouir : les vexations que leurs infligent leurs boss respectifs.
Vengeance du patron de Kurt pour le punir des liens "paternels" noués avec le père du premier récemment décédé ; alternance de menaces et de suggestions voilées à Nick pour finalement le priver de la promotion espérée ; chantage au coup de fil à la fiancée de Dale pour en faire son jouet sexuel...

Ce considérant comme victimes d'injustices, ne voulant pas donner à leurs supérieurs la satisfaction d'une démission et à force de ressasser leurs déconvenues au cours d'une soirée un peu trop arrosée ; la phrase finit par être lancée : "et si l'on tuait nos chefs ?".
La proposition aurait pu rester... lettre morte après avoir désaoûlé, mais Dale ne supporte plus le harcèlement toujours plus pressant qu'il subit dès le lendemain.
L'idée remise au goût du jour, il va donc falloir s'organiser et répondre à la première question vitale...  qui effectuerait la basse besogne : eux-mêmes ou bien un tueur à gages -mais alors comment procéder à son.. recrutement ?-

A des motivations pas toujours justifiées ; on suit alors les pérégrinations assez rocambolesques et pas toujours crédibles des trois larrons pour mettre au point leur plan où la garantie que tout se passe comme prévu est tout sauf évidente.

Autant le dire de suite, les vrais héros de ce film sont une Prius et un téléphone portable.
Pour le reste ; si l'on se demande ce que Jamie Foxx vient faire là, on se console avec Kevin Spacey en ordure cynique et surtout avec Jennifer Aniston en surprenante nymphomane dont toute phrase comporte une allusion sexuelle ou une verdeur de langage qui font tant rougir son employé Dale ; permettant ainsi d'oublier un humour de qualité inégale et quelques problèmes de logique dans le scénario qui occultent une timide tentative de critique du système américain -donc mondial- et des délocalisations.

25/07/2008

.HANCOCK

1670854253.jpg(sorti en salles le 09.07.08)

Hancock devrait être un super-héros car il se sert de ses supers-pouvoirs pour défendre la ville contre les méchants.

Mais voila : "shooté" au whisky ; ses manières "brutes de décoffrage" pour arrêter (et faire... coffrer) les vilains font qu'il est l'objet de critiques permanentes de la part des médias et l'opinion publique finit par ne plus le voir en peinture ; ses interventions finissant toujours par avoir un coût mirobolant pour le contribuable (réparation de routes, d'immeubles, récupération de truands... dans une voiture empalée sur un mat en béton par exemple...)

Ses méthodes lui valent de nombreuses convocations devant les tribunaux mais il ne s'y rend pas.

Et voila qu'il croise la route de Ray à qui il sauve la vie alors que ce dernier, coincé dans sa voiture sur un passage à niveau, manque de se faire happer par un convoi de marchandises.

Ray travaille dans la comm' et les relations publiques.
Pour remercier Hancock ; il ne lui propose rien de moins que de l'aider à redorer une aura bien ternie afin de retrouver une cote d'amour auprès de citoyens lassés.

Comment arriver à ce miracle ?
1° - en lui apprenant quelques bonnes manières pour ne pas considérer les gens comme des moins que rien,
2° - en le convaincant de se présenter devant un tribunal et d'accepter son incarcération, en tablant sur le fait que le taux de criminalité remontera tellement en son absence que tout le monde -y compris la police- souhaitera rapidement son retour.

Mission acccomplie !

Autant dire que ça n'aurait pas justifié d'en faire un long-métrage si l'on ne nous mettait pas autre chose sous la dent : après avoir réussi son "come-back médiatique", avoir fêté ça avec Ray (accompagné de femme et enfant) ; un événement fait que Hancock n'est plus aussi "indestructible" et là où les balles ricochaient sur lui, elles le transpercent et le blessent mortellement.

Là, on se met à douter que le scénario soit maîtrisé (ou bien tout bêtement à sec d'idée ?).

A moins d'être face à une copie de Ma sorcière bien-aimée : alors oui, notre Ray -si naÏf- ne pouvait se douter qu'il était marié avec une femme aux pouvoirs identiques à Hancock.

Mieux encore ; Hancock et elle étaient déjà mariés en -4 avant J.C. et bien évidemment, lorsque 2 immortels -en couple- se retrouvent trop proches, ils perdent l'un et l'autre ce pouvoir.

Après Je suis une légende (et avant la version US de Bienvenue chez les ch'tis ?), qu'est-ce que Will Smith est venu faire dans cette galère (accompagné de Charlize Theron...) ?

Une histoire qui mélange immortels et super-héros volant (mais pas comme les "super-héros homos en collant", Hancock dixit -approximativement-) en se voulant peut-être une parodie...

Tout cela laisse perplexe et l'on se dit que si le mois de juillet nous offre d'aussi bons films, mieux vaut vraiment partir en août en espérant retrouver de la qualité en septembre...


-----
NOTATION :

1246537855.jpg
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu