Avertir le modérateur

13/03/2011

.TRUE GRIT (audio)

La critique audio peut être écoutée .

 

09/03/2011

.TRUE GRIT

Affiche-TrueGrit.jpg

(film sorti en salles le 23.02.11)


Mattie Ross [Hailee Steinfeld] | Rooster [Jeff Bridges] | Chaney [Josh Brolin] | le Ranger [Matt Damon]


NOTATION :N3_final.jpg


Mattie Ross, quatorze ans à peine, enterre son père lâchement abattu par un certain Chaney qui travaillait chez eux comme saisonnier.

La vengeance chevillée au corps, l'adolescente va se mettre en quête d'un homme courageux capable de traquer sans relâche un assassin afin de le ramener pour être jugé... ou pas...
Ses maigres économies âprement gagnées en "dealant" avec un marchand de chevaux ne lui permettant pas d'engager un vrai chasseur de primes ; elle va se retourner vers ce qui y ressemble le plus tout en ayant l'alibi de la loi en la personne de Reuben Cogburn alias Rooster, vieux marshall qui ne semble pas trop rouillé malgré un œil en moins, une jambe qui traîne et un amour inconsidéré pour le whiskey à descendre sans modération.

Elle va immédiatement décider de se joindre au périple, autant pour surveiller son "investissement" que pour éviter que le ranger qui s'est joint à eux ne soit le premier à capturer Chaney pour l'emmener au Texas où il doit répondre d'un autre meurtre.

Autant dire que cela va être une sacrée initiation pour la jeune Mattie déjà bien mûre pour son âge ; traversant des territoires hostiles où passent des cavaliers pour le moins bizarres et des truands qui ont peut être partie liée avec Chaney,sans compter l'instauration d'une certaine dose de diplomatie pour rabibocher les deux "mâles" de l'équipée qui se lancent des défis physiques aussi pathétiques que leurs énumérations sans fin d'autres exploits dont l'existence reste à prouver...

Un certain cabotinage de Jeff Bridges dans son personnage (un peu comme John Wayne à l'époque ?), une gamine que le décès de son père projette brutalement dans l'âge adulte, trois hommes qui semblent un peu fatigués d'être pris dans le tourbillon de gens et d'un pays en constante évolution -tout comme aujourd'hui encore-...
On se laisse emporter par cette histoire -dont le dernier quart d'heure est plutôt sombre...- sans forcément chercher à trouver des similitudes avec l'original d'Henri Hataway et c'est tout aussi bien : bravo aux frères Coen.

22/02/2011

.TRON L'HÉRITAGE (audio)

La critique audio peut être écoutée .

16/02/2011

.TRON L'HÉRITAGE

Affiche-TronLheritage.jpg

(film sorti en salles le 09.02.11)


Qorra [Olivia Wilde] | Kevin Flynn/Clu [Jeff Bridges] | Sam [Garrett Hedlund]


NOTATION :n2_final.jpg


Après un bref retour vingt ans en arrière, à la veille de la disparition de Kevin Flynn alors que ce dernier expliquait à son jeune fils qu'il mettait la dernière main à un jeu d'arcade révolutionnaire et qu'ils seraient les deux premiers à s'y affronter ; nous revenons vers un Sam Flynn bientôt trentenaire qui s'amuse à sa facétie annuelle lors de la présentation des comptes au conseil d'administration de la société Encom créée par son père disparu.

Après une visite de celui qui a été le meilleur ami de son père ainsi que son tuteur lui disant avoir été appelé sur le bipper dont seul Kevin avait un autre exemplaire et surtout dont la ligne a été coupée voilà bien longtemps, Sam décide d'utiliser la clé ouvrant la salle de jeux de son père et d'essayer d'y trouver un début de solution au mystère de sa disparition.

Il ne va être ni déçu, ni au bout de ses surprises puisqu'il va rapidement se retrouver dans la "grille" et va devoir combattre des personnages "programmes" avant de croiser Qorra, bel ange gardien qui va le mener à son père qui ne peut plus sortir du jeu depuis tout ce temps ; car le clone qu'il a conçu à l'époque à son image pour "bâtir" le monde parfait y a tellement bien travaillé que la grille est devenu une dictature et Tron -enfin, quand on le voit...-, auparavant chargé de protéger de sa vie le "concepteur" est désormais du côté de Clu pour empêcher les créateurs de regagner leur monde réel.

Que dire de ce film fait trente ans après le premier ? Qu'il peut être vu sans problème même en ayant raté l'épisode précédent, que l'on aime la beauté des images épurées formées de ces décors noirs où néons blancs, bleutés et orangés constituent la grille dans laquelle se meuvent des "programmes féminins" très sexy dans leur combinaison ; que l'on apprécie le travail des truquistes qui ont rajeuni Jeff Bridges afin qu'il interprète aussi bien Clu au visage de Kevin vingt ans auparavant que le même Kevin fatigué et résigné à mourir dans son jeu vidéo.

Scénario minimaliste mis à part ; il est plus que dommage que le tout soit mis à bas en nous annonçant dès le début que certaines scènes sont tournées volontairement en 2D et pire, lorsque la partie la plus importante se déroulant dans la grille est en 3D, l'intérêt de l'avoir utilisée ne se voit que la moitié du temps !!

Sans jouer au nostalgique ou au blasé, il est clair que le film de 1982 devait être bien plus révolutionnaire tant par le sujet que les effets spéciaux au moment où balbutiaient les jeux vidéos alors que celui-ci a un peu malmené "l'héritage" en question, même s'il ne démérite pas en restant dans la norme d'une production Disney...

31/03/2010

.LES CHÈVRES DU PENTAGONE (audio)

La critique audio peut être écoutée .

29/03/2010

.LES CHÈVRES DU PENTAGONE

Affiche-LesChevresDuPentagone.jpg

(film sorti en salles le 10.03.10)


Bob [Ewan McGregor] | Lyn [George Clooney] | Bill [Jeff Bridges] | Larry [Kevin Spacey]


NOTATION :n1_final.jpg


Bob Wilton, petit journaliste d'une gazette de l'Arkansas, pond un article après avoir interviewé un doux illuminé prétendant avoir fait partie d'une "nouvelle armée" mise sur pied par la CIA dans le but de faire la guerre par la paix, et d'avoir à cette fin été entraîné par un certain Bill Django en compagnie d'autres braves gars censés avoir des dons variés : traverser les murs, imposer sa volonté à une chèvre (ou un humain...), aiguiser ses sens médiumniques afin de retrouver des personnes kidnappées, on en passe et des meilleures...

Tout en serait resté là si la femme de Bob ne le faisait pas honteusement cocu avec son rédacteur en chef, d'où la décision de Bob -assez futile comme tout mâle se sentant pousser des cornes- de "partir en guerre".
Au sens figuré pour certains mais pour Bob, c'est au sens propre et comme nous sommes en pleine guerre du golfe (la deuxième) ; le voila qui se retrouve à Dubaï, en attente d'un visa pour entrer... en Irak.

Et il finit enfin par croiser le seul homme qui pourra l'y aider, d'autant qu'il apprend par hasard qu'il s'appelle Lyn Cassady et se trouve être de ceux qui ont été mentionnés par son "interviewé" du début. Il va donc s'accrocher à ses basques et vivre de folles aventures avec ce Cassady -dont la pensée est si forte qu'il tue des chèvres ou change la forme des nuages...- qui est au moyen-orient pour une mission secrète bien particulière : retrouver Django, le chef de leur bataillon méchamment écarté suite à des magouilles initiées par Larry Hooper.

Jusqu'à quel point Cassady croit-il ce qu'il raconte, et à quel point Bob "gobe" ce qu'on lui raconte alors qu'il est encore sous le coup de son infortune conjugale ?

Les navets poussent aussi à Hollywood, ce qui est plutôt affligeant lorsque l'on a quatre grosses pointures en tête d'affiche.
Ce film est une succession de pseudo sketches plus ou moins drôles qui auraient pu être sortis tout droit d'un Benny Hill, montés de bric et de broc pour mettre sur pied tant bien que mal une histoire qui pour autant tient aussi mal la route que Cassady roulant en plein désert irakien et au final, les chèvres... c'est nous.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu