Avertir le modérateur

20/08/2012

.JANE EYRE (audio)

La critique audio peut être écoutée  (durée : 1'39).

12/08/2012

.JANE EYRE

judie dench,mia wasikowska,michael fassbender,jamie bell,charlotte brontë,charlotte bronte,jane eyre,jane eyre audio

(film sorti en salles le 25.07.12)


Mrs Fairfax [Judie Dench] | Jane Eyre [Mia Wasikowska] |
Rochester [Michael Fassbender] | St-John Rivers [Jamie Bell]


NOTATION :judie dench,mia wasikowska,michael fassbender,jamie bell,charlotte brontë,charlotte bronte,jane eyre,jane eyre audio


Jane Eyre court comme une éperdue durant plusieurs jours avant d'être recueillie inconsciente dans la maison du pasteur St John Rivers.

Elle se reprend peu à peu mais son esprit continue de se tourner vers son passé récent à Thornfield et le plus ancien qu'elle a vécu dans un orphelinat où l'y a placée sa tante, ravie de s'en débarrasser malgré une promesse faite au mari défunt de s'en occuper aussi bien que leurs propres enfants.

L'on découvre alors, comment à sa sortie de l'institution ; elle se rend à Thornfield pour se présenter à Mrs Fairfax, intendante chargée de trouver une gouvernante pour la toute jeune Adèle dont le tuteur est aussi le maître des lieux : Edward Rochester.

A force de cotoyer ce dernier dans le domaine et bien qu'il ait un caractère ombrageux, Jane va finir par l'aimer ; sentiment qu'elle pense à sens unique car il n'est pas de même rang social et semble promis à Miss Ingram. Mais le comportement de Rochester sert peut-être à masquer un amour brûlant pour Jane ou à cacher un douloureux secret...

Que dire de ce film sinon qu'il suit plutôt scrupuleusement le roman de Charlotte Brontë en le synthétisant en deux heures (dont trente minutes de trop, mais une histoire "romantique" entraîne souvent ce genre de "débordements")...
Quant au casting ; il est en phase avec Mia Wasikowska interprétant une Jane Eyre dont la jeunesse, la franchise et l'âme pure la rendent fragile et Michael Fassbender campant parfaitement un Rochester fort et magnétique, devenu fragile par l'arrivée de Jane et le poids de son secret qui le rendent ténébreux...

Pas de surprise à attendre ici donc (si ce n'est le parti pris d'un début qui est presque la fin et justifie les flash-backs avant de rentrer dans le vif du sujet...)

podcast

20/02/2012

.J. EDGAR (audio)

La critique audio peut être écoutée .

17/02/2012

.J. EDGAR

Affiche-JEdgar.jpg

(film sorti en salles le 11.01.12)


Mme Hoover Mère [Judi Dench] | Helen Gandy [Naomi Watts] | J. Edgar [Leonardo di Caprio] | Clyde Tolson [Armie Hammer]


NOTATION :n2_final.jpg


Par la bonne fortune de la politique qui amène une "chasse aux sorcières" limogeant son supérieur du département de la justice ; voilà qu'en cette année 1924, c'est à l'insignifiant J. Edgar Hoover lui-même que l'on demande de reformer un service fiable qui ne soit pas gangrené par la corruption.

Epaulés par les deux seules personnes en qui il ait une totale confiance et qui lui sont dévouées corps et âmes (sa secrétaire et son bras droit), nous suivons donc la naissance et la croissance du bébé de Hoover et qui lui a survécu : le FBI.
Mégalomanie, paranoïa, ambition, manipulation, mensonges ; tout est bon pour asseoir son pouvoir sur l'institution -et les Présidents qui se succèdent- au nom de l'image spécieuse qu'il se fait de la justice et de la sécurité de son pays... jusqu'à la chute provoquée par Nixon.

Survoler quasi cinquante ans de "règne" sur le FBI en deux heures : un pari que Clint Eastwood ne réussit pas complètement.
Tout d'abord avec un perturbant (car incessant) va-et-vient entre les époques à cause de deux fils rouges : l'affaire Lindbergh de son début à sa résolution permettant à Hoover et à son cher FBI d'acquérir la prédominance en matière d'investigations ; et un Hoover vieillissant qui dicte ses mémoires en se donnant le beau jeu dans bien des dossiers, même ceux où il n'en a eu aucun.
Ensuite la prestation de di Caprio est crédible et à la hauteur lorsqu'il n'interpréte pas Hoover âgé, prothèses et maquillages donnant souvent l'impression de voir Philip Seymour Hoffman : un comble !
Enfin on a connu Eastwood plus engagé que dans ce film étrangement neutre où l'on sort de projection en n'arrivant ni à aimer ni détester complètement ce personnage un rien despote qui préférera étouffer un amour équivoque pour son bras droit afin de ne pas se retrouver dans ses propres dossiers, au profit de celui de sa mère et de la reconnaissance de l'Etat pour son travail.

Le film reste néanmoins intéressant pour les très bons seconds rôles et un certain côté "historique", même si de nombreux points qui auraient éclairé sur l'homme et la situation de l'époque en sont absents.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu