Avertir le modérateur

01/07/2011

.L'AFFAIRE RACHEL SINGER (audio)

La critique audio peut être écoutée .

28/06/2011

.L'AFFAIRE RACHEL SINGER

Affiche-LaffaireRachelSinger.jpg

(film sorti en salles le 15.06.11)


Rachel [Helen Mirren] | Rachel jeune [Jessica Chastain] | David jeune [Sam Worthington]


NOTATION :n2_final.jpg


1995 : alors que le passé de Rachel lui colle à la peau et que sa fille s'apprête à publier un livre racontant l'exploit qu'elle a effectué trente ans auparavant, voilà que ses souvenirs remontent violemment à la surface avec le retour surprise de son ex-coéquipier David qui souhaite la voir et lui parler.

C'est alors l'occasion de replonger en 1965, lorsqu'elle débarque à Berlin-Est en fraiche agent du Mossad pour rejoindre David et Stephan, deux collègues avec lesquels elle va devoir enlever le chirurgien de Birkenau afin de le faire comparaître devant un tribunal israélien.
Au danger d'être dénoncés ou repérés par les soviétiques, leur jeune âge -ils ont alors entre vingt-cinq et trente-cinq ans- ne les fait pas douter du succès de leur mission pour la gloire de leur pays qui a lui-même besoin de se forger des héros afin de se bâtir et se consolider.

Naturellement, rien ne va se passer comme prévu et ils vont devoir se résoudre -difficilement- à travestir la vérité pour leur hiérarchie et parler désormais d'une même voix pour les générations suivantes qui les écoutent en héros.
Mais même bien verrouillé par leurs initiateurs, un mensonge n'étouffe jamais complètement la vérité qui risque d'éclater aux yeux du monde trente ans plus tard au fin fond de l'Ukraine.

Pour son peuple, sa fille et David ; Rachel va-t-elle affronter son destin et payer ainsi la dette qu'elle a avec l'Histoire ?

Film d'inégale qualité dont on préférera la partie berlinoise avec la psychologie de trois jeunes gens enfermés dans l'attente de l'action, avec leurs idéaux et leurs désirs amoureux qu'ils expriment -ou pas- ; puis leurs convictions peut-être ébranlées lorsqu'ils ne peuvent s'empêcher d'écouter -voire de dialoguer- avec le boucher nazi qu'ils doivent garder dans l'appartement après l'échec de l'opération.
L'idée de "rédemption" avec Rachel qui revit presque le même événement à trente ans d'intervalle est une bonne idée, malheureusement mise en scène et jouée de façon un peu outrancière.

Helen Mirren et Sam Worthington font plutôt pâle figure dans leurs rôles respectifs, compensé par une Jessica Chastain qui s'en sort mieux dans l'interprétation d'une Rachel jeune qui doit composer avec ses forces et ses faiblesses.

A voir à défaut de mieux...

03/03/2011

.LAST NIGHT (audio)

La critique audio peut être écoutée .

28/02/2011

.LAST NIGHT

Affiche-LastNight.jpg

(film sorti en salles le 16.02.11)


Joanna [Keira Knightley] | Laura [Eva Mendes] | Alex [Guillaume Canet] | Michael [Sam Worthington]


NOTATION :n2_final.jpg


Rentrés d'un pot d'entreprise où elle a vu une collègue de son mari lui virevolter un peu trop souvent autour ; voilà que Joanna décide de terminer la soirée en faisant une scène à Michael avant que ce dernier ne parte le lendemain chez un client avec la fameuse Laura, source de la "prise de bec".

Simple crainte sans motivation ou bien sixième sens féminin qui sent approcher un danger ? Toujours est-il que le lendemain, tandis que Michael est parti avec la troublante Laura ; Joanna tombe nez à nez avec Alex, écrivain français qui a été son autre amour et qui se verrait bien avoir une seconde chance en reprenant l'aventure avec Joanna.

Doit-on se reprocher de penser à un(e) autre plus ou moins fréquemment lorsque l'on est en couple, un "coup de canif dans le contrat" prêterait-il à conséquence si l'autre n'a pas de moyen de l'apprendre, la confiance absolue est-elle la règle ou est-il envisageable de douter de l'autre par moment, la tentation doit-elle être étouffée...
Joanna et Michael vont avoir 36 heures pour répondre à ces interrogations sur leurs sentiments, et devront faire des choix après avoir placé leurs réponses sur l'échelle de valeur et de morale que chacun se construit.

Dommage que le caractère des personnages de Joanna et Alex soient mieux dépeints -et donc mieux interprétés- que ceux de Laura et Michael, ce qui fait qu'on s'attache plus aux deux premiers amenés à se repencher sur leur courte mais intense histoire à Paris qu'aux deux collègues qui boivent moult "derniers verres" post-travail en s'interrogeant de façon plus qu'ambigüe à coups de "as-tu aimé ?", "l'aimes-tu toujours ?", "as-tu trahi ?", "as-tu été trahi ?"...

Regrettable également que ce film souffre d'une fin bâclée, même si sa conclusion reste plausible...

06/05/2010

.LE CHOC DES TITANS (audio)

La critique audio peut être écoutée .

03/05/2010

.LE CHOC DES TITANS

(film sorti en salles le 07.04.10)


Persée [Sam Worthington] | Zeus [Liam Neeson] | Hadès [Ralph Fiennes]


NOTATION :


Un pêcheur récupère un sarcophage contenant le cadavre d'une femme et d'un bébé -encore vivant- à ses côtés ; il l'appellera Persée et l'élèvera comme son fils.

A l'âge adulte, Persée aide son père adoptif à la pêche lorsqu'ils voient des guerriers abattant une statue géante de Zeus qui tombe à la mer, manquant de faire chavirer leur embarcation.
La riposte est foudroyante : des monstres venus de nulle part s'abattent sur les fautifs en en faisant de la charpie avant de retourner au néant en plongeant dans l'océan, et entraînent le petit bateau par le fond où périront ses parents adoptifs et ses jeunes frère et soeur malgré sa tentative pour les sauver.

Récupéré par les soldats survivants, il est amené au royaume d'Argos où il découvre un couple de souverains ivre de pouvoir et décrétant que leur peuple devrait les aduler eux plutôt que des dieux qui ne répondent jamais à leurs voeux malgré leurs invocations.

Hadès va s'inviter à la fête, faire quelques morts, poser un ultimatum : la vie sauve du peuple d'Argos contre celle de la princesse Andromède, puis repartir non sans avoir désigné Persée comme fils de dieu, fils de... Zeus.

Persée n'étant pas très enclin à prier les dieux et ayant reconnu Hadès comme le responsable de la mort de sa famille adoptive, va décider d'en découdre et aider le royaume d'Argos, appuyé en cela par cinq ou six des plus braves guerriers ; et non sans avoir dû au préalable s'expliquer sur la coïncidence d'avoir été "ramassé" par les survivants de l'expédition qui rentraient au bercail et d'avoir posé ses conditions : combattre en homme et non en utilisant de supposés pouvoirs divins.

Conseillé par la belle Io sur la direction à prendre et la marche à suivre pour vaincre Hadès, ils vont devoir trouver la gorgone Méduse et lui trancher la tête afin de servir d'arme contre le monstre qui doit anéantir Argos ; mais le parcours va bien entendu être semé d'embûches et la réussite de leur mission est rien moins qu'assurée et pourtant, elle ne va pas influencer seulement la vie d'humains mais être également déterminante pour l'équilibre de l'Olympe où Hadès veut employer tous les moyens pour contester et ravir le titre de roi des dieux... à Zeus son frère.

Louis Leterrier, petit frenchie à qui Hollywood commande un remake d'un film des années 80 ; hé bien contrairement à toute attente ça "secoue un max" avec des effets spéciaux à tomber par terre et l'on souffle peu durant l'heure cinquante.
On regrettera juste que, comme à l'accoutumée, les américains qui prennent pas mal de liberté avec les vérités historiques en fassent autant lorsqu'il s'agit de mythologie en faisant ici un "mix" (Hadès n'ayant rien à faire dans l'histoire de Persée devant tuer la gorgone par exemple...)

Pour le reste, cela permet de rappeler combien l'homme est vaniteux de vouloir se mettre au même niveau qu'un dieu et aime -toujours- à manipuler les foules en prenant la religion comme prétexte d'unions ou de divisions selon les circonstances...

Sam Worthington, figure montante au star-system est excellent ; ce qui vous immerge parfaitement dans l'histoire jusqu'à en oublier les incohérences citées un peu plus haut.

Du costaud...

11/01/2010

.AVATAR (audio)

La critique audio peut être écoutée .

08/01/2010

.AVATAR

Affiche-Avatar.jpg

(film sorti en salles le 16.12.09)


Dr Augustine [Sigourney Weaver] | Neytiri [Zoe Saldana] | Jake Sully [Sam Worthington]


NOTATION :N3_FINAL.jpg


Jake Sully, vétéran revenu d'une quelconque guerre avec un fauteuil roulant en guise de médaille, est convoqué sur la planète Pandora car il a l'ADN le plus proche imaginable de son frère jumeau scientifique -assassiné sur la base- qui peaufinait un avatar à "piloter" pour s'intégrer à la population locale...

Jake va vite être pris entre les luttes intestines de deux camps : les militaires devenus des mercenaires à la solde d'une société qui veut des profits pour ses actionnaires et donc faire main basse sur une richesse minière vitale valant pas moins de vingt millions de dollars le kilo même au prix de vies d'autochtones ; et des scientifiques tout heureux d'avoir des sujets d'études à qui prêcher la bonne parole, à enseigner toute notre riche et glorieuse culture terrienne et à rendre utiles des objets qui ne le sont pas afin d'occuper, abêtir, avilir.

Dans la peau de son avatar ; il va apprendre à devenir un vrai Na'vi grâce à l'enseignement prodigué par Neytiri, la fille du chef de "tribu" dont il va bien évidemment tombé amoureux et forcément, en embrassant leur cause, va fâcher le haut gradé qui voyait en lui le parfait "infiltré" tant dans le camp des scientifiques que des Na'vis, précipitant ainsi une catastrophe planétaire programmée.

Retrouver Sigourney Weaver en scientifique de l'espace est assez agréable, Sam Worthington en Jake Sully est plutôt convaincant.
L'histoire d'amour n'occupe pas tout le film : un bon point supplémentaire.
La beauté des décors, l'animation des bestioles -"préhistoriques ?- qui peuplent cette planète, la grâce de ces êtres à la peau bleue qui vivent sur Pandora, tout ceci concourre à subjuguer ; on regrettera juste par moments un côté "mix" de Star Wars et de Jurassic Park qui gène un brin.

Reste le "coup de gueule" détourné sur la façon dont on exploite toutes les ressources de NOTRE planète pour le profit, sans aucune considération pour l'environnement ou bien des peuplades un peu reculées que l'on cherche à anéantir ou que l'on parvient à circonvenir pour arriver -plus "humainement" dira-t-on- à la même finalité : la disparition des gêneurs.
Ca devrait bien entendu donner à réfléchir car chacun d'entre nous, par différents comportements environnementaux ou consuméristes, contribue ou a contribué à cette dégradation lente de la Terre ; mais la messe est dite lorsque l'on songe que ce film a été vu le jour où le sommet de Copenhague s'est terminé sur le cuisant -normal lorsque l'on parle de réchauffement climatique...- échec que l'on sait et que l'on prépare déjà des expéditions sur Mars pour aller chercher ce que l'on n'a pas ou plus, quitte à rayer d'ici.... allez... deux mille ans ? une nouvelle planète du système solaire. L'on devrait assurément pleurer mais l'on se dit plus souvent "après nous le déluge".

Un très bon James Cameron pour un sujet pas forcément aisé à traiter d'une façon... inédite.

NB : le film n'a pas été vu en mode 3D, raison pour laquelle une opinion sur l'intérêt et l'usage de cette technique à bon escient ne peut être donnée.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu