Avertir le modérateur

10/02/2012

.A DANGEROUS METHOD (audio)

La critique audio peut être écoutée .

07/02/2012

.A DANGEROUS METHOD

Affiche-ADangerousMethod.jpg

(film sorti en salles le 21.12.11)


Sabina [Keira Knightley] | Dr Jung [Michael Fassbender] | Freud [Viggo Mortensen] | Dr Gross [Vincent Cassel]


NOTATION :keira knightley,michael fassbender,viggo mortensen,vincent cassel,a dangerous method,a dangerous method audio,


Tout en se basant sur les travaux de son aîné et contemporain Freud ; le jeune -mais pas tout à fait inconnu- Dr Jung cherche d'autres explications possibles aux dérèglements psychiques dont sont atteints les patients qu'on lui amène à Zürich.

Alors qu'il veut faire preuve de modernité et avance des propositions hardies qui pourraient faire évoluer ce que l'on n'appelle pas encore la psychanalyse, le mettant en opposition frontale avec son maître qui voyait en lui un héritier ; le Dr Jung va avoir bien du mal à réfuter la thèse du même Freud  lorsqu'il va avoir des élans difficiles à contenir envers une jeune et jolie patiente russe qui lui a été confiée : Sabina Spielrein...

En partie victimes de leurs préjugés et contradictions, l'ombre de Sabina planant sur leurs échanges professionnels de plus en plus vifs et amenant au désir de "tuer le père spirituel" ; le moins que l'on puisse dire en ce début de XX° siècle est que l'accouchement de ce qui sera la psychanalyse est loin de s'être fait sans douleur.

L'histoire peut rebuter, mais il serait dommage de se priver de trois acteurs campant avec une telle force leur personnage. Ajoutez-y une très belle image volontairement aussi froide qu'un parquet ciré viennois ou qu'un mur de clinique zurichoise pour compléter un tableau presque parfait.

03/03/2011

.LAST NIGHT (audio)

La critique audio peut être écoutée .

28/02/2011

.LAST NIGHT

Affiche-LastNight.jpg

(film sorti en salles le 16.02.11)


Joanna [Keira Knightley] | Laura [Eva Mendes] | Alex [Guillaume Canet] | Michael [Sam Worthington]


NOTATION :n2_final.jpg


Rentrés d'un pot d'entreprise où elle a vu une collègue de son mari lui virevolter un peu trop souvent autour ; voilà que Joanna décide de terminer la soirée en faisant une scène à Michael avant que ce dernier ne parte le lendemain chez un client avec la fameuse Laura, source de la "prise de bec".

Simple crainte sans motivation ou bien sixième sens féminin qui sent approcher un danger ? Toujours est-il que le lendemain, tandis que Michael est parti avec la troublante Laura ; Joanna tombe nez à nez avec Alex, écrivain français qui a été son autre amour et qui se verrait bien avoir une seconde chance en reprenant l'aventure avec Joanna.

Doit-on se reprocher de penser à un(e) autre plus ou moins fréquemment lorsque l'on est en couple, un "coup de canif dans le contrat" prêterait-il à conséquence si l'autre n'a pas de moyen de l'apprendre, la confiance absolue est-elle la règle ou est-il envisageable de douter de l'autre par moment, la tentation doit-elle être étouffée...
Joanna et Michael vont avoir 36 heures pour répondre à ces interrogations sur leurs sentiments, et devront faire des choix après avoir placé leurs réponses sur l'échelle de valeur et de morale que chacun se construit.

Dommage que le caractère des personnages de Joanna et Alex soient mieux dépeints -et donc mieux interprétés- que ceux de Laura et Michael, ce qui fait qu'on s'attache plus aux deux premiers amenés à se repencher sur leur courte mais intense histoire à Paris qu'aux deux collègues qui boivent moult "derniers verres" post-travail en s'interrogeant de façon plus qu'ambigüe à coups de "as-tu aimé ?", "l'aimes-tu toujours ?", "as-tu trahi ?", "as-tu été trahi ?"...

Regrettable également que ce film souffre d'une fin bâclée, même si sa conclusion reste plausible...

28/11/2008

.THE DUCHESS

Affiche-TheDuchess.jpg(sorti en salles le 12.11.08)

Georgiana Spencer [Keira Knightley] est à peine à l'aube de la majorité que sa mère [Charlotte Rampling] s'affaire en coulisse pour concocter un mirifique contrat de mariage avec le duc de Devonshire [Ralph Fiennes].

A la question naïve de Georgiana "je l'aime déjà, m'aime-t'il aussi ?", la mère se contente de lui faire comprendre qu'il faudra surtout qu'elle apprenne à se faire aimer et effectivement le duc n'apprécie que le corps qui doit lui donner un héritier mâle avant d'aller voir ailleurs... pour le plaisir.

Sa position lui permet d'assister à des réunions politique du parti Wig qui se réunit régulièrement chez son époux "mécène", au cours desquelles elle retrouvera Charles Grey qu'elle connaissait et appréciait étant jeune fille.

Partie "prendre les eaux" à Bath pour donner enfin au duc un héritier après leurs deux filles et une batarde dont elle s'occupe comme sa mère, elle se lie d'amitié avec lady Elizabeth Foster et lui rend service en la ramenant "dans ses bagages" afin de l'héberger temporairement chez elle avec la bénédiction du duc.

Elle s'en mordra vite les doigts puisque son mari finira par coucher sans vergogne avec Elizabeth. Notre petite Georginia va-t-elle alors succomber à son attirance pour Charles Grey tout en essayant de lutter contre le chantage du duc ?

Spencer, ça ne vous dit rien comme nom ? Il est pourtant très connu puisque patronyme d'une certaine Lady Diana...

Alors, qu'a donc bien voulu démontrer ici le réalisateur (hormis le fait que -par un hasard de calendrier ?- le film ait été tourné dix ans après le décès de Lady Di) ? Faire un parallèle entre les deux parentes si " modernes" pour l'époque et dérangeantes dans leurs comportements, si étouffées par l'étiquette, si belles, si fédératrices, si appréciées du "peuple", etc... etc ??

On passera sur certaines péripéties dont l'héroïne sort gagnante ou perdante au gré de l'aura particulière qu'elle dégage partout où elle se montre et éblouit tant par sa beauté que sa capacité à parler avec discernement de politique ou autre sujet plus ou moins sérieux.

Reste le frais minois de Keira Knightley dont le personnage traîne ses frustrations et bonheur au milieu de somptueux décors de palais et campagne anglaise, de perruques poudrées et froufroutantes tenues de l'époque.

Quant au spectateur, si la garantie de qualité et de respect historique est fournie par la BBC qui produit, c'est durant la projection qu'il finit par y traîner son ennui.

-----
NOTATION :

N1_FINAL.jpg
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu