Avertir le modérateur

27/10/2012

.DES HOMMES SANS LOI (audio)

La critique audio peut être écoutée  (durée : 1'31).

20/10/2012

.DES HOMMES SANS LOI

jessica chastain,tom hardy,guy pearce,shia labeouf,des hommes sans loi,des hommes sans loi audio

(film sorti en salles le 12.09.12)


Maggie [Jessica Chastain] | Forrest Bondurant [Tom Hardy] |
Jack [Shia Labeouf] | Agent Charlie Rawkes [Guy Pearce]


NOTATION :jessica chastain,tom hardy,guy pearce,shia labeouf,des hommes sans loi,des hommes sans loi audio


Orphelins très jeunes, les frères Bondurant ont toujours été soudés depuis l'enfance ; c'est toujours le cas maintenant qu'ils font commerce de contrebande d'alcool dans leur comté de Virginie durant la fameuse prohibition, et encore vrai lorsqu'ils vont devoir lutter contre le procureur véreux qui réussit à détourner d'eux tous les autres bootleggers dont ils vont désormais devoir se méfier.

Lorsqu'arrive de Chicago l'agent Charlie Rawkes qui se met au service du procureur pour en finir définitivement avec la famille Bondurant ; les trois frères vont encore resserrer les rangs. Mais le plus jeune d'entre eux, Jack, n'est pas bâti du même bois que les aînés : avec un âge qui lui fait penser à l'amour et l'attire vers la fille du pasteur, des velléités de modifier le business pour en tirer plus de profits et une répugnance pour la bagarre ; il pourrait bien être le maillon faible dont rêve le fédéral.

Les Bondurant vont-ils tenir sous les violentes attaques répétées ou bien faire mentir l'adage selon lequel leur famille serait... "immortelle" ?

Tiré d'un livre relatant une histoire vraie, voici un film fort avec cette histoire virile de hors la loi des années 30 réglant encore leurs comptes comme au far-west ; où les rares femmes qui passent à l'écran sont témoins de sauvageries inouïes pour défendre sa peau.

Tous les acteurs ont un talent certain, y compris dans les petits rôles.
Mais bien sûr ; la palme revient à Labeouf qui, devenu adulte, fait oublier ses Transformers'ries ; et surtout à Tom Hardy, mâle chef de la fratrie, qu'une économie de mots ou un borborygme suffisent à établir une domination ou faire surgir la crainte...

Un petit bijou à voir absolument !

podcast

20/08/2012

.JANE EYRE (audio)

La critique audio peut être écoutée  (durée : 1'39).

12/08/2012

.JANE EYRE

judie dench,mia wasikowska,michael fassbender,jamie bell,charlotte brontë,charlotte bronte,jane eyre,jane eyre audio

(film sorti en salles le 25.07.12)


Mrs Fairfax [Judie Dench] | Jane Eyre [Mia Wasikowska] |
Rochester [Michael Fassbender] | St-John Rivers [Jamie Bell]


NOTATION :judie dench,mia wasikowska,michael fassbender,jamie bell,charlotte brontë,charlotte bronte,jane eyre,jane eyre audio


Jane Eyre court comme une éperdue durant plusieurs jours avant d'être recueillie inconsciente dans la maison du pasteur St John Rivers.

Elle se reprend peu à peu mais son esprit continue de se tourner vers son passé récent à Thornfield et le plus ancien qu'elle a vécu dans un orphelinat où l'y a placée sa tante, ravie de s'en débarrasser malgré une promesse faite au mari défunt de s'en occuper aussi bien que leurs propres enfants.

L'on découvre alors, comment à sa sortie de l'institution ; elle se rend à Thornfield pour se présenter à Mrs Fairfax, intendante chargée de trouver une gouvernante pour la toute jeune Adèle dont le tuteur est aussi le maître des lieux : Edward Rochester.

A force de cotoyer ce dernier dans le domaine et bien qu'il ait un caractère ombrageux, Jane va finir par l'aimer ; sentiment qu'elle pense à sens unique car il n'est pas de même rang social et semble promis à Miss Ingram. Mais le comportement de Rochester sert peut-être à masquer un amour brûlant pour Jane ou à cacher un douloureux secret...

Que dire de ce film sinon qu'il suit plutôt scrupuleusement le roman de Charlotte Brontë en le synthétisant en deux heures (dont trente minutes de trop, mais une histoire "romantique" entraîne souvent ce genre de "débordements")...
Quant au casting ; il est en phase avec Mia Wasikowska interprétant une Jane Eyre dont la jeunesse, la franchise et l'âme pure la rendent fragile et Michael Fassbender campant parfaitement un Rochester fort et magnétique, devenu fragile par l'arrivée de Jane et le poids de son secret qui le rendent ténébreux...

Pas de surprise à attendre ici donc (si ce n'est le parti pris d'un début qui est presque la fin et justifie les flash-backs avant de rentrer dans le vif du sujet...)

podcast

12/03/2012

.ALBERT NOBBS (audio)

La critique audio peut être écoutée  (durée : 1'25).

10/03/2012

.ALBERT NOBBS

Affiche-AlbertNobbs.jpg

(film sorti en salles le 22.02.12)


Albert Nobbs [Glenn Close] | Helen [Mia Wasikowska] |
Joe [Aaron Johnson]

NOTATION :n2_final.jpg


Dans cette hôtel irlandais de la fin du XIX° siècle, Albert Nobbs excelle comme majordome : déférent avec les clients lorsqu'il le faut, transparent jusqu'à devenir invisible des mêmes aux moments opportuns. Pour autant ; avec de bonnes manières et un style effacé, il plait aux hôtes qui le gratifient de menues piécettes.

Nobbs se prend déjà à rêver de pouvoir ouvrir une échoppe de tabac, lorsque surgit à la pension un étrange peintre qui va peut-être lui ouvrir les yeux et donner un nouveau tournant à sa vie.
Des espoirs naissent de tenir commerce avec la jeune Helen qui partagerait son existence, mais cette dernière est déjà "acoquinée" avec Joe qui rêve d'Amérique et par ailleurs ; Nobbs est... une femme qui n'a plus quitté le pantalon depuis qu'elle a été violée adolescente...

Peut-on parvenir à sortir d'un mensonge dans lequel on s'est enfermé et peut-on vraiment échapper à sa situation sociale (ici dans une Irlande qui ne fait pas grand cas de la femme et des filles-mères et où l'économie vacillante fait craindre le chômage et l'hospice aux indigents ?)

Le propos de base était tentant mais la matière n'est pas vraiment exploitée et le scénario tourne un peu en rond car aussi épuré que la pièce dont il est issu ; on peut donc être victime par moments d'une lassitude similaire à celle que l'on peut entrevoir -si l'on est attentif- dans le regard de Nobbs. Et ce n'est malheureusement pas l'interprétation très correcte de Glenn Close qui change le cap... Dommage !


podcast

08/05/2010

.ALICE AU PAYS DES MERVEILLES (audio)

La critique audio peut être écoutée .

05/05/2010

.ALICE AU PAYS DES MERVEILLES

(film sorti en salles le 24.03.10)


Alice [Mia Wasikowska] | la Reine Rouge [Helena Bonham-Carter] | le Chapelier fou [Johnny Depp]


NOTATION :


Revoilà donc Alice qui a maintenant dix-neuf ans, vouée à être mariée sans ménagement à un jeune Lord "mal dégrossi" mais qui a un avantage : c'est le fils de l'homme qui a financé toutes les aventures commerciales "juteuses" du père d'Alice.

Faisant toujours le même rêve depuis qu'elle a six ans (chapelier excentrique, animaux qui parlent : lapins, loirs, chat qui sourit...), la voilà qui imagine voir un lapin sautiller dans les fourrés alors que sa future belle-mère lui prodigue d'ultimes recommandations à suivre à la lettre lorsqu'elle sera l'épouse de son fils.

Prise autant par une envie de fuir que de vérifier si son imagination ne lui joue pas des tours, elle se met à courir après le supposé lapin et finir par tomber dans un... terrier qui semble ne pas avoir de fond...

Elle les revoit alors tous, du chat souriant au lapin à gousset en passant par le chapelier fou... et tous se demandent s'il s'agit de la bonne Alice car cette dernière croyant être une fois de plus dans son rêve quotidien, ne semble pas se souvenir de détails qui devraient être gravés dans sa mémoire et les choses pressent car son arrivée coïncide avec une "prophétie" : une personne (qui semble être Alice) va combattre et terrasser un monstre libéré par la despotique reine rouge (de coeur pourtant...), faisant ainsi revenir la couronne à sa soeur la reine blanche grâce à qui le bonheur sera retrouvé au "pays des merveilles"...
Finissant par comprendre qu'elle vit bel et bien cette aventure, la "petite" Alice saura-t-elle s'affirmer et se dépasser tout en sauvant tous ceux qui lui font confiance ?

Musique aux mêmes accents que pour "Charlie et la chocolaterie", même Johnny Depp qui fait son dingo bon enfant en chapelier effectivement un brin ravagé, même épouse et actrice Helena Bonham-Carter qui campe cette fois la reine détestée et mal-aimante : on se dit que l'on va fatiguer.

Et puis l'inventivité graphique et technique mise par Tim Burton pour donner vie à ce conte se prend en pleines mirettes -même sans 3D- et nous fait plonger sans réfléchir -et sans regret- dans les pas d'Alice, pour le bonheur des petits et des grands.

Il y a vraiment tout un art là-dedans...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu