Avertir le modérateur

13/04/2010

.L'IMMORTEL (audio)

La critique audio peut être écoutée .

09/04/2010

.L'IMMORTEL

Affiche-Limmortel.jpg

(film sorti en salles le 24.03.10)


Cdt Goldman [Marina Foïs] | Mattei [Jean Reno] | Zacchia [Kad Merad]


NOTATION :n2_final.jpg


Charly Mattei, ancien parrain marseillais, goûte une paisible retraite avec sa jeune femme et leur fils.

Il a confié chacune des branches de son "business" à ses deux meilleurs amis depuis l'enfance, ceux avec qui il a "repris" les affaires de son mentor et scellé un pacte : "tous ensemble jusqu'à la mort".

Mais aujourd'hui, alors qu'il gare sa voiture au parking, il est accueilli par un commando de huit hommes qui le truffent de plomb et le laissent pour mort. Malheureusement, il finit par sortir du coma et n'a plus qu'une idée : savoir qui a voulu sa peau ; l'obligeant ainsi à revenir prendre du service avant que ses ennemis ne s'en prennent aux prochaines cibles que forment sa femme et ses enfants.

Parallèlement le Commandant de police Goldman est chargée de l'enquête et va essayer de s'approcher au plus près des protagonistes afin de découvrir les coupables et faire tomber tous ces gangs, la chute de l'un devant normalement produire un "effet domino".

Mais c'est plutôt la loi du silence et d'ailleurs ; pour avoir eu Mattei aussi facilement, il fallait être bien renseigné et le responsable est peut-être à trouver tout bonnement dans... le premier cercle, celui des "frères de sang" ?

Malgré la barrière censée exister entre forces de l'ordre et truands, les intérêts vont peut être converger durant une courte période ; Goldman s'accrochant à l'enquête car l'un des suspects l'était déjà lors de la mort... de son mari officier de police et Mattei pouvant passer un marché qui lui permette de mettre le point final à sa vengeance.

Hormis le fait que l'histoire soit un peu plus "bétonnée" que pour... "Le premier cercle" avec le même Jean Reno, et que le personnage principal de Mattei soit basé sur un homme ayant réellement eu cette vie et vécu cette histoire ; on devine assez vite qui veut la peau du big boss -qui plus est pour un motif ridicule digne du gamin ayant peur d'être pris le doigt dans le pot de confiture-, ce qui ôte un peu d'intérêt à un ensemble par ailleurs plutôt bien construit autour du passage de témoin entre générations de truands qui n'ont plus les mêmes valeurs pour faire du business et régler les problèmes qui y sont inhérents...

06/04/2010

.LA RAFLE (audio)

La critique audio peut être écoutée .

02/04/2010

.LA RAFLE

(film sorti en salles le 10.03.10)


Annette Monod [Mélanie Laurent] | Dr Sheinbaum [Jean Reno]


NOTATION :n2_final.jpg


Paris - l'occupation : français d'origine juive ou bien "juifs" vivant en France portent plus ou moins légèrement l'étoile jaune, pensant pour beaucoup que c'est un pis aller et que la France qu'ils aiment les protégera de coups du sort plus graves que ceux qu'ils vivent alors.

Mais vient rapidement l'interdiction qui leur est faite de fréquenter la plupart des commerces ou lieux publics.

Puis Laval et Pétain s'affairent activement en coulisse pour aller au devant des désirs des allemands occupants ; un jeune homme ayant pour nom Bousquet étant chargé d'affiner avec les autorités allemandes les derniers "réglages" concernant le quota à atteindre ainsi que le mode opératoire du plan programmé par le gouvernement à la solde de l'occupant : l'arrestation du plus grand nombre de juifs possible.

Tout est donc en place pour la rafle qui verra s'entasser nombre de femmes, hommes et enfant dans le stade du Vélodrome d'hiver.
C'est là qu'une jeune infirmière, Annette Monod, arrive en mission et va faire face à l'indicible et aider courageusement le Dr Sheinbaum pour soigner des familles entassées et prises dans un piège dont toutes ne comprennent pas encore qu'il vient de se refermer sur elles.
C'est aussi là qu'elle va croiser le destin du petit Simon Weismann et de quelques uns de ses copains de classe et de jeu.

Si l'on ne le savait encore ; on nous montre ici comment les forces de l'ordre françaises de l'époque ce sont sordidement et sans vergogne rendues coupables de tels actes ; épluchant sans relâche toutes les fiches à la recherche de noms à consonnance "étrangère" pour préparer leurs descentes, puis menant fièrement leur prise au Veld'hiv.

Bien, mais après ? Justement, la rafle du Veld'hiv n'étant que le commencement d'une horreur qui va grandissant ; la réalisatrice s'attaque au transfert de Paris vers un camp dans le centre de la France avant une séparation brutale des familles ; pères, mères et enfants finissant déportés en Allemagne avec peu de chance de retour...

Le tout raconté à travers l'histoire vécue par deux personnages centraux : Annette et Simon.

Porter à l'écran un événement qui fait encore débat aujourd'hui dès que l'on parle de cette période troublée qui implique de "si bons français" n'était pas évident ; de surcroît en essayant d'éviter un certain pathos, ce qui est une mission quasi-accomplie sauf en certaines situations où l'on peut ressentir un jeu un peu trop appuyé appelant un "relâchement lacrymal".

Les acteurs sont bons (dommage que Sylvie Testud, Catherine Allegret ou Gad Elmaleh ne fassent que de courtes apparitions), Mélanie Laurent est un cran au dessus de ce à quoi elle nous habitue et on en est ravi ; quant aux trois jeunes acteurs qui jouent les deux frères camarades de Simon, ainsi que ce dernier : de futures "stars montantes" ?
Le montage s'avère parfois un peu chaotique et c'est dommage.

Malgré tout reste la question : ce film apporte-t-il réellement un éclairage nouveau sur cet épisode lâche de notre histoire... il faut y répondre par la négative.

13/03/2009

.LE PREMIER CERCLE

Affiche-LePremierCercle.jpg(sorti en salles le 04.03.09)

Le clan Malakian prospère dans le sud de la France avec des activités toutes aussi illicites les unes que les autres, certaines nécessitant parfois d'aller jusqu'à tuer des gens.

Son chef, Milo [Jean Reno] s'appuie sur le "premier cercle" composé de membres de sa famille, dont son second fils Anton [Gaspard Ulliel].

Anton n'aime pas trop les "mauvais coups" qu'il est amené à faire et voudrait bien finir par se ranger des voitures, d'autant qu'il semble épris d'Elodie [Vahina Giocante], jeune infirmière qui vient soigner la grand-mère du clan.

Le problème est que le premier cercle, s'il est censé être une excellente protection contre les agressions des adversaires ou de la police, peut aussi finir par s'avérer un talon d'Achille.

Un policier qui a déjà affronté Milo lorsque le clan était en région parisienne -et au cours duquel est survenue la mort du fils ainé Malakian- va essayer de créer une fissure dans le "premier cercle" en approchant Elodie.

Un cambriolage dans une splendide villa pendant lequel Milo est amené à tuer une personne sous les yeux d'Anton et un gros coup visant à s'emparer de l'argent des casinos tout de suite après son embarquement dans un avion de ligne vont peut-être tout faire basculer et donner leur chance aux forces de l'ordre.

Jean Reno en patriarche arménien du crime, ça passe à peu près.
Gaspard Ulliel en fils qui ne veut pas trahir son père mais n'ose pas non plus lui dire qu'il aspire à autre chose qu'être criminel professionnel, est un peu moins crédible.
Quant à Vahina Giocante qui est décrétée maillon faible sans le savoir, son rôle de femme vivant "d'amour et d'eau fraîche" sans se poser de question -et sans se savoir condamnée- est de fait très restreint, ce qui est dommage.

Au final, un film qui a du mal à trouver un rythme de croisière ; sauf dans la dernière partie qui contient un peu plus d'action.

-----
NOTATION :

n2_final.jpg

23/02/2009

.LA PANTHÈRE ROSE 2

Affiche-LaPanthereRose2.jpg(sorti en salles le 18.02.09)

Un joyau inestimable et parmi les plus "symboliques" (?!) d'Italie, Angleterre et Japon sont volés.

Ces pays décident de créer une "dream team" dont ils souhaitent que le "chef" soit... l'inspecteur Clouseau [Steve Martin] ; et quand vient le tour de la fameuse pierre "panthère rose" d'être dérobée pour la seconde fois au Grand Palais alors qu'il est sous la responsabilité de Dreyfus [John Cleese], ce dernier se voit un peu pressé de donner la main à ce cher inspecteur qui rempile donc assisté de Ponton [Jean Reno] pour prendre la tête de trois inspecteurs + une invitée surprise ayant enquêté et écrit un livre sur "Tornado" dont la carte de visite se trouve en lieu et place de chacun des trésors envolés.

Toute sa fine équipe fait un putsch lorsqu'ils découvrent le cadavre d'un certain Lawrence [Johnny Halliday] avec les trésors entreposés dans une pièce cachée : ils décrètent que le mort est Tornado.

Le seul éclair de génie de Clouseau est de s'opposer aux assertions des autres au prétexte -bien mince- que si les objets ont été retrouvés, la "panthère rose" devrait s'y trouver également ; ce qui n'est pas le cas : il va donc poursuivre l'enquête, épaulé par le fidèle Ponton...

1h30 de délires verbaux et de situation pour le policier le plus stupide de la planète, avec un léger agacement lorsque certains acteurs se plaisent à "marquer" un accent franchouillard quand ils parlent anglais (même s'il est vrai que l'on est pas particulièrement doués pour les langues, ça devient aussi collant que le béret et la baguette...)

C'est drôle par moment, mais l'histoire ne brille pas autant que la célèbre pierre...

-----
NOTATION :

n1_final.jpg

14/05/2008

.CA$H

1473777673.jpg(sorti en salles le 23.04.08)

Ca$h (Jean Dujardin) est un arnaqueur professionnel qui vit de coups dont la sophistication est d'autant plus importante que le pigeon visé sera dur à plumer.

Il en envisage donc un nouveau en cherchant à séduire une ravissante fille (Alice Taglioni), tout en suivant un but ultime : faire payer celui qui est l'instigateur de la mort de son frère Solal (Clovis Cornillac).

Le sait-il ou pas ? Il est -durant tout ce temp- sous surveillance continue de la police et plus particulièrement d'une inspectrice qui prend cette enquête tellement à coeur que ça en devient suspect.

S'entremêlent alors cette femme flic qui court perpétuellement après Ca$h, ses collègues policiers qui cherchent à mettre la main sur Maxime (Jean Reno) -escroc de génie- et tout un tas de petits truands sensés formés des bandes mais dont on se demande durant tout le film qui retournera sa veste... et combien de fois (y compris dans les rangs de la police).

Ce que l'on voit très bien à l'écran, c'est la sensation d'un scénario brouillon dont chaque séquence aurait été écrite au fur et à mesure pour retomber sur ses pieds et rendre plausible tous les revirements qui se sont déroulés précédemment sous nos yeux... et ce jusqu'à la dernière séquence  qui, pour être pour le moins inattendue, ne met pas ce film au niveau d'une production américaine.

En voulant trop tailler un petit diamant de scénario, les facettes sont tellement nombreuses -sans forcément briller de mille feux- qu'on perd un peu le fil d'une histoire alambiquée.

Dommage car le film réunit un peu le gratin français des acteurs les plus en vue du moment, qui se retrouvent par la même occasion sous-employés en gravitant autour de Dujardin...


-----
AVIS : 1 (cf. échelle de notation)

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu