Avertir le modérateur

27/01/2011

.POUPOUPIDOU (audio)

La critique audio peut être écoutée .

24/01/2011

.POUPOUPIDOU

Affiche-Poupoupidou.jpg

(film sorti en salles le 12.01.11)


Candice Lecœur [Sophie Quinton] | David Rousseau [Jean-Paul Rouve] | Brigadier Leloup [Guillaume Gouix]


NOTATION :N3_final.jpg


David Rousseau est un écrivain parisien confronté au syndrôme de la page blanche qui revient à Mouthe pour l'ouverture du testament de son oncle. C'est sur le chemin du retour qu'il va croiser le cadavre de Candice Lecœur que l'on emmène à la morgue.

Lorsqu'il va entendre à la télévision que cette jeune femme qui était une petite "gloire locale" s'est suicidée fort opportunément dans une zone non définie, ni suisse ni française, ne permettant pas qu'une enquête soit ouverte (...) ; son imagination va être de nouveau stimulée.
Il va vouloir aller à la rencontre de ses connaissances et glaner suffisamment d'éléments afin de brosser un portrait et inventer une histoire à son roman mais sans le vouloir, intrigué et peut-être amoureux de cette inconnue, sa recherche d'informations se transforme en véritable enquête de police pour savoir si elle a vraiment mis fin à ses jours ou bien si on l'y a aidé un peu... Et il n'est pas au bout de ses surprises car non seulement la morte se croyait être Marilyn réincarnée, mais sa vie prenait des chemins très similaires à ceux empruntés par Norma Jean Baker.

Un film léger et frais avec un brin d'humour qui donne un film français très original par le sujet et le ton adoptés, bien servi par Sophie Quinton et Jean-Paul Rouve (sans oublier Guillaume Gouix en brigadier de gendarmerie qui semble bien avoir un faible pour le romancier...), le tout dans un bel écrin de neige jurassienne.

A voir !

25/05/2010

.LES AVENTURES EXTRAORDINAIRES D'ADÈLE BLANC-SEC (audio)

La critique audio peut être écoutée .

21/05/2010

.LES AVENTURES EXTRAORDINAIRES D'ADÈLE BLANC-SEC

Affiche-LesAventuresExtraordinairesDAdeleBlancSec.jpg

(film sorti en salles le 14.04.10)


Adèle Blanc-Sec [Louise Bourgoin] | Caponi [Gilles Lellouche] | Dieuleveult [Mathieu Amalric]


NOTATION :N3_final.jpg


Tandis qu'Adèle Blanc-Sec parcourt l'Egypte afin de trouver et ramener en France la momie d'un médecin royal qui pourra guérir sa soeur réduite à l'état de légume après être tombée tête la première sur une magnifique épingle à cheveux (!?) ; Paris est victime de survols par un ptérodactyle peu de temps après que des restes d'un oeuf préhistorique aient été retrouvés au milieu d'un champ de bataille laissé au Museum d'histoire naturelle, et sans qu'aucun politicien ou policiers ne semblent assez malins pour faire le rapprochement.

Lorsque des membres des forces de l'ordre menés par l'inspecteur Caponi suivent l'animal qui effectue un nouveau vol "Paris by night" quelques jours plus tard, la piste finit par mener chez le professeur Espérandieu qui va se retrouver en bien mauvaise posture judiciaire si son amie Adèle Blanc-sec ne revient pas rapidement, car ce dernier a le malheur d'avouer être celui grâce à qui le "volatile" ancestral est revenu à la vie.

Mais Adèle a fort à faire avec un autre professeur, Dieuleveult, qui lui veut tout le mal du monde et elle n'est pas certaine de pouvoir rentrer à Paris avec sa fameuse momie, mais plutôt de partager son sommeil éternel en étant ensevelie dans une pyramide.

Basé sur les tomes 1 et 4 (Adèle et la bête et Momies en folie), voila un scénario plutôt bien ficelé avec comme lien ce brave Choupard enivré qui du coup voit dans ses déambulades nocturnes le ptérodactyle en plus des momies ; et des acteurs grimés à la perfection pour ressembler au plus près aux espèces de "gueules cassées" improbables qui peuplent les bandes dessinées de Tardi.
Aussi certains diront que Louise Bourgoin et sa beauté naturelle n'ont pas forcément été le bon choix -physiquement parlant- car l'on ne remarque pas au premier coup d'oeil un charme particulier à l'Adèle de la BD... même si son graphisme à évolué entre les épisodes.

On ne s'attardera pas sur des détails modifiés, comme notamment le fait que le professeur qui fait éclore l'oeuf à distance n'est pas Espérandieu mais Boutardieu dans la BD (Espérandieu étant un ami) et qu'il ne réalise pas ce "miracle" depuis Paris mais de Lyon.

Pour le reste l'humour, l'ironie et l'atmosphère particuliers de la BD sont bien restitués ; tout comme le côté garçon manqué et anticonformiste pour l'époque de l'héroïne et l'on n'en viendrait presque à espérer un deuxième film (Dieuleveult rôdant toujours autour d'Adèle...)

On pensait que Luc Besson tiendrait parole en promettant de ne plus réaliser pour se consacrer à la seule production : il y a de temps à autre des promesses que l'on fait bien de ne pas tenir !

25/09/2009

.LE COACH

Affiche-LeCoach.jpg(sorti en salles le 09.09.09)

Maxime Chêne [Richard Berry] est un coach réputé très demandé, de Laure Manaudou à M6 en passant par le P.S., tout le monde le veut comme coach car il obtient toujours des résultats au-delà des espérances (sauf peut-être pour le PSG...).

Et voila qu'un jour la société de BTP ILB le contacte afin qu'il coache Patrick Marmignon [Jean-Paul Rouve] pour  que ce dernier mène à bien un contrat gigantesque prévu avec des chinois, mais il ne doit pas savoir qu'il est coaché et Max doit donc accepter d'être plus ou moins présenté -et d'agir- comme "stagiaire", ce qui ne va pas faciliter sa tâche ; d'autant qu'il doit plus que jamais réussir cette mission afin de se renflouer financièrement, Max ayant une "légère" addiction aux jeux d'argent.

Apprendre à gérer une équipe, à vaincre sa timidité pour aller vers la DRH [Anne Marivin] qui semble lui montrer de l'intérêt ; éviter les chausse-trappes d'un directeur sorti de l'ENA furieux -car également sur "les rangs" de la conquête de la DRH- avec tout un tas de recommandations que Max a bien du mal à appliquer à sa propre situation alors que son couple bat méchamment de l'aile.

Les blagues ne sont pas de niveau égal et certaines tombent même à plat, mais Richard Berry démontre qu'il est à l'aise dans la comédie au côté de Jean-Paul Rouve, qui joue bien l'homme peu sûr de lui et de ses décisions en ponctuant l'assimilation de conseils de "ah d'accord !!" qui trahissent l'incertitude et l'incompréhension qui persistent !!...

-----
NOTATION :

n2_final.jpg

19/11/2008

.LA TRÈS TRÈS GRANDE ENTREPRISE

Affiche-LaTresTresGrandeEntreprise.jpg(sorti en salles le 05.11.08)

Dans le sud de la France, une usine de la multinationale Naterris pollue tellement l'environnement que toute l'économie locale finit par disparaître.

L'affaire éclate plus au moins dans la presse mais comme d'habitude en pareil cas, la justice caresse plus l'accusée qu'elle ne l'assomme en validant la proposition de remboursement de 12.000 euros faite par la compagnie... en échange de la garantie que chacun des plaignants en restera là.

Zaccharias [Roschdy Zem] l'ostréiculteur, Mélanie [Marie Gillain] la femme du fleuriste, Denis [Jean-Paul Rouve] le restaurateur ne veulent pas lâcher l'affaire ; mais afin que le pourvoi soit accepté, il faut le déposer sous trente jours en apportant des éléments qui dévoilent un fait nouveau non connu du tribunal au moment du jugement.

Aidés de Kevin, un petit jeune plutôt fûté qui travaillait auparavant chez Naterris et que Mélanie connaissait pour avoir elle-même bosser pour un de leurs sous-traitants ; les voila donc décidés à aller jusqu'au siège de La Défense pour s'y introduire et y trouver des preuves en contournant toutes les sécurités existantes dans le bâtiment.

Ce film décrit bien le désarroi des gens qui ont tout perdu dont certains sont prêts à accepter des sommes dérisoires de peur d'avoir moins la fois suivante, le courage de certains (peu nombreux) qui veulent faire plier les pollueurs, la fanfaronnade d'un avocat devant les caméras pour lâcher les "récalcitrants" -pourtant si proches du but- lorsque cela se "corse", la PDG qui ne croit pas que l'intrusion puisse être autre chose que de l'espionnage industriel ; tout cela est malheureusement un triste reflet de la réalité vue dans un miroir à peine déformant.

Bonnes alliées : les petites touches d'humour qui ponctuent l'histoire font passer une pillule qui pourrait sembler bien amère à avaler.

-----
NOTATION :

N3_FINAL.jpg

09/05/2008

.SANS ARME, NI HAINE, NI VIOLENCE

ec17d6d5a36c9f31affd3ecb1808c94a.jpg(sorti en salles le 16.04.08)

Vincent est journaliste à Paris-Match et chasse le scoop.

Vincent finit par avoir un rendez-vous avec Albert Spaggiari (le célèbre casse de la Société Générale dans les années 70, sans effusion de sang, de nuit par les égouts), lequel lui fait glisser en dernière minute à l'aéroport -par complice interposé- le billet pour la destination mystère (en Amérique du Sud) où il s'est réfugié après s'être échappé du bureau du juge d'instruction.

S'ensuit un Spaggiari s'auto-glorifiant durant tout le film au côté d'une épouse assez effacée et devant un journaliste au comportement un peu étrange.
Un Spaggiari qui supporte mal l'anonymat alors qu'il se prend pour un génie, éclipsé par un Mesrine dont la gloire est toujours chantée alors qu'il est mort.

Un film intéressant même s'il doit prendre quelques libertés avec la réalité ; mais on s'en accomodera d'autant plus facilement qu'Alice Taglioni, Gilles Lellouche et Jean-Paul Rouve (enfin un rôle qui lui va...) sont à l'affiche.

-----
AVIS : 2 (cf. échelle de notation)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu